ZeDen.net

 
 
Run !
Alors que tout le monde parie sur une mort à plus ou moins long terme des disques durs, Western Digital cherche à prouver que cela n'est pas forcément le cas. En lançant une 6e génération de Raptor, dotée cette fois d'une capacité de 1 To, le constructeur cherche un marché bien particulier : celui de la grande capacité à haute performance. Est-ce que le Velociraptor 1 To atteint cet objectif, car en effet, il n'y a pas à ce jour de SSD de 1000 Go ? Réponse dans notre test !


Déballage

La version qui nous a été prêtée était une OEM : pas de boite, pas de bundle, juste le disque dur, heureusement bien protégé.


Un DD à la constitution particulière

A l'inverse de ce que l'on pourrait croire au départ, le Velociraptor n'est pas vraiment au format 3,5" au sens traditionnel du terme. Il s'agit en fait d'un DD au format 2,5 pouces — comme les SSD — monté dans un dissipateur thermique en aluminium, l'ensemble ayant la taille d'un emplacement 3,5 ". Le tout forme le disque dur, les 2 parties n'étant pas séparables. L'introduction de cette structure particulière a été concomitante avec le changement de nom, quand Western Digital a abandonné le nom de « Raptor » — un vrai DD 3,5" — pour passer à celui de de « Velociraptor ».

Pour cette version 1 To, le constructeur utilise 3 plateaux de 333 Go, et conserve la particularité des Raptors, à savoir la vitesse de rotation de 10000 tours par minutes, au lieu de 7200 tours habituels.

La partie dissipateur / adaptateur de format a été, d'après Western Digital, étudiée pour bien refroidir le disque et ainsi augmenter sa durée de vie. Elle est sobrement dénommée «  Ice Pack », nous nous intéresserons donc de près à l'aspect température lors de la partie consacrée aux tests.

Passons maintenant à l'installation dans la configuration de test.

Installation

La mise en place d'un tel produit à l’intérieur de la tour est simple, notre boitier haut de gamme Lian Li V1020 est largement équipé pour accueillir ce genre de produit, avec en effet pas moins de 6 emplacements disponibles.

Il faudra donc brancher un câble d'alimentation SATA ainsi qu'un câble SATA, bien évidemment sur du SATA 3.

Passons maintenant à la partie la plus importante, les tests !

Protocole de tests


Configuration de test

La configuration est celle utilisée dans bon nombre de tests parus dans nos colonnes, à savoir :
Le Velociraptor sous les feux de la rampe
La carte mère Gigabyte P55A-UD3R est équipée de ports SATA 2 gérés par le chipset Intel P55, et les ports SATA 3 sont gérés par un contrôleur additionnel Marvell SE9128.

On voit donc que dans cette configuration sont présents 2 autres disques durs :
  • Un Samsung SpinPoint F1, datant de 3 ans, à l’époque où le coréen était encore présent sur ce marché avant de céder l'activité à Seagate
  • Un Caviar Black de 1 To : Les Caviar Black sont les modèles grand public les plus performants dans la gamme Western Digital. Il existe d'autres « couleurs » : les Green sont orienté économie d’énergie, les Red pour l'usage 24H/24 et les Blue sont moyen de gamme, sans spécialité particulières.
On les utilisera comme point de comparaison, même s'ils sont limités au SATA 2.

Résultats et analyse


CrystalDiskMark

CrystalDiskMark est un utilitaire de benchmarck qui mesure les performances des écritures et lectures séquentielles et aléatoires de fichiers de différentes tailles. Il est particulièrement utile pour comparer les débits de disques durs.

DD read seq read 512k read 4k read 4k qd32 write seq write 512k write 4k write 4k qd32
Samsung Spingpoint F1 1 To113,5 39,79 0,48 0,671 108,3 55,67 1,184 1,186
Caviar Black 1 To 114,4 46,12 0,703 0,756 111,6 71,48 1,283 1,39
Velociraptor 1 To 190,6 61,69 0,843 2,793 175 116,3 2,83 3,037

Les résultats obtenus sont Crystal Disk Mark annoncent la couleur : le Velociraptor a des performances bien supérieures au Caviar Black, notamment au niveau des débits en écriture et en lecture séquentielle.

HD Tune 4.60

Un résultat de benchmark en USB 3
C'est un outil qui peut tester les performances de lecture / écriture de votre disque dur, ainsi que la température en temps réel du matériel. HD Tune permet de se renseigner sur :
  • Le taux de transfert
  • les temps d'accès
  • L'utilisation du CPU
  • Des informations sur le disque : la version, le numéro de série, etc.
  • La santé du disque dur (SMART)
DDDébit min (Mo/s) Débit max (Mo/s) Débit moyen (Mo/s) Temps d’accès (ms) Burst (Mo/s) % Utilisation CPU
Samsung Spingpoint F1 1 To 52 113,8 88,1 13,8 175,4 6,1
Caviar Black 1 To 61,7 129,7 102 14,6 176 6,3
Velociraptor 1 To 94,4 202,3 157,8 7,09 289,9 4,8

HD Tune vient confirmer les bons chiffres obtenus sous Crystal Disk Mark. Les chiffres intéressants de ce benchmark sont dans les derniers colonnes : le débit en mode rafale (Burst), le temps d'accès et l'occupation CPU. Sur ces 3 points, le Velociraptor est impressionnant. Avec pas moins de 289,9 Mo/s en Burst — c'est le débit du cache du disque vers la mémoire système — ce DD obtient un score digne d'un SSD, même si bien sûr on ne parle pas ici de débit soutenu. Ce résultat est tout à fait remarquable.

AS SSD

Un outil de benchmark spécialisé SSD. Mais pas que.
Plus que les débits théoriques, on va mesurer les temps de copie de fichiers, qui sont une vision plus réaliste des performances d'un disque dur. On va utiliser AS SSD benchmark, normalement plutôt destiné à tester les SSD, comme son nom l'indique. Mais cet outil dispose d'un module de test de copie de 3 types de fichiers : fichier ISO, programme et jeu, qui sont assez représentative de ce qu'on fait de nos PC gaming dans lequel le Velociraptor pourrait se retrouver.

DD Temps de copie d'une ISO (s)Temps de copie d'un programme (s) Temps de copie d'un jeu (s)
Samsung Spingpoint F1 1 To 15,19 34,84 28,54
Caviar Black 1 To 15,23 41,23 24,07
Velociraptor 1 To 8,18 24,31 15,9

Là encore, pas de secret, le Velociraptor est devant dans tous les benchmarks, preuve que les résultats synthétiques se retrouvent dans les tests réels. On parle ici d'un gain de près de 40 % ! On voit aussi que pour les programmes, le Caviar Black fait moins bien que le Samsung, pourtant globalement moins performant.

Température

La météo du PC
Comme le IcePack est mis en avant par le constructeur, on regarde la temperature des disques avec l'outil HW Monitor, qui a l'avantage de regrouper et de remonter de toutes les sondes de température de la machine, peu importe leur provenance (carte mère, carte graphique, disques durs, etc).

DD Température moyenne (°C)
Samsung Spingpoint F1 1 To 24
Caviar Black 1 To 28
Velociraptor 1 To 29

Bien que tournant à une vitesse bien plus importante dans un espace plus confiné, la température du Velociraptor est quasi identique de celle de son petit frère, le Caviar. Cela montre toute la pertinence de du « bloc de glace » accolé au disque testé.

Conclusion

Au final, le Vélociraptor est exactement ce qu'il clame être : un disque dur très haut de gamme, approchant les performances des produits destinés aux serveurs, mais à destination des gamers et des powerusers. Pour atteindre ce haut niveau de prestations, Western Digital a concentré tout son savoir-faire : haute vitesse de rotation, cache énorme, et IcePack. Le résultat est un DD relativement silencieux, performant, et qui a le gros avantage de sa capacité très importante. C'est peut-être le dernier des dinosaures, mais c'est sans nul doute le meilleur d'entre eux !


par Xpierrot Commenter
Partager

Héberger mes images en un clic

Commenter

Les commentaires sont fermés aux non membres. Pour poster un commentaire, créez un compte membre : c'est simple et gratuit !

Actu du même sujet

Fiche technique

Le Velociratpor affiche des caractéristiques techniques intéressantes :
  • Caractéristiques de performances
    • Interface : SATA 6 Gb/s
    • Vitesse de rotation : 10 000 tr/mn (nominal)
    • Taille de la mémoire cache : 64 Mo
    • Cycles de chargement/déchargement : 600 000 minimum
  • Caractéristiques physiques
    • Capacité : 1 To
    • Secteurs utilisateur par disque : 1 953 525 169
  • Dimensions physiques
    • Hauteur : 26,1 mm
    • Profondeur : 147 mm
    • Largeur : 101,6 mm
    • Poids : 0,50 kg
  • Chocs
    • Résistance aux chocs en régime opérationnel (lecture) : 65G, 2 ms
    • Résistance aux chocs en régime non-opérationnel : 300G, 2 ms
  • Acoustique
    • Mode inactif : 30 dBA (moyenne)
    • Mode de recherche 0 37 dBA (moyenne)
  • Température
    • En fonctionnement : 5° C à 55° C
    • Hors fonctionnement : -40° C à 70° C
  • Exigences relatives au courant
    • Consommation
    • Lecture/Écriture : 5,10 W
    • Inactif : 4,20 W
    • Veille : 1,10 Watts
  • Garantie : 5 ans
  • Prix : 239,89 €uros chez notre partenaire materiel.net

Un peu de technique

Il y a de nombreux acronymes qui gravitent autour du terme SSD. Que ce soit SATA, AHCI, mais aussi IDE et un faux ami, TRIM. Pour partir du bon pied, voyons un peu ce que ces différents termes veulent dire, afin de lever toute confusion.
  • ATA : Advanced Technology Attachment. Cette technologie est en fait apparue en 1986, inventée par Western Digital pour gérer les disques durs sous le nom d'IDE (Integrated Drive Electronics), avant d'être normalisée sous le nom ATA. Pas moins de 9 révisions de cette norme se sont succédé, numérotées de ATA 0 (IDE) à ATA 8 (à peine implémentée). Les plus notables sont l'ATA 3, qui a introduit les fonctionnalités SMART de diagnostic de disque dur, l'ATA 5, qui a permis d'obtenir des débits théoriques de 66 Mo/s grâce à des câbles de 80 broches, et bien sûr l'ATA 7, qui a introduit sa remplaçante, le SATA. L'ATA utilisant un bus parallèle, contrairement au SATA, qui utilise un bus série, elle a été renommée en PATA pour éviter les mélanges.
  • SATA : Serial Advanced Technology Attachment. Cette norme, apparue en 2003 pour permettre des débits plus importants que la norme PATA, via l'utilisation d'un bus de données série, est maintenant ultra répandue. Cette norme spécifie 2 choses :
    • La forme des connecteurs d'alimentation, ainsi que leur brochage. Exemple : le 12 V est distribué sur les broches n° 13, 14 et 15.
    • La forme des connecteurs de données, ainsi que leur brochage. Les broches 2 et 3 sont utilisées pour l’émission de données depuis le disque, tandis que les broches
      5 et 6 sont utilisées pour la réception de données depuis la carte mère.
    IDE Vs AHCI
  • AHCI : Advanced Host Controller Interface. Cela concerne les contrôleurs SATA, placés sur les cartes mères ou intégrés aux chipsets, qui fonctionnent soit en mode "IDE", pour être compatible, soit dans ce nouveau mode plus moderne, seul moyen d'obtenir les performances présentées sur les fiches techniques des constructeurs de SSD. Ce mode, à paramétrer dans le BIOS de la carte mère, permet en fait d'utiliser des fonctionnalités avancées du SATA, comme notamment le NCQ et le TRIM. Il faut aussi des drivers et un OS adapté. Windows 7 gère ça très bien, tout comme les autres systèmes récents.
  • NCQ : Native Command Queue. Plutôt que de laisser le système d'exploitation décider dans quel ordre le HDD/SDD doit faire ses opérations, c'est le périphérique lui-même qui décide de l'ordre dans laquelle la file de commande (Command Queue) va être exécutée. Cela a notamment un impact très positif quand les demandes d'accès en parallèle sont nombreuses
  • TRIM : ce n'est pas un acronyme, mais le nom de la commande qui permet d'indiquer à un SSD quels sont les blocs à effacer. Cela permet un maintien des performances pour toute la durée de vie de ce type de support de stockage. Il faut que l'AHCI soit activé, mais qu'en plus le firmware du SSD le supporte, ce qui est maintenant quasiment toujours le cas. Il y a cependant des situations particulières, notamment lors de l'utilisation en RAID où cette commande n'est parfois pas gérée