ZeDen.net

 
 
L'Ereboss est-il le boss ?
La marque Raijintek n'est pas forcement la première qui vient à l'esprit quand on évoque les solutions de refroidissement par air, mais c'est parce qu'elle est nouvellement venue sur ce marché. Elle est apparue il y a 2 mois dans cette news, et c'est donc un de ses premiers produits qui passe au crible aujourd'hui. Mais marque récente ne veut pas dire sans expérience, puisque derrière ce nom en forme de jeu de mot (« Rage in Tech »), la société emploie des anciens de Cooler Master et de Xigmatek, notamment. Ce ventirad au format grande tour et doté d'un ventilateur de 140 mm thin va-t-il régner sur le refroidissement de votre CPU ? Réponse dans notre test !



Déballage

Le packaging de ce ventirad est assez classique sur la forme, mais les couleurs sont bien plus chaudes que d'habitude : en effet, la couleur de la marque, c'est le rouge. Les visuels sont très travaillés, et ce n'est donc pas parce que l'Ereboss est abordable qu'on a un emballage cheap. Cela donne une bonne première impression.


L'emballage de l'Ereboss

Une fois la boite ouverte on découvre le radiateur et le ventilateur, séparés, ainsi que le bundle de montage. Le radiateur est au format monotour, avec 6 heatpipes en cuivre qui plongent à différents endroits, et pas seulement au plus proche. La base a subi un polissage miroir de bel effet, tandis qu'on aperçoit une ouverture qui traverse tout le radiateur : certainement un espace pour faire passer le tournevis.


Le radiateur

Le ventilateur surprend quant à lui par sa couleur : rouge vif pour le cadre et blanc pour les pales. De forme octogonale, il correspond en fait à un 140 mm de diamètre. Une chose frappe, c'est sa très faible épaisseur. On pensait que les 20 mm du ventilo de l'Ashura de chez Scythe méritaient l’appellation thin, mais là on descend à 13 mm seulement. Du coup il y a plus d'ailettes, puisqu'il y en a 13, mais elles sont placées très à plat, vu qu'il n'y a pas la place pour les mettre plus sur la tranche. A noter qu'il n'y a pas de rainure ou autre artifice sur les pales, comme cela se voit parfois chez Noctua notamment.


Le ventilo

Le bundle est relativement classique pour un produit de ce genre :
  • barres Intel,
  • barres AMD,
  • barre transversale,
  • visserie
  • supports ventilo en caoutchouc,
  • pâte thermique,
  • backplate universelle,
  • notice de montage
  • Tournevis (absent de notre modèle de test)
On va donc pouvoir passer au montage dans la configuration de test.

Configuration de test

La configuration est celle utilisée dans bon nombre de tests parus dans nos colonnes, à savoir :

Montage

Le montage d'un ventirad est toujours une étape importante dans l'assemblage d'un PC, vu que c'est cet élément qui assure le refroidissement du processeur. On est donc attentif à la procédure de mise en place. Dans notre cas, nous allons utiliser la quincaillerie pour socket Intel 1150, étant donné que notre configuration embarque un Core i7 4770 de la génération Haswell.

La blackplate
Elle commence par la mise en place de la backplate. Cette plaque arrière est commune à AMD et à Intel, ce qui est assez rare. La pièce — en plastique — est très travaillée, et elle est en fait double face. Il y a un côté AMD, et un côté Intel, qui ne sont pas spécialement repérés : il faut donc se fier au manuel. Grâce à des oblongs, la plaque est capable de s’accommoder de tous les sockets de la marque, dans notre cas, elle s'adapte parfaitement. Pour la retenir, 4 vis traversent la carte mère, et on met en place 4 entretoises plastiques de l'autre côté, qui se vissent facilement à la main et qui bloquent la blackplate, pour faciliter le reste de la procédure d'installation.

Montage du support
Ces 4 vis servent de support à des barres de fixation, Intel, dans notre cas. Celles-ci sont argentées, et sont donc assorties au radiateur. Le constructeur se soucie donc aussi du design de son ventirad, ce qui est une bonne chose, vu le public visé. On les fixe via 4 vis, dotées d'une tête très large, pour lesquelles on utilise un tournevis cruciforme classique.

La pâte thermique : pas une réussite
Ensuite, vient l’application de la pâte thermique. Celle-ci est livrée dans un tout petit sachet plastique, qu'on peut voir sur la photo précédente. Ça fait très cheap et n'inspire pas vraiment confiance. On coupe donc le sachet à l'endroit prévu pour faire sortir la pâte. Il faut de plus bien l'étaler d'après le manuel, mais vu qu'il n'y a pas de spatule, on utilise le sachet en lui-même. Ce point ne nous a pas convaincu, espérons que cela n'ait pas d'impact sur les performances de refroidissement de la solution. On avait déjà vu ce principe de pâte livrée en sachet sur un autre ventirad dans cette gamme de prix, et c'est tout sauf pratique.

On pose alors le radiateur muni de sa tige de rétention sur les barres de socle. Il suffit d'aligner les trous, et d'utiliser les 2 vis fournies. C'est une opération simple à condition d'avoir un tournevis adéquat, et heureusement, il sera fourni dans les versions du commerce. Il n'y a rien d'indiqué concernant le serrage de ces vis dans la notice, et c'est dommage. On a donc un peu peur soit de faire cramer le CPU parce que le contact n'est pas suffisant, soit d'enfoncer le packaging du CPU en serrant trop fort.

Montage terminé
Cela étant dit, il nous reste 2 choses à faire. La première est de fixer le ventilateur au radiateur pour en faire un ventirad. Cette opération est très simple et ne prend que quelques secondes. Elle consiste à utiliser des silent block caoutchouc, ce qui est une bonne idée. Ils s'insèrent facilement dans le ventilateur, et il faut ensuite les accrocher au radiateur, dans les encoches prévues. La documentation indique de commencer les supports du haut, puis de faire eux du bas. C'est simple si la carte mère est en dehors du boitier, mais cela sera plus compliqué si elle est dedans... A noter qu'on peut éventuellement fixer un 2e ventilateur de 140 mm — les encoches sont présentes, mais le constructeur ne fournit les clips pour le fixer dans le bundle. La dernière opération est de brancher le connecteur 4 broches du ventilateur à la carte mère, afin de profiter du PWM.

Le montage est terminé, cela s'est plutôt bien passé. Il est temps de voir si cet Ereboss est performant.

Performances thermiques et nuisances sonores


Description de l'outillage

15 minutes sur le grill
On utilise le logiciel OCCT 4.4.0, qui est l'outil royal de test d'overclocking : il pousse le CPU dans ses retranchements pour le faire chauffer au maximum. Direction le site officiel pour le télécharger. On fera des passes de 15 minutes du benchmark OCCT de base, avec le maximum d'options.

Un autre outil, Hardware Monitor (téléchargeable à cette adresse), permettra de lire les valeurs min et max des sondes de températures intégrées de notre CPU intel. Notre protocole de tests consistera à mesurer les températures, en idle et en charge, du processeur. On présentera ensuite la moyenne des différentes passes.

Les nuisances sonores seront quant à elles mesurées au sonomètre et à 50 cm du côté gauche. Pour ces mesures, nous allons utiliser notre Sonomètre Voltcraft SL-100. Nous vous invitons d'ailleurs à consulter notre article présentant en détail notre sonomètre.

Résultats


Voici désormais ce qu'on attendait le plus, les résultats !


Charge CPUTemp CPU (°C)Bruit côté (dB)
idle - 3,5 GHz 4241,2
100 % - 3,5 GHz6542,1
idle - 4,5 GHz4441,2
100 % - 4,5 GHz9144,8


L'Ereboss au boulot
En idle, le ventilateur du Raijintek est un modèle de silence. En effet, il est quasi inaudible, son bruit est masqué par celui de la ventilation du boitier. Le processeur est bien refroidi, aux alentours de 42 °C. En pleine charge, la situation ne change pas drastiquement côté bruit. Avec seulement 1 dB de plus, causé par une plus forte vitesse de rotation du ventilateur, l'ensemble reste peu bruyant, aux alentours de 42 dB. Côté températures, on atteint au maximum à 65 °C à la fréquence d'origine de 3,5 Ghz, ce qui est très raisonnable pour notre Core i7 4770K de test ! En effet, avec le ventirad stock, on tourne plus près des 85 °C d'après la littérature. De plus, l'Ereboss sait encaisser un gros overcloking de 1 Ghz, puisqu'à plein régime à 4,5 Ghz, on reste sous la barre des 100 °C. Évidemment, cette valeur peut paraitre énorme, mais il faut savoir qu'au-delà de 105 °C, le CPU baisse de lui-même sa fréquence pour réduire son dégagement thermique, du coup avec l'Ereboss, on est en dessous de ce seuil.

Et comme d'habitude, on répète que pour obtenir ce bon rapport nuisance sonore / dissipation thermique, il faut absolument utiliser un connecteur 4 broches PWM sur la carte mère. Si on utilise un connecteur 3 broches, le ventilateur tourne donc à plein régime, ce qui devient gênant quand on est juste sur le bureau de Windows.

Conclusion

Le premier ventirad de la nouvelle marque Raijintek nous a au final plutôt convaincu, malgré des petits défauts de jeunesse dans le bundle tandis que la notice gagnerait à être plus précise. Cependant, sur l'aspect performance, il n'y a rien à redire. L'Ereboss est à la fois silencieux et capable d'encaisser de bons overclocking, pour seulement 40 Euros. A ce prix, on lui pardonne bien volontiers ses petites imperfections !

Produit recommandé par ZeDen


par Xpierrot Commenter
Partager

Héberger mes images en un clic

Commenter

Les commentaires sont fermés aux non membres. Pour poster un commentaire, créez un compte membre : c'est simple et gratuit !

Actu du même sujet

Fiche technique

Les spécifications techniques de l'Ereboss sont les suivantes :
  • Matériau : Cuivre et aluminium
  • Ventilateur(s) : 1 x 140 mm
  • Tours/min min. : 1100
  • Tours/min max. : 1650
  • Débit max. : 66,65 CFM
  • Bruit max. : 28 dB
  • Poids : 808 g
  • Alimentation : 4 broches PWM
  • Dimensions (LxPxH) : 140 x 110,5 x 160 mm
  • Compatibilité :
    • Socket intel : 2011/Socket T/775/1155/1156/1366
    • Socket AMD : AM2/AM2+/AM3/AM3+/FM1/FM2
  • Dimensions : 145 x 65 x 161 mm

Prix : 39,99 euros chez notre partenaire materiel.net ou 44€ chez Amazon