ZeDen.net

 
 
Dans le cadre de l'installation, notre configuration de base est la suivante :

Configuration lors du test

  • Carte Graphique Palit GTX 1050 Ti StormX 4Go
  • Processeur AMD FX-8300 3,3 GHz (8 cœurs)
  • Carte mère Asus M5A78L-M LX3 (Format ATX)
  • RAM 2 X 8 Go 1600 DDR3
  • Ventirad Noctua NH-L9x65
  • Alimentation 500 w
  • Boitier Megaport
  • Ventilateurs 120 mm (X4)
L'ancien ventirad Noctua
Nous commençons naturellement par retirer l'ancien ventirad qui était en place jusqu'ici. Ce ventirad, un Noctua NH-L9x65, refroidissait de façon très efficace notre processeur AMD FX-8300, c'est pourquoi nous plaçons haute la barre des attentes concernant ce watercooling SilverStone IceGem 240P. Une fois les panneaux du boitier démontés, nous pouvons retirer la backplate qui permet de tenir notre ventirad en place.

Remplacement en cours
Une fois le ventirad retiré, nous procédons au nettoyage de l'ancienne pâte thermique qui, après plus d'une année d'utilisation intense par le processeur, méritait un petit entretien. Pour que le test entre notre ventirad Noctua et ce nouveau watercooling SilverStone soit équitable, nous avons décidé d'employer la même pâte thermique de marque Noctua pour les deux installations. Par ailleurs, la pâte est appliquée de la même façon. La comparaison ne sera pas totalement équivalente car ces deux solutions de refroidissement ne correspondent ni aux mêmes spécificités, ni au même budget, mais nous tiendrons rigueur de ces paramètres lors de notre comparatif.

Nettoyage de la pâte thermique
Maintenant que le processeur est soigneusement nettoyé de son ancienne pâte thermique, nous appliquons la nouvelle, en la plaçant en forme de croix sur notre processeur. Une fois cela fait, il suffit d'assembler notre nouvelle backplate pour notre format AM3+. Petit bémol pour SilverStone, la notice de montage est plutôt succincte. Ainsi, nous n'avions pas compris qu'il fallait retirer la plaque d'adaptation directement du waterblock. Faute d'indication, difficile de s'amuser à forcer ci et là ... Finalement, nous avons trouvé la solution sur internet. En soi, l'installation n'est pas difficile, mais elle peut le devenir pour un novice qui n'aura pas l'habitude et qui ne pourra pas toujours compter sur la notice.

Ce brave processeur a tendance à chauffer
Une fois le waterblock monté et bien en place, c'est au tour du radiateur de venir loger dans le boitier. Nous fixons d'abord les deux ventilateurs sur le radiateur. La visserie et les filetages sont de qualité. Ensuite nous installons le radiateur sur le boitier, en façade intérieur. Avec sa construction tout en aluminium, le radiateur est plutôt léger, ce qui facilite son installation. On sent vraiment la qualité de fabrication et de finition de l'ensemble et une fois installé, le tout est du plus bel effet dans notre boitier. Le coloris noir des composants du watercooling s'harmonisent très bien.

Tout cela est bien beau, mais ça ne brille pas beaucoup. Découvrons à présent le rendu visuel de l'ensemble.

Page précédente Page précédente - Présentation détaillée Page suivante - Rendu visuel Page suivante
par Yinshy Commenter
Partager

Héberger mes images en un clic

Commenter

Les commentaires sont fermés aux non membres. Pour poster un commentaire, créez un compte membre : c'est simple et gratuit !

Actu du même sujet

    Fiche Technique IceGem 240P


  • Compatible avec les sockets AMD dont les Threadripper (AM2, AM3, AM4, FM1, FM2, TR4 ...) ainsi que les sockets Intel (115X, 1366, 1200, 2011, 2066)
  • Vitesse de la pompe : Jusqu'à 3000 RPM
  • Connecteur de pompe : 3 broches 5V
  • Niveau sonore : de 7,3 à 36,6 dBA
  • Eclairage ARGB adressable
  • Deux ventilateurs 120 mm, vitesse 600 à 2200 RPM
  • Radiateur en aluminium (Largeur 120 mm - Hauteur 38 mm - Profondeur 274 mm)
  • Bloc à eau avec base en cuivre
  • Prix : 150 euros environ