ZeDen.net

 
 
De la HD 7950 dans son IceQ
HIS est réputé pour ses cartes graphiques à base de GPU AMD retravaillées et vitaminée. Le constructeur nous a fait parvenir une carte graphique qui s'inscrit bien dans cette optique : la HD 7950 IceQ Boost Clock. C'est une 7950 dite v2 chez AMD, avec des fréquences plus élevées que la V1. Cette carte, HIS l'a overclocké encore plus de série, et lui a donné pas moins de 3 Go de mémoire GGDR5. Côté refroidissement, on retrouver le gros système de refroidissement maison dont le nom est assez connu et reconnu : le système IceQ. Est-ce votre prochaine carte graphique ? La réponse dans notre test !




Déballage

La boite est très jolie et nous indique sur son fond bleu glacial toutes les informations nécessaires, comme par exemple les spécifications techniques. On ne retrouve pas de photos ou d'images de la carte comme c'est la coutume, le constructeur ménage le suspense. Après avoir ouvert la boite, on découvre la carte bien protégée dans un écrin de mousse assez classieux. Avec ça, elle ne risque pas grand-chose lors du transport, car elle ne peut vraiment pas bouger.


La boite recto verso et l'emballage en mousse

Le bundle
Une fois la carte et son imposante mousse retirées, on découvre le bundle. Celui-ci est assez classique et est composé des éléments suivant :
  • un adaptateur DVI vers VGA
  • un pont Crossfire
  • un CD d'installation
  • un CD pour le logiciel HIS iTurbo
  • une notice
On remarquera qu'il n'y pas d'adaptateur mini-DisplayPort ce qui pourrait être gênant si on a besoin de brancher un écran avec cette interface, surtout que cette HD 7950 propose 2 ports à cette norme. A noter également que les CD contiennent les drivers ainsi que le logiciel de contrôle de la carte, mais malheureusement dans des vielles versions, il faudra donc passer par la case téléchargement dans les 2 cas.

Présentation de la carte graphique

La carte est vraiment imposante, avec l'IceQ qui englobe une bonne partie du PCB. Le circuit imprimé est d'ailleurs renforcé par une structure métallique qui prend quasiment toute la longueur de la carte, pour assurer la rigidité de l'ensemble. En regardant de plus près, on découvre 4 caloducs pour transférer la chaleur du GPU vers le radiateur, lui-même ventilé par une grosse turbine. Le carénage canalise ensuite vers l'extérieur toute la chaleur produite, pour éviter une accumulation dans la tour. On verra plus tard dans l'article que ce système de ventilation n'est pas là pour rien.


La carte avec l'imposant IceQ

Pour l'alimentation, la carte dispose de deux connecteurs 6 pins, placés sur la tranche de la carte pour que ce soit plus pratique de la brancher. A noter que se positionnant dans le haut de gamme, cette carte possède 2 connecteurs Crossfire : on pourra donc la mettre dans un CrossFire X, c'est à dire dans un groupe de 4 cartes ! Mais il faudra disposer de la carte mère adéquate, comme par exemple la Gigabyte Sniper 5 de test, et ses 4 ports PCI-Express.

Si on regarde le dos de la carte on voit qu'il n'y a quasiment rien qui dépasse. Il n'y a pas de puces de mémoire notamment de ce côté du PCB, ce qui signifie que les 3 Go de RAM sont sous le radiateur de la carte. C'est donc signe d'une conception réalisée avec soin.

Au niveau des sorties vidéo, on dispose des connecteurs classiques pour une carte à base de GPU AMD, à savoir 1 DVI, 1 HDMI et 2 Display Port au format mini. Ils occupent l'équivalent d'un slot, tandis que l'autre est occupé par une grille de dissipation de chaleur, poussée par le ventilateur de l'IceQ.


Les sorties et les connecteurs de la 7950 HIS

Passons maintenant à l'installation proprement dite.

Installation


Dans la tour

Insérée dans la Gigabyte Sniper 5
L'installation dans notre boitier Corsair C70 s'est déroulée sans problème particulier. Il a suffi d'insérer la carte dans le premier des 4 slots PCI-Express de notre carte mère Gigabyte et de relier 2 des connecteurs PCI-Express de l'alimentation pour que l'opération soit terminée. Même si la carte est relativement imposante, elle n'utilise que 2 slots, ce qui est monnaie courante sur cette gamme de produit. On peut ainsi passer à l'installation des drivers Catalyst.

Pilotes Windows

Le logo Catalyst
On utilisera pour nos différents tests les pilotes unifiés Catalyst version 13.9, regroupant les différents drivers d'AMD et fonctionnant pour toute la gamme Radeon HD, et ce sous Windows 7 x64. Rappelons que chez AMD, les drivers sont numérotés suivant leur année et leur mois de sortie, sous la forme AA.MM, ce qui est plus compréhensible que la numérotation adoptée par la firme au caméléon.

L'interface de ces drivers est assez claire, comme on peut le voir sur les différentes captures :


Interface claire et nette, et en français

Il est également recommandé de mettre à jour ses drivers régulièrement. A noter que depuis la version 11.4 — sortie il y a donc plus de 2 ans — les Catalyst embarquent une fonctionnalité d'auto-update bien pratique, et que la plateforme Steam permet également de les mettre à jour. Du coup, les joueurs peuvent avoir les nouvelles versions sans complication, ce qui est toujours bienvenu.

Specifications techniques

Les specs sous GPU-Z
Avant de se lancer dans les tests, on va faire un arrêt du côté des spécifications de l'engin. GPU-Z nous livre en détail les caractéristiques techniques du processeur embarqué sur cette HIS. On a donc ici un GPU de la famille Tahiti comptabilisant au total pas moins de 4,3 milliards de transistors, gravés en 28 nm. 1792 unités de calcul sont présentes, ainsi que 112 unités de texturing et 32 ROPs. Au niveau de la mémoire, on a doit à 3 Go de RAM adressés par un bus 384 bits.

On peut comparer cette HD 7950 à une 7850, comme par exemple la 7850 Turbo du même constructeur, qu'on avait testé dans nos colonnes.

Carte : 78507950
Famille : Pitcairn Tahiti
Gravure : 28 nm 28 nm
Die (mm²) : 212 365
Transistors (millions) : 2800 4300
Shaders : 1024 1792
ROps : 32 32
Frequence GPU : 1000 925
Texture Fillrate (Gtexel / s) : 64.0 103.6
Fréquence RAM : 1200 1250
Bus (bits) : 256 384
RAM : 2 Go 3 Go
RAM Bandwidth : 153.6 240.0
DirectX : 11.1 11.1

La comparaison est intéressante. On voit qu'entre les 2, on a les mêmes fonctionnalités, lié au fait que les 2 cartes appartiennent à la même génération. Pourtant, on a bien 2 GPU différents, et celui de la 7950 est nettement plus gros, avec un die 72 % plus grand, et embarquant 53 % de transistors en plus. Le bus mémoire est plus large de 128 bits, ce qui est logique au vu du fillrate presque doublé. Le seul point où la 7850 fait mieux, c'est sur la fréquence GPU de base, mais comme on le verra, cela se modifie facilement, avec un logiciel adapté.

Utilitaire iTurbo et overcloking

L'interface de iTurbo
HIS fournit donc avec sa carte un utilitaire d'overclocking, dénommé iTurbo, à la manière notamment de MSI et de son Afterburner. De base, l'outil se présente sous la forme d'une petite interface ronde, et ressemble donc au ventilateur de l'IceQ présent sur la carte. Il suffit alors de cliquer sur Advanced pour afficher en fait l'interface complète. Cet outil vous donne un bon aperçu des paramètres de la carte graphique (tensions / fréquences du GPU / RAM, vitesse des ventilos), et permet bien évidemment de les modifier. On a donc un utilitaire dans le but de faciliter l'overclocking de l'engin.

iTurbo — testé ici dans sa version 1.4.4 — permet de plus d'enregistrer les différents paramétrages testés dans des profils, qu'il sera possible de charger à tout moment. Il y a 5 profils disponibles, dont le dernier qui est dénommé iTurbo. Il est conseillé d'y placer son profil le plus performant, car en effet, depuis l'interface simplifiée, un clic sur la mention iTurbo située au centre active en fait ce profil. Les boutons « Quieter » et « Cooler » — on retrouve ici la devise de la marque indiquée sur la boite — jouent quant à eux sur la ventilation de la carte.


Principaux onglets de iTurbo

Autre point intéressant, iTurbo est une application portable, et ne pèse que quelques Mo, ce qui est toujours plus pratique. Sans compter que Le logiciel n'est pas restreint aux cartes HIS, il permet de gérer tous les modèles de cartes graphiques, peu importe la marque. Il suffit de le télécharger sur le site officiel du constructeur pour en profiter. Bien évidemment, c'est lui que nous allons bien entendu utiliser pour pousser cette 7950 ! Et sans difficulté nous atteignons les chiffres suivants :

Fréquences stockFréquences OC
Fréquence GPU : 9251028
Fréquence RAM : 12501452

On a donc augmenté le GPU de 11 %, soit 100 MHz et la RAM de 16 %, soit pas moins de 200 MHz, et la carte en a encore sous le pied, c'est évident. A noter que nous n'avons pas touché aux voltages de références, carte de prêt oblige. C'est maintenant l'heure des benchmarks !

Protocole de test

Le protocole de test sera composé d'outils de benchmarking synthétiques et de FPS populaires, à savoir :

Benchmarks synthétiques :
  • 3DMark 11 (Direct X)
  • Fur Mark (OpenGL)
  • Unigine Heaven
Benchmark FPS :
  • Arma2
  • Stalker Call of Pripyat
  • Metro 2033
  • Bioshock Infinite
Pour tous ces benchmarks, on fera 3 passes successives. On fera ensuite la moyenne des résultats obtenus.

On va rappeler à titre plutôt indicatif les résultats obtenus par d'autres cartes, suivant les benchmarks. Elles ne sont pas testées avec la même plateforme que la Gigabyte concernée par le test ici présent, mais cela donne tout de même une petite idée.

3Dmark 11

Ce logiciel de benchmark est archi connu pour les cartes graphiques. Pour ce test, on utilisera le mode « eXtreme ». Les résultats 3Dmark comportent une note principale, qui est composée d'une formule de calcul agrégeant plusieurs sous-notes, correspondant en fait à différents aspects du rendu d'un jeu : moteur graphique et moteur physique. Le CPU n'ayant que très peu d'impact sur le score global, il n'y a plus de test uniquement CPU comme dans les précédentes versions de cet outil de benchmarking, il est désormais intégré aux calculs physiques. Avec ce test extrême, on va voir clairement que les cartes sont malmenées — le mode Extreme porte bien son nom ! Avec un test plus petit — le mode Performances — elle s'en sortiraient haut la main. On va comparer les résultats obtenus avec les fréquences de base ainsi qu'avec les fréquences overclockées présentées dans le paragraphe précédent.

Benchmark7950 IceQ normale7950 IceQ normale OC
3DMark 11 - mode ExtremeX2638X2705

On donne également pour référence les résultats obtenus sous ce benchmark par des GTX de 2 générations différentes. La GTX 670 OC est du très haut de gamme, vendue encore en mars dernier à plus de 400 Euros pièce, tandis que la 570 est de génération précédente, et commence donc à accuser de l'âge.

BenchmarkGTX 670 OCGTX 570 OC
3DMark 11 - mode ExtremeX2808X828

La HD 7950 se comporte très bien sous ce benchmark exigeant, et elle vient titiller une carte presque 2 fois plus chère. L'impact de l'OC — 2.5% — peut paraitre mince, mais il faut savoir qu'il faut beaucoup de puissance en plus pour augmenter le score de quelles que points dans le mode Extreme.

Unigine Heaven

Unigine Heaven
Cet outil fourni par la société Unigine porte le nom de Heaven Benchmark, ce qui signifie le « Test du Paradis ». Avec sa version 4.0, ce logiciel est un test intensif pour le GPU, qui martèle nos pauvres cartes graphiques. Ce puissant outil peut être utilisé efficacement pour déterminer la stabilité d'un GPU dans des conditions extrêmes, ainsi que pour vérifier la capacité de refroidissement du système graphique. Il fournit des résultats tout à fait impartiaux et génère des charges de travail de rendu d'un véritable jeu sur toutes les plateformes, que ce soit sous Windows, Linux ou Mac OS X, c'est donc un outil de choix.

BenchmarkHIS HD7950ATI 4870Club3D GTX560 Ti OC
FPS682970
Fur Mark406912343610


Fur Mark

Pour un GPU, Fourrure = Torture
Ce petit logiciel basé sur OpenGL donne des sueurs froides aux GPU. Il vise à reproduire de la fourrure en 3D, ce qui est très consommateur en ressources de calcul. Utilisé dans sa version 1.8.2, on le fera tourner pendant 1 minute en 1920*1200. Les résultats sont donnés sous 2 formes : en nombre moyen d'images par secondes et dans l'équivalent Fur Mark, qui est à l'instar de 3Dmark un nombre de points. On donnera les résultats obtenus également par une antique ATI 4870, ainsi que par une GTX 560 Ti.

BenchmarkHIS HD7950ATI 4870GTX560 Ti OC
FPS682970
Fur Mark406912343610

Bien évidemment, l’ancêtre de la HD 7950 est complètement larguée, mais le tableau est bien plus nuancé avec une GTX 560 Ti. En effet, en nombre d'images moyen, cette carte, moins puissante sur le papier que la 7950, se retrouve pourtant devant ! Le score FurMark montre cependant que le min et le max atteints sont plus élevés sur la HD7950, mais cela indique tout de même un léger retrait dans les performances OpenGL d'AMD. Toutefois, cela ne doit en aucun cas décourager les amateurs de jeux à base de moteurs id Tech, car la différence est minime.

Essayons maintenant de vérifier si les différences de scores obtenues dans les jeux sont aussi tranchées que dans les tests synthétiques.

Arma2


Une map dédiée au benchmarking
Sous ArmA 2, on utilisera une map spécialement conçue à des fins de mesures de performances, dénommée « BM_cityRun.Chernarus » et provient de l'outil ArmaFPSAnalyser. Elle comporte en fait des déplacements automatiques de la caméra, ce qui permet de simuler de manière ultra-précise, et reproductible, le déplacement du joueur. Côté paramètres, la résolution utilisée dans le jeu proprement dit est 1440 * 900 en qualité Haute. Le tableau suivant montre les résultats en termes de nombre moyen d'images par secondes :

BenchmarkHIS HD7950ATI 4870GTX 560 Ti OC
582536

La différence entre les cartes est bien visible dans ce benchmark, dans lequel on voit bien que malgré un paramétrage assez soft, le nombre de FPS n'est pas très élevé, même sur HD 7950. Arma2 est un jeu au moteur gourmand, et il faudra prendre le temps de choisir les options graphiques pour voir l'impact sur les performances, et ArmA III qui vient de sortir est dans la même veine.

Stalker Clear Sky

L'outil de benchmark Stalker et le rendu des résultats
Le jeu S.T.A.L.K.E.R. : Call of Pripyat et son moteur propriétaire X-Ray Engine ont pendant longtemps mis les machines à rude épreuve. Il est à noter que l'outil de benchmark est un stand alone, il permet donc de mesurer les performances d'une configuration matérielle sans posséder le jeu, ce qui est très appréciable. Le tableau suivant montre les résultats en termes de nombre moyen d'images par secondes :

BenchmarkHIS HD 7950ATI 4870GTX560 Ti OC
Day1666389
Night17474108
Rain20282118
Sunshaft1634675

On voit que les 3 cartes s'en sortent bien, quelques soient les scènes, même si évidemment la HD 7950 s'en sort bien mieux. Le moteur vieillissant de Stalker n’effraie donc aucune génération de GPU, surtout pas un récent, qui se permet en 1920*1200 d'afficher près de 200 FPS en moyenne dans certaines conditions. A noter que l'activation du rendu de lumière DirectX11, réputé pour être hyper consommateur de ressource dans ce jeu, fait chuter les valeurs de près de 50 FPS, mais même avec 88 FPS dans le pire des cas sur cette carte, on est loin de pouvoir dire que le jeu sera injouable !

Metro 2033

Dans le métro, c'est la guerre !
On utilise l'outil de benchmark bien pratique qui est intégré au jeu Metro 2033, sous forme d'un exécutable à lancer. Il dispose d'une interface graphique qui permet de configurer la scène et les paramètres à utiliser. Dans notre cas, c'est le niveau du jeu « Frontline » qui sera utilisé, à la fois dans un mode "normal", tel que défini par défaut en 1024 * 768, et un mode plus avancé qu'on nomme « zeden » en 1920 * 1200. Les résultats sont ensuite affichés dans une page web. Le tableau suivant montre les résultats en termes de nombre moyen d'images par secondes :

BenchmarkHIS HD 7950ATI 4870GTX560 Ti OC
Normal DX 10 622783
Zeden DX 10 581734

Dans ce jeu assez exigeant, on voit que la HD4870 est en difficulté. Avec moins de 30 FPS en moyenne, le jeu ne se révèle pas facilement jouable, sans descendre les options graphiques. La GTX 560 est largement plus à l'aise dans le mode Normal, mais on constate également que le mode Zeden lui cause aussi du souci. Par contre, aucun souci pour la HIS 7950, qui tourne autour de 60 FPS peu importe la résolution. Un test en mode DirectX 11 donne les mêmes résultats, la Tesselation activée par ce mode ne semble donc pas trop jouer sur les résultats obtenus.

Bioshock Infinite

Test graphique de Bioshock
Bioshock Infinite est le nouvel opus de la série Bioshock, mais cette fois-ci, le jeu se déroule dans les nuages ; un peu l'opposé du numéro 2 qui lui, se passait sous l'eau. Graphiquement, ce jeu est magnifique et se classe parmi les jeux avec des graphismes de qualité comme Crysis ou Far Cry. Le jeu possède également un système de bench intégré assez intéressant. Cela nous permet de faire des tests sans lancer le jeu et ses tests sont faits sur un même circuit, garantissant la reproductibilité. La seule chose qui change, c'est les réglages. Ce test propose en tout 8 tests avec 8 qualités graphiques différentes, et on va s’intéresser au plus élevé d'entre tous, le mode DX11 Ultra, en 1920 * 1200.


RéglagesHIS 7950HIS 7850
High168155
Ultra DX119976

Avec 99 FPS de moyenne en « Ultra DX11 », ce jeu sera un régal. On peut en effet avoir la claque graphique sans avoir de claque au framerate. La HD 7950 survole complètement le mode High, avec pas moins de 170 FPS. Bioshock utilise l'Unreal Engine 3, avec des optimisations qui ont l'air d’être performantes sur les HD 7XXX.

Consommation, températures et nuisances sonores

Obtenir des excellentes performances, c'est bien. Le faire dans le silence et sans trop consommer, c'est mieux. On mesure donc le bruit et le besoin en énergie de la HD 7950 HIS et de son IceQ.

Consommation

Le consomètre
Pour mesurer la consommation globale de la machine, on utilise désormais un petit appareil — dénommé wattmètre de prise ou bien consomètre — qui permet d'afficher la consommation en W de la machine. Cela se branche sur la prise du murale, et le câble 220V de la tour vient se mettre dessus. Cela est plus pratique à mettre en œuvre que le rhéobus Zalman qu'on utilisait avant, et tout aussi fiable. On va donc soumettre la carte à un Burn-in réalisé avec OCCT 4.4.0, en mode GPU seul et en mode Power Supply, ce qui combine GPU et CPU, afin de voir le comportement de la consommation.

Température

On utilise pour ce faire les sondes intégrées au logiciel HW Monitor, qui mémorisent le min le max et l'actuel pour la température de la carte graphique, mais aussi de tous les autres capteurs présents dans la configuration.

Bruit

Pour mesurer les nuisances sonores, c'est notre fidèle Voltcraft SL-100 qui sera de la partie. Il sera placé à 10 cm de la carte, sur le côté de notre boitier de test, tour ouverte. On utilisera dans ce cas le bench OCCT 4.4.0 pour GPU seulement. En effet, le test OCCT Power Supply joue aussi sur le CPU et donc fait augmenter potentiellement la vitesse de rotation du ventilateur, ce qui fausserait la mesure. Pour tout savoir sur les mesures avec cet appareil, une lecture de notre article dédié à ce sujet s'impose.

Résultats

Voici les résultats de nos mesures :

Consommation normale (W)Consommation OC(W)Températures OC (°C) /th>Bruit db (°C) /th>
idle70 W70 W4046,3
full GPU /td>215 W230 W6247,5
full CPU + full GPU275 W292 WN/A


On a donc une consommation de la carte au maximum de 145 W en normal, et de 160 W une fois l'overclocking activé. La carte est donnée pour un TDP de 140 W aux fréquences de base, on retrouve donc par la mesure la valeur annoncée par le constructeur. Côté température, grâce à son refroidissement imposant, elle ne chauffe pas beaucoup. Qui dit petit dégagement de chaleur dit aussi en général peu de bruit, ce qui se vérifie avec les valeurs mesurées au sonomètre.

En effet, entre l'idle et le max, on voit que les nuisances sonores n'augmentent que d'un petit dB, ce qui est négligeable. En fait, la vitesse de rotation du ventilateur, qui est régulée par la carte, est de l'ordre de 30 %, même avec notre OC. On a testé la soufflerie à 100 %, ce qui est peut être forcé dans le logiciel iTurbo, et là effectivement, la carte est beaucoup plus audible.

Jeux inclus

Niveau Gold pour la 7950 !
Quand on achète une carte graphique, on aime bien pouvoir en profiter tout de suite, et donc ne pas avoir à acheter des jeux en supplément. Les constructeurs le savent, et depuis plusieurs mois, AMD a particulièrement soigné l'offre de jeux incluse avec les cartes de ses partenaires. On a eu ainsi plusieurs versions des Never Settle Bundle, et l'actuelle est la Never Settle Forever. Maintenant, le système englobe 3 niveaux de bundle : Bronze, Silver, et Gold. Plus le niveau est élevés, plus le catalogue de jeu est large, et plus on peut obtenir de jeu. La HIS 7950 est Gold, le plus haut niveau. On a donc la possibilité de choisir 3 jeux parmi 10, et la plupart sont FPS ou TPS, dont certains très récents :
On peut ainsi économiser une grosse cinquantaine d'euros. A noter qu'il s'agit de versions téléchargées et non de versions boites. Pour toutes les infos sur cette offre, direction le site officiel. En tout cas, le système nous parait bien plus intéressant que l'offre de jeux Nvidia, qui propose en fait des crédits et/ou des items dans des MMOFPS...

Autres versions disponibles

IceQ X²
HIS propose une autre carte vidéo architecturée autour d'un GPU AMD HD 7950, mais cette fois dotée du système IceQ X². Comme on peut le voir sur la photo, il n'y a plus un, mais 2 ventilateurs, et le design général est un peu différent, avec notamment un beau X entre les 2. Par rapport au modèle testé aujourd'hui, l'étage d'alimentation est plus puissant, parce qu'il utilise 1 connecteur 6 points et 1 connecteur 8 points, ce qui permet de monter encore en fréquence. Ainsi, de base le modèle est clocké à 950 MHz, mais il est sans doute possible de monter bien plus haut ! La différence de prix entre les 2 modèles est d'une cinquantaine d'euros, l'investissement peut valoir le coup à condition de consacrer un peu de temps à l'overclocking de la bête et peut-être approcher les performances d'une 7970 qui sait ?

Conclusion

Le bilan de cette HD 7950 overclockée est au final très bon. Les performances de base sont excellentes, sans compter que le potentiel en overclocking est vraiment important. L'outil iTurbo livré avec la carte est en plus très facile à utiliser pour justement pousser la carte dans ses retranchements, même pour les néophytes. Le système de bundle de jeux proposé par AMD, qui tient compte des gouts du joueurs, est un net avantage par rapport à Nvidia et il nous a séduit. Le système de refroidissement IceQ nous a vraiment paru, une fois de plus, à la hauteur de sa réputation et refroidit en silence la carte. Sans compter que le tarif demandé pour cette HD 7950 haut de gamme est très raisonnable, sans doute car la nouvelle gamme AMD se profile à l'horizon, ce qui fait qu'il faut en profiter !

Produit recommandé par ZeDen


par Xpierrot Commenter
Partager

Héberger mes images en un clic

Commenter

Les commentaires sont fermés aux non membres. Pour poster un commentaire, créez un compte membre : c'est simple et gratuit !

Actu du même sujet

    Prix : 204,90 € chez notre partenaire materiel.net

La configuration de test est la suivante :

Caractéristiques techniques

Cette HIS dispose de la fiche technique suivante :
Généralités
  • Référence constructeur : H795QC3G2M
  • Marque du chipset : AMD
  • Puce graphique : Radeon HD 7950
  • Fréquence : 850 MHz (925 MHz avec le boost)
  • Interface : PCI-Express 16x
  • Version PCI-Express prise en charge : 3.0
  • Connecteur(s) d'alimentation PCI-Express : 2 x 6 broches
  • Dimensions de la carte : 155 x 58 x 295 mm
  • Puissance alimentation minimum recommandée : 500 Watts
Mémoire
  • Quantité mémoire : 3072 Mo
  • Type : G-DDR5
  • Fréquence : 5000 MHz
  • Largeur de bus : 384 bits
Entrées/sorties
  • Nombre de prises DVI : 1
  • Type de DVI : DVI-I
  • Compatible Dual-Link : Oui, une
  • Compatible HDCP : Oui
  • Nombre de prises HDMI : 1
  • DisplayPort : 2 (mini DisplayPort)
Technologies
  • DirectX : 11
  • OpenGL : 4.2
  • Refroidissement silencieux (passif) : Non
  • Type de refroidissement : Ventilateur sur 2 slots
  • CrossFire : Oui
  • AMD HD3D Technology : Oui