ZeDen.net

 
 
Dominating !
Corsair, fabricant reconnu de RAM et de composants PC, vient de renouveler son offre ultra haut de gamme de RAM. Joliment dénommée « Dominator Platinum », cette série regroupe de gros modules dotés de fréquences élevées, de timings bas, et ils embarquent tout le savoir-faire du constructeur, le tout arborant un design qui ne peut laisser indifférent.

L'objectif clairement affiché est de n'offrir que le meilleur, pour nous les gamers. De quoi motiver un futur achat ? Réponse dans notre test, où c'est un kit de 16 Go cadencé à 2133 MHz qui passe sur le grill.


Déballage

Corsair nous a fait parvenir un kit de quatre barrettes de 4 Go de RAM DDR3. Les barrettes sont placées un packaging haut de gamme, à mille lieues des blisters en plastique dur habituel. L'emballage est constitué de 2 rabats, chacun contenant un plateau en mousse dans lequel sont placées 2 barrettes. C'est très classe, et cela met particulièrement en valeur les Dominator.


Un packaging luxe

Si on regarde les barrettes de plus près, on peut remarquer qu'en fait le dissipateur thermique n'est pas d'un seul tenant, ce qui n'est pas toujours le cas sur toutes les barrettes, où on a déjà vu des systèmes monolithique, comme sur les Crucial Ballistix Elite. Corsair donc fait le choix d'un radiateur démontable, avec comme objectif d'être évolutif. Sur le recto, le constructeur a eu la bonne idée de sérigraphier la référence ainsi que les paramètres de base de la RAM. C'est bien plus classe que les étiquettes qui parfois se décollent. Il n'y a comme ça aucune question à se poser sur les spécifications du module, même 10 ans après.



Présentation détaillée

Vue éclatée des Dominator Platinum
Le constructeur met à disposition une vue éclatée de ses barrettes Dominator Platinum, ce qui permet d'en découvrir l'envers du décor sans risquer de les endommager lors d'un démontage en bonne et due forme.

On y apprend tout d'abord que dans cette gamme, les puces mémoires font l'objet d'une sélection drastique. En fait, chaque puce est testée, et suivant la fréquence max qu'elle arrive à atteindre, elle équipera ou non les Dominator Platinum. Les puces sont montées sur un circuit imprimé spécifique Corsair, doté notamment d'une interface Link, sur lequel nous reviendrons dans un prochain article.

Mais ce n'est pas tout. Le dissipateur thermique est surmonté d'ailettes, elles-mêmes surmontées d'une sorte de barre métallique du plus bel effet, sous laquelle se cache une barre lumineuse blanche. Des vis permettent de procéder au démontage de cette partie, et de remplacer la LED blanche par une LED d'une autre couleur, sans qu'on sache exactement quelles sont les couleurs disponibles.

La vidéo suivante détaille l'image de manière plus percutante :


Passons à l'installation de ce kit dans notre configuration de test.

Installation

Le SPD
La configuration de test est désormais up-to-date :
Comme ces barrettes font plus de 4 cm de haut — il faut avoir bien cela en tête — elles risquent de poser problème avec le radiateur du processeur. On utilise habituellement des ventirads au format tours bardés de heatpipes, comme le Noctua NH-D14, qui malheureusement condamne 1 ou 2 ports DDR3 selon son orientation. On va donc se rabattre sur le ventirad Intel de base, référence très peu utilisée dans ce genre de configuration, mais qui a le mérite de la compatibilité absolue.


Les Dominator sont dans la place !

Protocole de test


Paramétrages

Lors des précédents benchs de RAM, on s'était plutôt concentrés sur la diminution des timings à la fréquence nominale de 800 MHz. Aujourd'hui, on va plutôt se focaliser sur la montée en fréquence, qui rapporte toujours plus de performances.

L'architecture introduite par Intel avec les processeurs Core abandonne la notion de Front Side Bus (FSB), pour celle de Base Clock (BCLK) pour tout ce qui concerne les fréquences. Le Core i5 3570K de test tourne à une fréquence de base de 3,8 GHz, obtenue avec un BCLK à 100 Mhz et un multiplicateur de 38. La RAM fonctionne dans ce cas avec le même BCLK de 100 Mhz, avec un multiplicateur de 13, soit 1333 MHz DDR.

Pour atteindre les 2133 Mhz DDR de la fiche technique, il suffit d'activer le SPD. Le BCLK passe reste alors à 100 Mhz mais le coefficient de la RAM passe automatiquement à 21,3. Cela signifie que la fréquence processeur n'est pas modifiée, comme cela pouvait être le cas sur d'autres architectures intel : on va donc pouvoir tester réellement l'impact de la fréquence de la RAM sur les performances du système.

On va bien évidemment essayer aussi d'aller plus loin que les spécifications officielles de Corsair, en augmentant la tension d'alimentation des modules mémoire. On utilisera une valeur de 1,68 V, ce qui est assez élevé par rapport aux 1,5 V inclus dans le profil XMP, mais nécessaire pour espérer obtenir un gain. Dans notre cas, après divers essais, on a pu atteindre la valeur de 2400 MHz DDR, soit un multiplicateur de 24 ! Une tension de 1,8V s'est avérée nécessaire pour atteindre une telle fréquence, mais au vu des dissipateurs thermiques utilisés, le coup de chaud n'est pas à craindre.

Nos tests vont donc porter sur les performances obtenues selon ces 3 différentes fréquences :
  • Profil JEDEC de base : 666 MHz - 9-9-9-24 : aucun réglage spécifique dans le BIOS
  • Profil XMP : 1066 MHz - 9-11-10-30 : activation du profil XMP dans le BIOS
  • Overclock fréquences : 1200 MHz - 9-13-13-36 : activation du profil XMP dans le BIOS, augmentation du multiplicateur RAM à 24, tension à 1,8 V

Outillage utilisé

Une capture d'AIDA 2.70
Pour tester les performances, on va d'abord s'intéresser au débit en lecture, écriture, et copie, ainsi qu'à la latence. On utilise pour ce faire le module de benchmark mémoire intégré à Aida 2.70. On fait 3 passes successives pour chaque test et on ne garde que la moyenne des résultats. On va aussi regarder la bande passante théorique à l'aide de Sandra 2011, en faisant également 3 passes successives.

Pour les tests plus « monde réel », on va s’intéresser aux scores de Cinebench 11.5. Il s'agit d'un benchmark « real-world » de rendu graphique gourmand en CPU et qui est basé sur le logiciel Maxon Cinema 4D. Et bien sûr, on utilisera également LinX 0.64. Dernier venu dans les outils de benchs populaires, LinX est particulièrement utilisé pour tester la stabilité des systèmes overclockés. Il utilise un moteur de résolution de systèmes d'équations géants, lancé en boucle. Si les résultats ne sont pas toujours identiques, c'est qu'il y a une instabilité. Cela permettra de nous assurer que les 2400 MHz sont stables.

Résultats & Analyse

Le tableau ci-dessous synthétise les résultats obtenus dans les benchmarks théoriques :
Fréquence (MHz)Timings (clocks)Bande passante (Go/s)Lecture (Mo/s)Écriture (Mo/s)Copie (Mo/s)Latence (ns)Indice Windows (Mémoire)
666 DDR 9-9-9-24 14,36 16361 18507 18471 50,17,6
1066 DDR 9-11-10-30 18,0 2155019939 22838 37,47,6
1200 DDR 9-11-13-3618,4 22012 20192 24303 34.87,6

Tout d'abord, la carte mère Gigabyte de test s'est révélée être une alliée de choix pour jouer avec les différents paramètres de ces Dominator Platinum. Fréquence, timings, voltages, tout est pratique, et tout est bien pensé. Si le PC ne boote plus, pour cause de réglages un peu trop poussés, il est très facile de rectifier le tir. Nul besoin de dire que cela s'est produit quelques fois, un test de RAM ayant toujours une part de tâtonnement.

Détaillons maintenant un peu les résultats. Côté bande passante, on observe une augmentation du résultat à chaque fois que la fréquence se fait plus agressive. Le double channel permet donc ici d'obtenir des valeurs tournant autour de 18 Go/s.

Les valeurs de débit de lecture/écriture/copie, relevés par Aida, montrent des gains assez linéaires, ce qui vient conforter le point précédent. On notera tout de même que le passage à 2400 Mhz n'apporte qu'un gain relatif : cela est lié à l'augmentation des timings qui contrebalancent ce gain. Il faudrait les faire baisser pour que cette fréquence, prometteuse, livre tout son potentiel.

Le point le plus surprenant concerne l'indice de performance Windows relatif à la mémoire : peu importe la fréquence et les timings, il reste bloqué à 7,6. Comme quoi, ce sous-indice ne nous apprend rien. C'est regrettable, car le sous-indice lié au disque dur est quant à lui bien représentatif de la réalité, comme on a pu le voir dans nos articles sur les SSD, notamment sur le m4 128 Go, également produit par Crucial.

Le tableau ci-dessous synthétise les résultats obtenus dans les benchmarks plus pratiques :


Fréquence (MHz)Timings (clocks)LinxCinebench
666 DDR 9-9-9-24 5,9750,89
1066 DDR 9-11-10-30 6,456,08
1200 DDR 9-11-13-366,4 56,11

Linx nous a permis de nous assurer de la stabilité des paramètres employés. Avec une tension de 1,7V à 2400 MHz, Linx renvoyait rapidement une erreur. Une montée à 1,8 V a permis d'arranger la situation. On voit également que la situation aperçue avec les benchmarks synthétiques se confirme.

Les chiffres obtenus avec le profil XMP sont excellents, il faut donc bien penser à l'activer dans le BIOS pour tirer la substantifique moelle de ce kit.

Quant à l'overcloking, on voit que le kit en a sous le pied. Dans notre cas, 2400 MHz est une grosse montée en fréquence, malheureusement desservie par des timings trop peu agressifs, mais cela est plus lié au temps limité pour notre test qu'autre chose.

Il faut donc retenir que le kit fait très bien son boulot à 2133 MHz, et qu'il est capable, avec du temps à consacrer au « fine-tuning », d'aller encore au-delà !

Autres produits de la gamme

Une large gamme
La gamme Dominator Platinum ne compte pas que le modèle testé, loin de là ! L'offre est large tant en termes de capacités, jusqu'à 64 Go, que de fréquences, jusqu'à pas moins de 2800 MHz. Il y a forcément un kit parmi les 23 disponibles adapté à chaque situation.

Les kits ne sont pas forcément composés de 4 barrettes, il y a des paires, mais aussi des paquets de 8, destinés notamment aux plateformes socket 2011 intel, telle la G1. Assassin 2 de Gigabyte qu'on avait testé il y a quelques temps avec un CPU hors normes, le intel Extreme Edition i7 3960X.

Pour aller plus loin

Pour mieux comprendre le fonctionnement de la RAM, notamment tout ce qui a trait aux timings et au SPD, n'hésitez pas à lire notre article intitulé "la RAM : on vous explique" !

Conclusion

Corsair offre avec ces kit Dominator Platinum un condensé luxueux de performances enfermé dans un design attirant. Ici, rien n'est laissé au hasard, et on à la crème de ce qui est technologiquement possible pour de la RAM. Le kit testé - 16 Go en 2133 MHz - est très équilibré et en fait l'une des références les plus intéressantes de cette gamme riche de 23 modèles. Le prix demandé est à la hauteur de la prestation, mais parfois il est bon de ne pas être raisonnable. Amis geeks, gamers et powerusers, ces modules sont faits pour vous !

Produit recommandé par ZeDen


par Xpierrot 1 commentaire par utr_dragon
Partager

Commentaires

utr_dragon

Rédacteur en Chef/Dieu
Nb msg : 2470
(#1) 29 novembre 2012 à 22h20
Les barrettes ont vraiment de la gueule. M'enfin, le prix est un poil exagéré tout de même.
No comment !
Héberger mes images en un clic

Commenter

Les commentaires sont fermés aux non membres. Pour poster un commentaire, créez un compte membre : c'est simple et gratuit !

Actu du même sujet

Caractéristiques techniques

On trouve toutes les informations nécessaires sur le site du constructeur :
  • Référence : CMD16GX3M4A2133C9
  • DDR3-17066 / 2133 MHz
  • Timings : 9-11-10-30
  • Capacité : 4 x 4096 Mo
  • Tension : 1.5 V
  • Radiateurs DHX
  • Sondes thermiques intégrées
  • Profils XMP intégrés
  • Garantie à vie
  • Prix : 253,99 €uros chez notre partenaire materiel.net