ZeDen.net

 
 
MX518 revival = G400 ?
Logitech est une marque suisse connue et reconnue de périphériques pour PC, avec des produits qui s'adressent à tous les marchés. Les souris sont en fait au cœur du métier de l'entreprise depuis leur invention en 1981. A l'époque, on ne trouvait que 2 boutons et une boule en dessous. 30 ans plus tard, on trouve maintenant dans leur catalogue la série « G », pour « Gamers », signe de l'évolution des mulots.
Après la G700, haut de la gamme, c'est au tour de la G400 de passer sur le grill. Annoncée comme étant rien de moins que la remplaçante de la MX518 qui a équipé une génération de joueurs, voyons voir ce qu'elle a vraiment dans le ventre.


Caractéristiques techniques et fonctionnalités

Sur le site de Logitech, on trouve les informations suivantes :
  • Résolution de suivi : 400 à 3600 DPI
  • Traitement de l'image : 5,8 mégapixels/seconde
  • Accélération max. : 25 G
  • Vitesse max. : 70 à 140 pouces/seconde
  • Format de données USB : 16 bits/axe
  • Ratio de rapport USB : 1000/seconde
  • Poids total: 133 g
  • Cordon : 15 grammes
  • Longévité des boutons : 10 millions de clics
  • Longévité des patins : 250 kilomètres
  • 3 ans de garantie matérielle limitée
  • Prix : 39,99 € chez notre partenaire materiel.net

Déballage

Le packaging utilisé par le constructeur suisse sur cette souris est identique à celui des autres modèles de la marque. Il met le produit bien en avant, tout en restant sobre.


Packaging sobre mais efficace

La souris est simplement accompagnée d'un petit livret, en guise de bundle.
Pas de bundle, juste de la doc
On remarque tout de suite qu'il manque un élément important à l'ouverture de la boite : le driver. Logitech n'a pas pris la peine d'intégrer de CD dans la boite de la G400, il faut aller le télécharger. C'est clairement indiqué sur le site officiel, où il est mentionné dans les prérequis à l'utilisation de ce produit « Connexion Internet (pour télécharger le logiciel) ». Ce choix peut sembler logique : peu de joueurs n'ont pas de connexion internet. Cependant, le cas pourrait se produire, il vaut donc mieux le savoir au préalable.

Présentation détaillée


Dessus

Dessus ...
Le dessus de la G400 permet de voir les 3 boutons et la roulette, tous alignés. Les 3 boutons sont de base affectés à la gestion de la résolution : augmentation du nombre de DPI, baisse du nombre de DPI et retour à la résolution par défaut. Ils paraissent petits à première vue, mais nous verrons ce qu'il en est à l'usage.

Quant à la molette, sa tranche de la roulette parait assez fine, mais elle est recouverte d'un revêtement antidérapant pour une bonne prise en main.

Dessous

... dessous ....
Lorsqu'on retourne la souris, si elle alimentée électriquement par l'USB, on voit une lumière rouge émise par le capteur, qui vient rappeler qu'on a affaire à un modèle optique, alors que les capteurs lasers se sont généralisés sur le haut de gamme. Vu le positionnement tarifaire de la G400, le choix de l'optique est tout à fait logique.

On remarque en outre de larges patins en téflon, en haut et en bas, mais aussi un plus petit sur le coté, au niveau du capteur. Cela va assurer une bonne glisse de cette G400 sur la majorité des surfaces, notamment sur les tapis de souris pour gamers.

Passons maintenant à l'installation des drivers.

Drivers

Une interface classe
Cette souris utilise les drivers unifiés Logitech Software. Ils supportent tout les périphériques de jeux de la marque portant la lettre « G » dans leurs références, qu'ils soient plutôt anciens comme le G15 v2 ou tout récent comme cette G400, en passant par les claviers G13 ou bien le casque G930. Le site officiel du constructeur nous permet de télécharger rapidement les 55 Mo de la version pour Windows 7 x64 bits et de passer à l'installation qui se déroule sans encombre.

Regardons un peu plus en détail ce que le pilote propose :


Tout est clair et intuitif

Pour paramétrer le comportement des différents boutons présents sur la G400, on peut soit utiliser l'interface de paramétrage, qui propose de nombreuses possibilités : frappe de touche, simulation touches multimédia, fonction de la souris, etc. Un éditeur de macros est bien évidemment de la partie, avec notamment une gestion avancée des délais entre les opérations.

On peut aussi utiliser les presets fournies par Logitech. Lors du lancement, le pilote cherche automatiquement les jeux installés afin de proposer les raccourcis adaptés. La liste des jeux est en haut de l'interface, tandis qu'à gauche, les raccourcis du jeu sélectionné sont listés. Il n'y a plus qu'à les affecter aux différents boutons, via un glisser/déposer très intuitif.

L’icône de paramétrage, représentée par un engrenage, permet de faire apparaitre l'interface de configuration. On peut ainsi régler tout ce qui à trait à la résolution, comme le nombre de paliers et leurs résolutions, jusqu'à 3600 DPI, ainsi qu'à la fréquence de polling du port USB, de 125 à 1000 Hz. Il n'y a que peu de raison de changer cette dernière valeur, fixée à 500 Hz par défaut et qui présente le meilleur compromis réactivité / consommation CPU.

Avec tout ça, il y a là de quoi customiser sa souris aux petits oignons, et ce de manière très intuitive.

A l'usage

Après plusieurs jours passés avec la G400, il est temps de passer au bilan.

Telle mère telle fille
La filiation de cette G400 avec la MX518, telle que Logitech l'annonce, est réelle. Il suffit de regarder la photo ci-contre pour s'en apercevoir. Même forme, même disposition de boutons, mais aussi poids et dimensions quasiment identiques. Logitech a donc vraiment remis au goût du jour un modèle phare, en le modernisant à la mode « G », et autant dire que cette sauce prend.

La forme de la souris ainsi que les matériaux utilisés font que la prise en main est agréable, on se sent tout de suite à l'aise. Le revêtement un peu rugueux au niveau du pouce permet de bien agripper la souris. Le poids est bien calibré, même si les 116 g relevés sur la balance paraitront encore trop lourds pour certains. On sent également que la souris est solide, il n'y a pas de couinement dû à des plastiques mal ajustés quand on appuie un peu dessus par exemple, ce qui est gage d'une bonne qualité de finition.

Les boutons tombent bien sous les doigts même les petits boutons + et - situés de part et d'autre de la molette. Cette molette crantée dispose d'ailleurs de crans bien marqués, qui ne sont pas pour autant trop dur. Logitech a une réelle maitrise de dispositif, donc la version la plus évoluée sur les MX Revolution n'a été à mon sens jamais dépassée par la concurrence.

Allez-vous craquer ?
Le seul petit regret qu'on pourra avoir sur ce modèle est l'absence d'un câble USB en tissu tressé, ce qui se fait de plus en plus et qui a de nombreux avantage. En revanche, l'impasse faite sur le connecteur plaqué or par Logitech est une bonne chose : on ne cède pas toujours à la course en avant imposée par le marketing.

La série G de Logitech permet également de s'affranchir des vieillissants drivers Setpoint, et les nouveaux Logitech Software comme ils s'appellent désormais, se sont montrés vraiment efficaces, en plus d'utiliser une interface graphique assez sexy.

En jeu, le capteur optique a montré tout son potentiel. Avec un tapis adéquat, il sera difficile de faire décrocher cette G400. Les multiples boutons et la gestion de la résolution fait des merveilles dans des jeux style Battlefield 3.

Conclusion

Polyvalente, réactive, solide et très abordable, cette souris optique du constructeur suisse montre qu'il a conservé la recette qui avait fait le succès de la MX518 pour proposer une G400 digne descendante de son aïeule. Logitech s'est concentré sur les fondamentaux pour offrir un modèle filaire au rapport qualité/prix étudié, ne présentant aucun défaut majeur et qui donc saura conquérir un large public. On souhaite une longue vie à l'héritière !

Produit recommandé par ZeDen


par Xpierrot 5 commentaires, dernier par Xpierrot
Partager

Commentaires

utr_dragon

Rédacteur en Chef/Dieu
Nb msg : 2486
(#1) 02 novembre 2011 à 09h56
J'ai possédé une MX 518 pendant des années que j'ai changée juste le mois dernier. Elle fonctionnait encore très bien, mais les patins étaient usés et la peinture du logo Logitech me restait sur les mains lors de longues sessions de jeu. Une souris parée à toutes épreuves. Cette G400 semble reprendre tous les éléments qui ont fait le succès de son aîné, y compris son prix attractif, ce qui est plutôt une bonne chose à mon sens. Par contre, c'est pour les droitiers uniquement, gauchers passez votre chemin !
No comment !
Zork

Webmaster
Nb msg : 1845
(#2) 02 novembre 2011 à 17h30
Avant la MX 518 c'était la MX 500 Bleu

C'est sans aucun doute la meilleure souris que j'ai eu la chance d'utiliser. Elle a, elle aussi, durée des années sans s'user outre mesure.

J'ai par la suite acquis une souris Razor et bien qu'elle soit attrayante, elle s'est très vite usé et devenu désagréable à utiliser. Je vais peut être acheter la G400 du coup, car j'ai besoin de changer.
Webmaster et fanboy id Software.
Grounch

Gros Membre
Nb msg : 1068
(#3) 02 novembre 2011 à 20h11
Moi je suis très bien avec ma Kone [+]! Merci Zeden
Zork

Webmaster
Nb msg : 1845
(#4) 02 novembre 2011 à 20h21
Est-ce que c'est celle-ci ?
Webmaster et fanboy id Software.
Xpierrot

Responsable Hardware de Zeden
Nb msg : 1497
(#5) 02 novembre 2011 à 21h50
celle ci : http://www.zeden.net/actu/17390-Zeden-teste-la-souris-Roccat-Kone-Plus-review
Marchez doucement car vous marchez sur mes rêves
Héberger mes images en un clic

Commenter

Les commentaires sont fermés aux non membres. Pour poster un commentaire, créez un compte membre : c'est simple et gratuit !