ZeDen.net

 
 
Fallait-il réellement sortir de l'abri 76 ?
Annoncé à l'E3 2018, Fallout 76 a beaucoup fait parler de lui pour son nouveau concept. Puisque après avoir décliné avec succès la licence The Elder Scrolls en ligne (The Elder Scrolls Online) en 2014, Bethesda Softworks a repris la recette pour une autre de ses franchises phare. C'est comme ça qu'est né Fallout 76, un épisode préquel, se déroulant soixante ans avant Fallout premier du nom. La licence évolue donc pour passer de jeux solo pur jus à un jeu pensé comme un service (« game as a service »), la nouvelle poule aux œufs d'or des éditeurs. Mais quand on propose du service, encore faut-il que celui-ci soit à la hauteur. Voyons ce qu'il en est avec ce Fallout 76.


Nuked world

La carte est très grande
Fallout20 76 se déroule en 2102, dans un monde qui se remet difficilement d'une guerre nucléaire l'ayant ravagé quelques décennies plus tôt. Vous faites partie d'un petit groupe de survivants, caché jusqu'alors dans l'abri 76, qui ressort afin de repeupler et reconstruire le monde. Avant de sortir arpenter la Virginie, vous devrez créer votre personnage. L’éditeur est très complet, et vous pourrez vous créer un avatar à votre image. Pour les plus pressés comme moi, vous aurez aussi la possibilité de faire appel à des personnages préconfigurés. Une fois votre personnage créé, vous allez pouvoir sortir de votre abri, afin de découvrir les Terres Désolées et découvrir ce qu'il est advenu de la superviseuse de votre abri.
Les lieux visités sont sympa
Et là, c'est une vase claque, car la map est carrément immense et propose des centaines de points d'intérêt. Le corolaire, c'est que la traverser peut prendre des heures (il faut facilement trois heures de jeu pour traverser la carte du sud au nord en conditions réelles de jeu) et que Fallout 76 ne propose pas de véhicules. Les développeurs ont ajouté la possibilité de se téléporter aux endroits déjà visités sur la carte, mais le prix de ces dernières dépend de la distance parcourue, et on est vite découragés dans les premières heures de jeu d'utiliser cette fonctionnalité.

Colissimo, Fedex, DHL, TNT, UPS sont dans un bateau

Malheureusement, les quêtes ne sont guère passionnantes
Aucune des quêtes proposées dans Fallout 76 n'a réussi à n'éveiller ne serait-ce qu'un mouvement de sourcil de ma part. 99.99% des quêtes sont des missions qui consistent à aller chercher des choses, trouver des objets, etc. La quête Fedex, donc, portée à son paroxysme. Parfois, il arrive que l'on tombe sur une quête un peu moins pénible que les autres et qui effleure la richesse de ce que l'on a pu parfois connaître dans la série, mais c'est très rare. Et, surtout, il est difficile de reconnaitre à l'avance les quêtes qui seront intéressantes ou pas. Cela est d'autant plus prégnant que le jeu ne propose aucun PNJ, même si pendant les premières heures de jeu, vous pourriez croire l'inverse, quand on vous demande d'aller à la recherche du maire. Il n'en sera rien, puisque le maire  – spoiler –  comme tous les autres personnages du jeu est un robot.
Vous ne croiserez aucun humain
Ce petit univers artificiel manque cruellement de vie et d’interactions avec des personnages et l'on s'ennuie rapidement à devoir lire des pavés de texte indigestes sur des écrans en noir et blanc. Quand on a de la chance, on peut interagir avec un robot, mais ces derniers débitent toujours les trois mêmes phrases de dialogue. Vous l'aurez compris, les dialogues profonds avec des embranchements auront disparu avec Fallout 76, et l'ensemble des interactions avec des êtres vivants seront pour dézinguer des ennemis qui veulent vous bouffer. Les seuls humains que vous croiserez, seront les autres joueurs, car Fallout 76, nous l'avons dit, est un jeu multijoueurs. Et quel multi...


La partie multijoueurs est une vaste blague

Le mode multi ne sert qu'à se téléporter rapidement
Depuis l’annonce de ce nouvel opus, Bethesda chantait les louanges d’un jeu orienté vers le multijoueur et certains s'étaient pris à rêver de quelque chose de grandiose. Je vais couper court directement à tous les fantasmes : Fallout 76 est un jeu qui est structuré pour se jouer en solo, mais il se joue en ligne sur des serveurs avec 24 joueurs. 24 joueurs, sur une carte immense. En conséquence, personne ne se croise jamais et, lorsque cela arrive par hasard, les joueurs s'ignorent juste. Un joueur a tenté de commercer une fois avec moi. Le jeu ne propose pas de chat in-game. Donc il fallait à chaque fois passer par le chat de la console (ce qui implique de minimiser le jeu, ouvrir trois menus) pour au final ne conclure aucun deal, car le gars voulait absolument acheter mes armes pour des prix dérisoires. Le seul intérêt que j'ai trouvé à rejoindre une équipe est celui de pouvoir se téléporter gratuitement sur ses coéquipiers. Donc, je trouvais sur la map un joueur qui n'était pas loin de l'endroit où je devais aller, puis je lui lançais une invitation d'équipe pour me téléporter sur lui. Une fois fait, je continue mon chemin pour faire ma quête. SU-PER, la coopération. Quand on a une équipe, on voit les missions de nos coéquipiers, mais il s'agit alors de faire les missions en même temps en parallèle et non en coopération. On notera la présence d’événements communautaires qui consistent à redémarrer une centrale nucléaire, une usine de nourriture, etc., mais les joueurs font l'impasse sur ces quêtes longues, laborieuses, ingrates et souvent buguées (impossible pour moi de reconstituer la guerre de sécession, par exemple).

Des mécaniques de jeu perfectibles

Bouffe-chie-dort

Boire de l'eau sale et faire monter son niveau de radiations ?
Même s'ils sont devenus à la mode, j'ai toujours eu en horreur les jeux où il fallait gérer les besoins de son personnage. Fallout 76 n'échappe pas à cette règle et vous aurez à gérer la faim et la soif de votre personnage, en plus de ses points de vie, de son niveau de radiation et de son niveau de fatigue. Je dois avouer que globalement, le système est assez nul à gérer, la faute à un inventaire conçu en dépit du bon sens. Il aurait par exemple été possible d'ajouter un peu de couleurs à cet inventaire, afin que l'on puisse distinguer rapidement les éléments entre eux. Et vous l'aurez compris, une grosse partie du temps de jeu consiste à gérer son inventaire, à se débarrasser d'objets trop lourds, à rechercher des objets indispensables au fin fond de son sac. Rien n'est intuitif, rien n'est à portée de main. Certains joueurs PC se plaignent que c'est une interface consoles, mais je vous garantis que c'est aussi pénible avec une manette en main. Une bonne partie du temps de jeu consiste à amasser du loot divers et varié afin d'assurer sa subsistance, améliorer et réparer armes et armures et construire sa base. Las, les développeurs on fait le choix de limiter les tailles d'inventaire, mais également de stockage dans la base !

Des marchands qui se croient sur les Champs Élysées

Veillez à bien monter les bonnes compétences
Ajoutez à cela que les marchands proposent des prix complètement abusés (du moins, pendant les 30 ou 40 premières heures de jeu), et vous comprendrez qu'entasser du bric-à-brac est vital pour le développement de votre personnage et de votre base (j'y reviendrai un peu plus loin). Votre âme de brocanteur ne sera pas encouragée par les développeurs, mais parait-il que la taille du stockage va être augmentée dans les prochains patchs du mois de décembre. L'autre élément RPG du titre est la gestion des caractéristiques de son personnage. À chaque niveau gagné, on gagne un point à distribuer entre sept caractéristiques : force, perception, endurance, charisme, intelligence, agilité et chance. Chaque point permet d'équiper autant de cartes de compétence, qui sont, elles, obtenues de manière aléatoire. Et c'est là l'un des éléments frustrants du titre, puisque l'on ne peut pas complètement choisir la destinée de son personnage. Par exemple, alors que le crochetage et le piratage sont des éléments importants dans le jeu, je suis resté bloqué des dizaines d'heures au niveau 1 de ces compétences, car je n'avais pas obtenu les cartes nécessaires pour passer les niveaux supérieurs – me cantonnant ainsi à l'ouverture des serrures basiques et des coffres simples et me privant donc du butin le plus intéressant.

Choisissez votre CAMP

Si c'est votre truc, la construction de votre camp pourra vous occuper un moment
Notons enfin, la construction campements, avec le système de C.A.M.P intégré au jeu. Ce dernier permet de se construire et de personnaliser ses campements, qui peuvent aller du simple duvet à la base avec plusieurs étages, mobilier intérieur et plantations extérieures. Il y a des centaines d'éléments de personnalisation cosmétiques. Chose malheureuse, c'est que la construction de votre camp se fera par-dessus la végétation. Par exemple, lorsque j'ai construit ma base, c'était en bordure de petits arbustes. Puis, je l'ai agrandie au fil du temps, mais les petits arbustes n'ont pas été écrasés par les fondations, ils se contentent de dépasser en plein milieu de ma base... Personnellement, je me suis contenté du basique pour pouvoir confectionner bouffe, armes et armures au chaud, le tout protégé par des tourelles et entouré de plantations pour être autosuffisant. Le C.A.M.P. peut se déplacer n'importe où sur la map contre quelques capsules (la monnaie du jeu). C'est très utile, car cela sert de lieu de réapparition, et également de lieu de stockage.

Un beau jeu de 2008

Notez cette magnifique texture au sol
Techniquement parlant, la version Xbox One du jeu que nous avons eue entre les mains souffre de nombreux problèmes. Il y a bien entendu les bugs, qui sont inhérents aux jeux Bethesda Softworks, me direz-vous. Sauf qu'ici, on atteint un niveau assez élevé, à tel point que des missions ne peuvent être complétées, car certains scripts ne fonctionnent pas, certains éléments sont absents, etc. Le pire, c'est que certains de ces bugs sont connus et persistent de puis la phase de bêta test du jeu – ce qui est inacceptable. Trois jours après la sortie du jeu, celui-ci a connu un patch de plus de 48 Go (plus lourd que le jeu de base) qui a réussi l'exploit de ne pas régler tous les problèmes du titre. Nous avons donc encore des ennemis plantés dans les décors, des problèmes de scripts, des journaux audio qui ne se déclenchent pas, une détection des dégâts sur les ennemis qui n'est pas immédiate, etc. Moins, certes, mais toujours bien présents. Sur la version Xbox One de Fallout 76 qu'il nous a été donné de tester, on peut dire que le jeu n'est pas au niveau technique d'un AAA. Le titre affiche un framerate très bas, qui doit osciller entre 25 et 30 images par seconde (au doigt mouillé, je n'ai pas d'appareil de mesure), et qui se permet, en sus, de très grosses saccades lors de certains combats.
la distance d'affichage n'est pas fameuse
Pourtant, ce qui est affiché à l'écran ne fait pas particulièrement rêver. Le jeu propose des textures très pauvres, l'affichage des zones se fait progressivement, l'apparition d'éléments 3D sur les textures de sol est très visible et régulier. Malgré de vastes espaces, la profondeur du champ de vision est très faible, et monter en hauteur ne vous permettra pas d'avoir une belle vue sur le monde, juste d'apprécier une bouillie de pixels flous. Heureusement, la partie artistique vient remonter le niveau, avec des environnements travaillés et réussis, des clins d’œil et tout l'univers autour du pimp boy.
Niveau audio, on ne peut pas dire que le jeu transcende. Les effets sonores sont basiques et les musiques assez pauvres. Quel dommage ! Car dans ce type de jeu, où il peut ne rien se passer pendant de longues minutes, l'environnement sonore est primordial. Encore raté.

Pourtant...

Et pourtant, même si les missions sont nulles, les ennemis débiles, les bugs omniprésents, le système de jeu parfois ridicule et daté, on s'accroche.
Entre les chaînes de montagnes, les terres désolées, la forêt marécageuse, les cabanes dans les bois, les scieries et autres usines, il faudra un moment pour tout explorer dans cet univers bien fourni. Car Fallout 76 n'est pas un jeu de survie, c'est un jeu d'exploration. C'est la seule vraie qualité du titre, son vrai seul atout, sa seule partie complètement réussie. Les quêtes, principales ou secondaires, ne sont pas captivantes, mais par contre, on sait qu'il s'agit là d'un prétexte pour nous jeter sur les routes de cette Virginie-Occidentale parfaitement modélisée en jeu. Chaque lieu visité est unique et inoubliable de Camden Park à l'usine de Nuka-cola, de la station spatiale écrasée à l'hôpital désaffecté. Si l'on revient au jeu, c'est pour tous les à-côtés qui ne sont pas narrés, les petits détails, le travail des artistes sur certains lieux. Le monde est intéressant et autonome. Il lui aurait simplement manqué d'être réellement vivant pour être une réussite.

Conclusion

En dépit d'un moteur graphique vieillissant, d'une interface lourde, d'un gameplay daté et ennuyeux, Fallout 76 arrive néanmoins à proposer aux joueurs un monde riche et cohérent. Cette Virginie-Occidentale, à défaut de décrocher la mâchoire, vous offrira néanmoins des dizaines d'heures d'exploration dans une carte extrêmement travaillée et riche d'environnements variés et intéressants. Malheureusement, cet élément n'arrive pas à faire oublier les tares du jeu, à commencer par des choix douteux, comme cet hybride de jeu multijoueurs dans lequel rien n'est fait pour encourager les joueurs à jouer ensemble et enfin, cette finition honteuse pour un jeu gros budget.


par utr_dragon 2 commentaires, dernier par utr_dragon
Partager

Commentaires

Zhao

L'Oréal
Nb msg : 461
(#1) 04 décembre 2018 à 15h57
Au vu de tous les problèmes cités par rapport au seul point positif qui est : 'Un chouette univers ou se promener", je te trouve encore clément avec une note "Moyen".
Il ne m'attirait déjà pas beaucoup, il m'attire encore moins. Y a t'il un intérêt à acheté Fallout76 à 70€ au lieu d'un Fallou4 GOTY à 20€ ?

Ps: un test BF5 de prévu ?
La paix par la force. La liberté par les armes. L’obéissance par la peur.
utr_dragon

Rédacteur en Chef/Dieu
Nb msg : 2479
(#2) 06 décembre 2018 à 20h33
Ah, les notes, c'est toujours difficile. Le truc qui m'a fait basculer entre le mauvais et le moyen, c'est un petit rien, juste l'envie de me refaire des sessions de jeu après test pour aller explorer telle ou telle région de la carte que je n'avais pas eu le temps d'explorer. Le truc, avec un jeu de ce type, c'est qu'un joueur qui arrivera au premier trimestre 2019 ne comprendra pas pourquoi les critiques ont été très dures, car il verra un jeu largement jouable (une majorité de bugs auront été corrigés) et qui sera à petit prix. En tout cas, à l'heure actuelle, il vaut clairement mieux prendre Fallout 4 GOTY. D'autant que Fallout 4 est un vrai jeu solo, 76, une micro-coupure et la partie se termine - tout ça alors que le multi est anecdotique.

Pour BFV, pas de test prévu (on ne nous a pas envoyé de version test).
No comment !
Héberger mes images en un clic

Commenter

Les commentaires sont fermés aux non membres. Pour poster un commentaire, créez un compte membre : c'est simple et gratuit !

Actu du même sujet

Le jeu a été testé sur une version Xbox One dématérialisée fournie par l'éditeur.