ZeDen.net

 
 
Drunken + robot + porno, mots clés casés
Quand Drunken Robot Pornography a été annoncé (c'était un premier avril), je pensais qu'il s'agissait d'un obscur jeu basé sur un anim japonais avec des tentacules ; mais malgré son titre évocateur, Drunken Robot Pornography n'a rien de vraiment pornographique, sauf si vous considérez que défoncer des robots géants dans des arènes relève du porno, et là, il va falloir sérieusement penser à aller consulter. Que les amateurs se consolent, notre zoom sur les FPS pornos est toujours en ligne. Mais revenons à nos robots. Drunken Robot Pornography est un FPS sous acide développé par Dejobaan Games, un petit studio de développement indépendant qui a notamment sorti le jeu AaaaaAAaaaAAAaaAAAAaAAAAA!!! -- A Reckless Disregard for Gravity, qui a reçu un très bon accueil critique et commercial. DRP va-t-il suivre l'exemple de son aîné ? Réponse dans notre test.

Porno + robots = banco !

Le background n'est qu'un prétexte pour affronter des robots
Honnêtement, je ne me suis pas vraiment attaché au (petit) bout de scénario que propose le jeu, et, à vrai dire, il s'agit plus d'un background que d'un élément important ou constitutif du gameplay. Vous incarnez Reuben Matsumoto, un tenancier de bar et vous avez fourni à votre robot-barman, Tim qui faisait les meilleures boissons de votre bar, une conscience, afin qu'il puisse mieux sympathiser avec vos clients. Submergé par les problèmes de ce monde, il a pété les plombs, a carbonisé la totalité de votre club et s'est enfui avec vos douze autres robots. Quelques semaines plus tard, il a attaqué la ville de Boston avec 20000 drones, 40 titans et ses lieutenants, les 12 robots ivres. Vous voilà donc à défier des robots de plusieurs dizaines de mètres de haut en évitant de vous faire découper par leurs lasers pour remettre les choses en ordre.

Tempête de boss géants

Les titans occupent une bonne partie de la map
Le jeu est divisé en niveaux qui ont chacun leurs challenges à réaliser. En général, il s'agit d’éliminer les ennemis du niveau, avant que le boss n'arrive au bout d'un certain nombre de points collectés ou alors de réaliser un certain nombre de points, ou de réaliser les deux. Ces boss, baptisés titans, couvrent une bonne partie du niveau par leur taille, mais sont assez faciles à vaincre : il faut leur tirer sur les extrémités, puis leur tirer sur le corps. Dit comme cela, ça peut sembler facile. Or, il n'en est rien, car en plus des bosss, les vagues d'ennemis continueront d'affluer, et vous devrez avoir à gérer leur flux, tout en combattant un boss qui envoie des rayons laser dans tout le niveau. Et comme si cela ne suffisait pas, vous devrez également avoir à gérer le temps.

Vitesse et mobilité sont la clé du succès

Drunken Robot Pornography n'est pas un jeu à conseiller aux épileptiques
Tous les niveaux du jeu sont en effet chronométrés, et votre principal ennemi sera souvent le temps, car arrivé à la fin du compteur, c'est la mort pour vous. Heureusement, vous disposez dans le jeu d'un jetpack, ce qui rend les mouvements extrêmement rapides dans les niveaux du jeu qui sont souvent très verticaux. Le jeu vous obligera de toutes façons à toujours privilégier la mobilité, il le faudra pour éliminer les ennemis et affronter les titans, mais également pour récupérer les munitions et power-ups disséminés sur les niveaux. Pour ne rien faciliter, tous les niveaux sont aériens, avec du vide sous vos pieds, et chaque chute vous fera baisser votre jauge de temps...

Flash-flash, boum-boum

Le contenu communautaire est bien mis en avant dans le jeu
C'est l'Unity Engine qui fait carburer Drunken Robot Pornography et le rendu est donc très correct. De plus, bien qu'indés, les développeurs de Dejobaan Games ne sont pas des amateurs, et ont donc une bonne maîtrise de leur sujet, tout en gardant les pieds sur terre. Les titans, aussi grands soient-ils sont composés d'éléments assemblés à la manière de ce que l'on pourrait faire en Lego. Le design est volontairement simple (mais attention, pas simpliste) pour permettre d'avoir des dizaines de titans, tous différents. Les niveaux sont également épurés et ne sont en général que des assemblages de plateformes aériennes. Graphiquement, le titre est donc propre, sans faire dans l'esbroufe, et ressemble finalement pas mal aux autres titres du développeur, AaaaaAAaaaAAAaaAAAAaAAAAA!!! for the Awesome en tête.
Vous avez déjà dû vous en rendre compte si vous avez suivi un peu les vidéos sorties pendant le développement du jeu, mais je le confirme, les musiques du jeu sont très vite énervantes. Je ne saurais définir leur style entre dubstep, trap ou que-sais-je encore, mais toujours est-il qu'elles sont énervantes au possible.

Conclusion

Drunken Robot Pornography est un FPS plutôt sympathique dans son concept et sa réalisation, mais qui peine un peu à se renouveler sur la longueur. Après plusieurs heures de jeu, le gameplay devient un peu répétitif et on tourne un peu en rond à moins d'être un fan de scoring devant l'éternel, capable de refaire des niveaux des dizaines de fois d'affilée pour augmenter son score de quelques points. Les développeurs ont toutefois prévu des challenges réguliers qui apportent un peu de nouveauté ainsi qu'un éditeur de niveaux, ce qui permet (déjà) à la communauté de diffuser du contenu via le Steam Workshop.


par utr_dragon Commenter
Partager

Héberger mes images en un clic

Commenter

Les commentaires sont fermés aux non membres. Pour poster un commentaire, créez un compte membre : c'est simple et gratuit !

Actu du même sujet

Le jeu a été testé sur une version Steam finale fournie par le développeur.

Configuration de test :