ZeDen.net

 
 
Rage, le nouveau FPS des créateurs du genre
Créateur du genre, id Software signe son retour sur le devant de la scène avec un nouveau FPS après plus de 6 ans d'absence. Et avec Rage le développeur frappe fort, puisqu'il s'agit d'une nouvelle licence et d'un nouveau moteur graphique, l'id Tech 5. Une aventure solo dans un monde ouvert et des phases de conduite sont les deux paris des développeurs pour ce nouveau jeu. Rage va-t-il pouvoir se hisser au-dessus de la concurrence, sur cette génération très friande du genre, et démontrer une nouvelle fois la maîtrise du studio d'un genre qu'il a lui-même créé ?


Un scénario déjà vu

L'univers post-apo est classique mais soigné
Rage se déroule dans un univers post-apocalyptique. En 2036, un astéroïde du nom d'Apophis s'écrase sur la Terre et détruit une bonne partie de la civilisation. Prévoyant le coup, les gouvernements ont créé le projet Eden en enfouissant des capsules baptisées « Arches », contenant des humains cryogénisés. Mais tout ne s'est pas déroulé comme prévu, puisque les premiers sortis ont fait régner leur loi via une organisation baptisée l'Autorité et règnent sans partage sur ce qui reste de l'humanité : des semblants de villes faites de bric et de broc. C'est dans ce monde-là que vous vous réveillez, plus de 100 ans après la catastrophe. Le jeu débute à votre sortie de l'arche, et votre première rencontre avec un mutant manquera de vous coûter la vie. Aidé par les habitants locaux, vous vous rendrez vite compte que l'Autorité n'aime pas les survivants des arches et vous devrez très vite vous défendre. Immédiatement, ce bout de scénario fait penser à un certain Fallout où l'on aurait remplacé bombe nucléaire par astéroïde. Mais qu'importe, si l'univers post-apo qui est ici présenté est très classique, il est également très soigné. On pourrait également citer un certain Borderlands, mais les ressemblances s'arrêtent à l'univers, puisqu'il n'est pas question ici de jauge d'expérience, mais bel et bien de FPS à l'ancienne, teinté d'éléments inspirés du RPG, et non l'inverse.

Mais un univers riche

Les personnages, même secondaires, sont travaillés
On a dit un peu trop vite que Rage était un FPS dans un monde ouvert. Car si le jeu est organisé autour d'une « zone ouverte », il n'en demeure pas moins que son architecture est finalement bien plus simpliste que cela. La zone ouverte ne sert en effet que de zone tampon entre les différentes villes du jeu et l'endroit où l'on doit exécuter les missions. Chaque transition entre les zones se fait au prix d'un temps de chargement, même si la zone ouverte n'est pas non plus vide de tout intérêt. Le Wasteland est en effet divisé en zones contrôlées par différents clans de bandits qui ne manqueront pas de vous attaquer à chaque passage. Une distraction qui est sympathique au début du jeu, mais qui s'avère très rapidement répétitive avec des véhicules ennemis qui spawnent toujours au même endroit et dans un nombre identique et qui sont faciles à éliminer (l'ennemi est verrouillé automatiquement, et il suffit de le dézinguer à la roquette à tête chercheuse). Heureusement que ces zone sont parsemées d'activités comme des sauts uniques à réaliser ou des défis facultatifs occasionnels. Dans tous les cas, sachez qu'il est tout à fait possible d'éviter toute cette partie du jeu, un coup de turbo servant à éviter tout cela très facilement. Les deux zones principales sont deux parties du Wastelands que l'on traverse en suivant des routes précises permettant de relier deux points en à peine deux minutes si on fonce droit. Ces wastelands abritent 3 zones d'habitation qui feront office de hub. La première n'est qu'un campement dans lequel vous apprendrez les bases du jeu avant d'être prié de quitter les lieux pour vous rendre dans la ville de Wellspring d'où vous devrez ensuite repartir pour rejoindre la capitale du second wasteland, Metro City. C'est depuis ces hubs que vous progresserez dans le jeu, leurs maires ou shérifs étant là pour vous confier les missions principales, mais également d'ici que vous trouverez des commerces, des missions secondaires ou des activités ludiques. Tous les habitants des villes sont très travaillés, ils ont tous une personnalité qui leur est propre, et ils pourront parfois vous confier des missions.

Des flingues qui envoient

Les gunfights sont vraiment bons
Si la partie exploration est limitée à sa portion congrue (le héros ne peut pas se servir de ses bras et ne peut pas sauter plus haut que 30 cm, il y a des murs invisibles partout et des portes fermées tous les 10 mètres), il faut bien avouer que la partie shoot est quant à elle parfaitement réglée. On sent sur ce point que c'est id Software aux commandes. L'arsenal à votre disposition est très agréable à utiliser, avec notamment le fusil à pompe qui fait un petit bruit métallique jouissif à chaque détonation qui résonne encore dans mes oreilles. . J'ai tout de même regretté que les fusils d'assauts manquent un peu de patate, j’aurais en effet aimé qu‘ils soient un poil plus puissants. Au début du jeu on a peur de les utiliser pour économiser les balles, et lorsqu'on a assez d'argent pour se payer des munitions les ennemis sont devenus trop résistants et on doit leur vider un chargeur complet sur la gueule pour qu'ils meurent. Heureusement, pour nous aider dans la lourde tâche de ménage post-apo, les développeurs ont intégré un système d'artisanat qui permet de construire ses propres armes, gadgets et munitions à partir des plans achetés chez les marchands et des objets récupérés sur les cadavres. On commence doucement avec le boomerang, qui est une sacrée bonne idée tant son utilisation est jouissive, pour ensuite construire du matériel plus efficace comme des grenades, des drones de combat, des voitures téléguidées explosives etc. Et surtout, vu les situations dans lesquelles nous place le jeu, ces évolutions – et celles des munitions – trouvent une vraie résonance dans le gameplay.

L'IA fait son boulot et les ennemis vous donneront parfois du fil à retordre
Mais des armes efficaces sur des mollusques, ce n'est pas très intéressant, et les développeurs ont eu la bonne idée d'intégrer une IA dans leur jeu. Alors bien évidemment, il y a quelques ratés, mais dans l'ensemble, les ennemis sont plutôt coriaces. Leurs réactions sont coordonnées et certains se mettent par exemple à couvert derrière le bouclier de leur coéquipier. Mais surtout, les ennemis sont très vifs et très mobiles et les mutants n'hésiteront pas à sauter des plafonds aux murs et de vous foncer dessus en prenant soin d'éviter vos balles. Ils sont super agiles, et il est vraiment difficile de les viser, surtout sur consoles. Ajoutez à cela que les animations sont extrêmement travaillées, et vous obtenez un cocktail plutôt détonnant et affreusement efficace. Ceci, ajouté à des attaques en bandes organisées qui permettent d’affronter des groupes d’ennemis assez nombreux, confère au jeu une difficulté correcte. En mode difficile, il m'a fallu 15 heures pour terminer le jeu, en faisant toutes les missions de course, toutes les missions secondaires et en prenant le temps de visiter. Autant dire que si vous laissez de côté toute la partie véhicule, tous les missions secondaires, et que vous jouez en facile, vous pourrez finir le jeu en 6-7 heures. Mais ne venez pas vous plaindre ensuite que le jeu est court. On regrette que les missions secondaires ne soient pas un peu plus travaillées, car du strict point de vue de l'aventure, la seconde partie du jeu est bâclée. Impossible pour id Software de nier la chose, car d’une le système finit par s’essouffler et, surtout, les missions sont moins riches et moins travaillées à mesure que l’on progresse. C’est une évidence, il fallait finir Rage à temps. Ou alors retirer des pans du jeu pour les intégrer en DLC ?

Un peu de course dans ton FPS

Les circuits reprennent certaines zones des Wastelands
Toute la partie course du jeu est très réussie mais tout à fait facultative. Il existe deux types d'utilisation des véhicules, les courses compétitives et les promenades dans les Wastelands. Les courses permettent de faire monter votre notoriété auprès des habitants des villes, qui vous salueront plus facilement et vous féliciteront pour vous exploits sur le circuit, mais surtout vous permettent d'améliorer vos véhicules avec des armes et du matériel. Les développeurs n'ont absolument pas raté la partie course puisque la conduite des véhicules de Rage est plutôt agréable et très simple à prendre en main. Ils ont également pensé à ajouter plusieurs modes de jeu dont le contre la montre, des courses où il faut capturer des checkpoints et des courses à la Mario Kart avec armes activées et fun au rendez-vous. J'ai tout de même regretté que la difficulté ne soit pas au rendez-vous, puisque pendant tout le jeu je n'ai perdu qu'une seule course, et c'était un contre-la-montre où je me suis planté dans un mur. En tout cas, cette partie du jeu est loin d'être anecdotique, puisqu'elle vous occupera plusieurs heures.

Des graphismes loin d'être impressionnants

Les éclairages auraient gagnés à être dynamiques
Alors que tous les jeux id Software sortis jusqu'à présent ont servi de vitrine technologique pour le moteur maison, l'id Tech, force est de constater que ce n'est pas le cas ici. Sur la version Xbox 360 que nous avons reçus, le jeu ne déçoit pas, sans non plus émerveiller. L'utilisation de la technologie de Megatexture permet de ne pas avoir de textures monotones et répétitives. Néanmoins, la technologie a également ses limites, et il faudra absolument installer le jeu sur le disque dur de la console sous peine d'avoir des affichages de textures plusieurs secondes en retard ; et même l'installation ne vous évitera pas un petit décalage quasiment systématiquement, grignotera 20 Go sur votre disque dur, mais réduira sensiblement les temps de chargement. En plus d'apparaître en retard, les textures sont souvent peu travaillées, ce qui rend l'ensemble très inégal en fonction des zones visitées. A ce problème récurrent de textures, il faut ajouter les éclairages du jeu qui sont statiques, là où Doom 3 proposait en 2004 une gestion des éclairages dynamiques. Un choix tout à fait étrange, quand on sait que le moteur est parfaitement capable de gérer les éclairages dynamiques.

Le jeu ne rame jamais
Par contre, là où le jeu impressionne, c'est par sa fluidité. Les excursions en véhicule dans le Wasteland sont un vrai régal pour les yeux, et la fluidité est exemplaire. Je ne dispose d'aucun outil pour mesurer que le jeu atteigne bien les 60 FPS promis par Carmack, mais je peux vous garantir que je n'ai eu à aucun moment de la campagne ne serait-ce qu'un ralentissement. Une prouesse technique sur une console qui commence à accuser son âge. Ajoutez à cela une palette de couleurs vraiment bien choisie, et vous obtiendrez un titre globalement maîtrisé.


La rédaction n'étant pas équipée du matériel nécessaire pour la capture d'images sur Xbox 360, les screenshots qui parsèment ce test son issus de la version PC du titre.

Conclusion

Sans aucun doute là-dessus, Rage est bien une production id software. Le développeur a su proposer un jeu de tir à la première personne avec des gunfights nerveux et très bien équilibrés. La réalisation est très satisfaisante, sans être non plus extraordinaire (la faute à un jeu qui arrive un peu tard sur cette génération de consoles), mais le jeu est toujours fluide et c'est un régal sur Xbox 360. Si l'essence même du jeu n'est pas ratée, on ne peut être que déçu par les à-côtés. En premier lieu, son monde aurait pu être plus ouvert et plus vivant et son architecture moins répétitive. De la même manière, la seconde partie du jeu semble un peu expédiée. Ceci étant dit, cela n’empêche pas Rage de s'imposer comme une nouvelle licence à suivre.


par utr_dragon 21 commentaires, dernier par Jean-Charles
Partager

Commentaires

Seventhwave

Râleur
Nb msg : 873
(#1) 14 octobre 2011 à 13h11
Je l'ai eu pour une bouchée de pain sur PC. C'est hyper bourrin et répétitif, mais c'est très plaisant à jouer. Visuellement, c'est très beau et très fluide et la direction artistique est vraiment énorme. Question violence, je reste tout de même sur ma faim, je m'attendais à quelque chose de plus sadique, mais quand on a joué à F.3.A.R., le moindre FPS paraît être une sinécure au pays de Bambi(te). Question ambiance post-apocalyptique, les développeurs de Borderlands doivent pleurer en voyant Rage.

Enfin, bref, comme tu dis, c'est bien une production id software, ya pas à chier. Rien que pour ça, j'aurais mis "très bon".

PS: Tim, n'aurais-tu pas pu le tester sur PC ?
[Édité par Seventhwave le 14/10/2011 à 13h16.]
Les FPS, c'est de la merde.
Grounch

Gros Membre
Nb msg : 1068
(#2) 14 octobre 2011 à 14h02
C'est vrai ça c'est quoi ce test d'fps sur console??!

Autrement il est plutot sympa une fois optimisé pour ne plus galerer avec les textures. Mais c'est quand meme loin d'être la mereville que j'attendais..
Zhao

L'Oréal
Nb msg : 462
(#3) 15 octobre 2011 à 19h22
Ouaip un peu l'idée que je m'en faisais, il est bon mais sans plus.

Dommage vu la promotion qu'il y a eu autour, il aurait du être fantastique.
La paix par la force. La liberté par les armes. L’obéissance par la peur.
utr_dragon

Rédacteur en Chef/Dieu
Nb msg : 2482
(#4) 15 octobre 2011 à 19h48
Je teste le jeu sur le support que l'on m'envoie. Le souci pour les tests de jeux PC utilisant Steamworks, c'est qu'il faut attendre que le jeu soit débloqué (la sortie) pour pouvoir y jouer, ce qui retard d'autant le test.
No comment !
Seventhwave

Râleur
Nb msg : 873
(#5) 15 octobre 2011 à 23h47
J'en suis à un peu plus de 3h de jeu est je le trouve vraiment très bon tout de même. Au delà du gameplay vu et revu mais super efficace, je suis tellement impressionné par la fluidité mélangée au détail (surtout lorsqu'il s'agit des courses) que j'ai du mal à m'arrêter d'y jouer.

J'espère qu'ils feront les prochains Call of Duty avec l'id tech 5, car d'après ce que je vois, Rage est très fluide également sur consoles.
Les FPS, c'est de la merde.
Fr002

Rédacteur en vacance
Nb msg : 514
(#6) 16 octobre 2011 à 05h41
Je n'ai pas joué au jeu,

D'après toi, est-il nécessaire d'avoir 20 go de texture pour que quelques grafitis ne se ressemblent pas sur les murs ?
Fr002 = lol_
Seventhwave

Râleur
Nb msg : 873
(#7) 16 octobre 2011 à 14h17
Les décors de Rage sont bien plus que de simples graffitis.
Les FPS, c'est de la merde.
utr_dragon

Rédacteur en Chef/Dieu
Nb msg : 2482
(#8) 16 octobre 2011 à 15h09
Ce qui étonnant, c'est que les textures sont vraiment crades de près, et qu'elles prennent autant de place.
No comment !
Grounch

Gros Membre
Nb msg : 1068
(#9) 16 octobre 2011 à 15h42
C'est pas vraiment égal niveau qualité de textures. On en trouve des très bien faites (surtout de loin):

http://uppix.net/2/b/4/77847de97b62d2c94cb0174776f38.png
http://uppix.net/9/4/0/e9d987197d2e5635cacd8c4cb46b9.png
http://uppix.net/c/3/d/1ae0b1e50cc86a47f870f3e6551c4.png


Et dès qu'on regarde d'un peu trop prés:

http://uppix.net/7/0/d/fdde7d8173400e4990030d3a5dd5f.png

Et ce avec les textures 8k.
M'enfin en mouvement c'est pas très gênant.
[Édité par Grounch le 16/10/2011 à 15h43.]
Seventhwave

Râleur
Nb msg : 873
(#10) 16 octobre 2011 à 19h18
Ha ben ça y est, le jeu commence à saccader à mort chez moi (depuis que je suis ressorti du bunker)

Je me disais aussi, un jeu neuf qui marche tout de suite en 2011, c'est pas possible !

/troll

@ Grounch: sur ton 2e lien, le monstre ressemble au troll des cavernes dans "La Communauté de l'Anneau".

Edit: je suis mauvaise langue, j'ai trouvé d'où vient le souci. Les saccades viennent du mode d'économie d'énergie du core i7. Je le vire et tout rentre dans l'ordre. Le plus étrange est que le problème me soit apparu à presque 5h de jeu maintenant.

Et bien entendu, ça ne le fait que pour Rage.
[Édité par Seventhwave le 20/11/2011 à 13h53.]
Les FPS, c'est de la merde.
Jean-Charles

Technicien aux archives
Nb msg : 320
(#11) 20 novembre 2011 à 10h20
Malgré toutes mes vaches à traire, je trouve un peu le temps de jouer à Rage. Et après 4 heures de jeu, je peux faire part de mes premières impressions :

Points négatifs :
_ « Par les développeurs de Doom et Quake » sur la pochette, ça fait un peu affiche de ciné, on aurait pu s'en passer.
_ Dans la notice (PC), on voit des manettes partout. J'avais l'impression d'avoir acheté la version Xbox. Dans la boite d'ETQW, on avait quand même une notice très explicite avec un clavier illustré pour les commandes !
_ Pendant le jeu, quelques bugs à l'affichage, surtout quand je bascule entre les modes FPS et Véhicule :

_ Et bon sang, ça ne choque personne ça ? C'est grave quand même :


Points positifs :
_ Une agréable surprise : ma GeForce 9800 GT tient la route ! Youpi !
_ On a plein de monstres à buter.
_ Les passages en véhicules, finalement c'est pas mal.
_ Des personnages très bien modélisés/animés :


Pour les pro-gamers, on peut aller dans le dossier utilisateur :
C:\Users\utilisateur\Saved Games\id Software\Rage\base\
et créer un fichier RageConfig.cfg avec les commandes :
com_showFPS "1"
con_noPrint "0"
g_fov "100"
g_showPlayerShadow "1"


Ensuite, on peut se rendre dans le dossier système :
C:\Program Files (x86)\Steam\SteamApps\common\RAGE\base\
et ouvrir le fichier default.cfg pour ajouter (juste après unbindall) la commande :
com_allowConsole "1"
(à cet endroit, ça évite de désactiver les Succès dans Steam)

Et enfin, on termine en beauté en ajoutant :
+ com_skipIntroVideo "1"
dans les options de lancement, pour éviter l'avalanche de logos au démarrage.

Avec tout ça, ce n'est pas facile d'être objectif, mais il faut être un gros con blasé pour vomir sur un titre comme celui-là. Ma note temporaire : 8/10.

PS : « Games for Windows », ça sert à quoi (et je ne rigole pas) ?
[Édité par Jean-Charles le 02/01/2014 à 21h56.]
utr_dragon

Rédacteur en Chef/Dieu
Nb msg : 2482
(#12) 21 novembre 2011 à 10h44
Games for Windows c'est une marque de Microsoft apparue en même temps que Vista pour promouvoir le jeu sur PC.

Depuis 2009 (estimation perso, je ne connais pas la date précise), Games for Windows est peu à peu devenu Games for Windows - Live, un DRM made in Microsoft - à l'instar de Steamworks qui est un DRM made in Steam. Cela permet d'avoir un identifiant (gamertag) unique entre le PC et la Xbox 360 (mais également d'autres services de l'éditeur comme Zune). On a donc un compte unique, avec ses amis, son gamerscore (qui grimpe quand on débloque des succès), etc. C'est également le nom de la plateforme qui sert de marché pour acheter des jeux, des trucs indé, des DLC...

Donc en gros, c'est à la fois le nom d'une plateforme et d'une service.
No comment !
Jean-Charles

Technicien aux archives
Nb msg : 320
(#13) 22 novembre 2011 à 18h59
D'accord, mais ça reste quand même un peu obscur pour moi. Pas l'habitude...
C'est quand même bizarre, tu dis "promouvoir le jeu PC", dans la notice j'ai 2 fois une grosse image avec une manette. Et aussi, le jeu est clairement orienté consoles. J'ai pris le niveau "Difficile", et je me promène assez facilement. Mais bon, c'est mon point de vue, je comprends qu'on puisse le ressentir différemment.

Concernant le jeu en lui-même, il y a une chose qui me gène un peu : pendant les phases de combat intense, on sait tout de suite quand on en a terminé avec la vermine car la musique s'apaise et on sait qu'on n'a plus rien à craindre. Ça me fait tout drôle...

Bon sinon, c'est un très bon jeu. Et aussi, quand je vois que je n'ai quasi-aucun souci avec ma vieille GF 9800 GT, et que d'autres avec des ATI récentes se cognent la tête contre le mur... Ben, c'est pas nouveau. Ça fait au moins 10 ans qu'on sait qu'ATI s'en branle la nouille d'OpenGL.

PS : on reste dans les jeux id, ça ne vaut pas une news mais voilà : ET-XreaL arrive tout doucement -> XreaL-ified Enemy Territory Sees Release
[Édité par Jean-Charles le 22/11/2011 à 18h59.]
Seventhwave

Râleur
Nb msg : 873
(#14) 22 novembre 2011 à 22h13
JC :
Ça fait au moins 10 ans qu'on sait qu'ATI s'en branle la nouille d'OpenGL.


Oui, enfin, chez moi le jeu tourne nickel, mis à part le bug de script dont je t'ai parlé.
Les FPS, c'est de la merde.
Jean-Charles

Technicien aux archives
Nb msg : 320
(#15) 22 novembre 2011 à 22h54
Ouais, je sais... Je généralise un peu vite
Seventhwave

Râleur
Nb msg : 873
(#16) 23 novembre 2011 à 08h39
Et moi j'ai pas de problèmes de son ou de micro
Les FPS, c'est de la merde.
Jean-Charles

Technicien aux archives
Nb msg : 320
(#17) 23 novembre 2011 à 21h14
Oh, c'est facile de se moquer !
En fait, le micro fonctionne bien. De ce côté-là, pas de problème. C'est plutôt du côté de l'utilitaire Realtek qu'il faut que je cherche. En plus, c'est un problème que j'ai déjà rencontré il y a plusieurs mois, mais comme j'ai changé mes disques durs, je dois retrouver quelle option je dois décocher. Et là, c'est pas un problème logiciel, le problème c'est moi...
Xpierrot

Responsable Hardware de Zeden
Nb msg : 1496
(#18) 23 novembre 2011 à 22h00
PEBKAC
Marchez doucement car vous marchez sur mes rêves
Jean-Charles

Technicien aux archives
Nb msg : 320
(#19) 27 novembre 2011 à 09h21
Merci Pierrot ! Grâce à toi (et à Google), j'ai découvert ce que ça voulait dire : http://www.pebkac.fr/
Ça me fait penser que je devrais aussi noter tout ce que j'entends comme histoire au boulot. À la fin, on pourra écrire un livre.
[Édité par Jean-Charles le 27/11/2011 à 14h50.]
Xpierrot

Responsable Hardware de Zeden
Nb msg : 1496
(#20) 27 novembre 2011 à 14h47
encore un converti Moi je parle plus volontiers de problème d'ICC : Interface Chaise / Clavier ...
Marchez doucement car vous marchez sur mes rêves
Jean-Charles

Technicien aux archives
Nb msg : 320
(#21) 28 décembre 2011 à 21h20
Voilà, j'ai torché (assez facilement) Rage en 12 heures et 30 minutes, en "Difficile". C'est plutôt bon dans l'ensemble, je suis même surpris d'avoir autant apprécié les passages en véhicules. Mais bon, la grosse déception est évidemment la fin du jeu, la dernière demi-heure : c'est du sabotage. Où est le boss de fin ? Où est le gigantesque mutant bio-mécanique que j'attendais pour l'ultime combat dans les entrailles de la citadelle ? À la place, un vulgaire puzzle pour activer un terminal, quelques bestioles à flinguer en vitesse, et puis rien.
Alors, que dire ? Où est le boss de fin ? C'est un jeu id, il y en a forcément un. Où bien ce n'est pas un jeu id. On m'aurait menti ? Je m'en doute un peu, un jeu id a forcément un client Linux également. Où est le client Linux ? Où est le boss de fin ? Bah, je radote.
Allez, j'y retourne quand même, j'ai toutes les missions secondaires à terminer...
Héberger mes images en un clic

Commenter

Les commentaires sont fermés aux non membres. Pour poster un commentaire, créez un compte membre : c'est simple et gratuit !