ZeDen.net

 
 
necrovision_007.jpgLes FPS ne se bousculant pas au portillon en ce début d'année, on a donc accueilli avec un bon œil l'arrivée de NecroVisioN, un bon gros FPS comme on les aime, même s'il est tout droit venu de l'est. Le jeu a été développé par The Farm 51, une société de développement fondée par d'anciens de People Can Fly, les développeurs de l'excellent Painkiller. Avec ses tranchées de la Première Guerre mondiale infestées de zombies, et le même moteur graphique que son aîné (le PAIN Engine), on a tout de suite cru que NecroVisioN serait un nouveau Painkiller ; mais cette conclusion un peu trop hâtive ne rend pas bien hommage au jeu qui arrivera sans aucun doute à se frayer une place dans le cœur des joueurs...

« Cette soif de sang, elle est partout. Et moi je me bats contre ça, et je fais couler le sang. Ça a un nom "la guerre" »

necrovision_006.jpg
Paysage nocturne de l'Est Français
Dans NecroVisioN, vous incarnez Simon Bukner, un soldat américain envoyé en Europe pour se battre aux côtés des anglais dans les les tranchées de la première Guerre Mondiale. Mais vous allez bientôt vous rendre compte que les soldats allemands ont réveillé une puissante force maléfique contrôlée par Zimmerman, le grand méchant allemand. Je ne vais pas vous révéler tout le scénario qui se complique un poil par la suite, mais sachez seulement qu'il emprunte beaucoup à un certain Painkiller. Et pour ne pas renier ses origines, le scénario n'est pas la seule composante empruntée, puisque de nombreux éléments de gameplay qui étaient présents dans Painkiller se retrouvent toujours ici : les endroits secrets à chercher dans les niveaux, les artefacts maléfiques, les pièces ou autres objets à collecter. Mais la comparaison s'arrête là, car l'expérience de jeu est sensiblement différente d'un titre à l'autre, tant par la vitesse de déplacement du héros (sérieusement ralentie dans NecroVisioN) que par la manière de raconter l'histoire. En effet, NecroVisioN fait le pari d'une narration plus aboutie, avec de nombreuses cut-scenes d'une qualité pitoyable, tant par la réalisation (des images fixes d'une qualité douteuse) que par le doublage assez maladroit (avec des personnages aux accents anglais et allemands bien trop prononcés pour être crédibles) qui interviennent au beau milieu des niveaux et des lettres de soldat à récolter pour en apprendre un peu plus sur les tenants et les aboutissants du scénario.

Hail to the king baby

necrovision_001.jpg
Un bon gros coup de grolle à l'ancienne
A n'en pas douter, NecroVisioN se place dans la droite ligne de ses illustres aînés et au premier chef un certain Duke Nukem 3D. Les développeurs devaient être de vrais fans du jeu, car tout y fait référence : de l'humour gras, en passant par les bons gros coups de savate ou encore — et surtout ! — les phrases débiles et sur-jouées du style « T'as pas d'amis, j'ai besoin de me défouler », « Joli coup, mais je suis toujours là », « Souviens-toi de mon nom » ou bien plus philosophiques comme « Aucun scrupule à vous tuer sales monstres, vous êtes déjà morts ».
Bref, vous l'aurez compris, il ne faut pas prendre NecroVisioN au premier degré — vous seriez incroyablement déçu — mais bel et bien au 3e ou 4e... Tout est direct, rien n'est fait dans la finesse que ce soit au niveau du gameplay, du scénario ou de la manière dont l'histoire est contée. Le jeu est parfois — involontairement ? — comique et il frôle souvent les bons gros nanar... En définitive, on ne sait jamais si le jeu tombe volontairement dans cette ambiance grasse des bons gros nanars ou si c'est une réalisation qui se voulait sérieuse et qui a foiré. Qu'importe, les dialogues sont déjà cultissimes.

Souviens-toi de mon nom

necrovision_002.jpg
Plus vous montez dans la furie, plus votre vue se brouille et votre puissance augmente
Le gameplay de NecroVisioN se place dans la grande tradition des FPS Old-School comme Quake II, Doom 2 etc. Si vous appréciez les FPS à l'ancienne, alors le jeu devrait vous ravir. Les niveaux sont très linéaires, mais on à jamais l'impression d'évoluer dans un couloir car les niveaux sont vastes. 80% du jeu se place dans de vastes arènes plutôt ouvertes et avec de nombreux recoins et endroits secret à découvrir. Ces endroits secrets contiennent souvent des objets vous permettant d'atteindre un niveau de furie plus élevé qui est associé au combos.
En effet, pour pimenter un peu les combats, le jeu propose un système de combos assez sympa. Tout dans le jeu vous pousse à les enchainer et laisser échapper la soif de sang du héros. Tir à la tête (avec toutes les armes), décapitation à la pelle, attaque à coup de baïonnette, roquettes etc. Plus vous enchaînez les combos, plus la fureur du héros se décharge et laisse échapper des pouvoirs magiques. Le temps se ralenti, votre vue est brouillée mais votre puissance décuplée momentanément. Le hud contient un indicateur (en bas à droite) de temps qui vous pousse à courir vers les ennemis, aller au contact pour faire les combos toujours plus puissants et toujours plus meurtriers.

A tel point que foncer sur l'ennemi et enchainer les combos est largement plus efficace que se cacher et tirer de loin. Les armes de base sont très imprécises et poussent donc le joueur à se rapprocher de ses cibles, et quitte à être proche, autant asséner des bons coups de pieds bien placés. Comme à l'accoutumée dans le jeu, les noms des combos sont toujours explicites comme « Mange-roquette » ou encore « Moissonneuse ».


Graphismes et longévité

necrovision_003.jpg
Les environnements sont variés et jolis, malgré un moteur qui accuse son âge
Même si les screenshots qui parsèment ce test ne rendent pas bien honneur au jeu qui est bien plus beau une fois en mouvement, il faut bien avouer qu'on sent que le moteur graphique vieillissant à été poussé un peu à bout (malgré la présence d'un mode DirectX10, que je n'ai pas pu tester). Si l'on excepte les temps de chargement interminables (peu nombreux, heureusement), le jeu est honnête. Les effets visuels sont assez sympa (le flou, notamment) mais on sent le jeu un peu trop rigide. Les bugs de collision sont légion et la physique, même si elle est présente dans le jeu, aurait mérité d'être mieux mise en avant. De la même façon, je n'ai pas trouvé le jeu très bien optimisé et il se permettait de ramer dans certaines scènes pour peu que j'active des effets graphiques comme le flou cinétique. On pourra toujours râler sur certaines textures un peu baveuses ou certains éléments plus ou moins corrects. Mais qu'importe, car le travail des artistes de The Farm 51 vient relever le niveau avec des environnements travaillés visuellement qui possèdent un certain cachet. Dans la même optique, la palette de couleurs, très bien choisie, fait que l'ensemble du jeu, malgré les environnements traversés très variés, reste très cohérent.
necrovision_005.jpg
Le sympathique mode "salle des défis"
Autre bonne idée du titre, la salle des défis, qui permet, moyennant un peu de patience, de gagner des objets qui viendront s'ajouter de manière définitive à votre arsenal en mode histoire. Ces arènes spéciales vous proposent quelques challenges comme tuer 100 zombies au lance-grenades en 2 minutes 30, ou lacérer 50 zombies à coup de pelle etc. Ces missions bonus sont vraiment jouissives, et on aurait aimé que cet aspect soit plus travaillé. Il aurait notamment pu être intégré au mode multijoueurs pour pouvoir réaliser ces objectifs avec des amis, en coopération, plutôt que de torcher quelques modes multijoueur peu inspirés. Il ne propose que des modes somme toute très classiques (DM, CTF etc.) sur une douzaine de cartes. Rien de bien bandant quoi. Heureusement que la rejouabilité du titre est assez bonne, grâce justement à la collecte des objets et de zones secrètes qui demande de refaire tous les niveaux pour récolter ce qu'on avait raté la première fois. Le jeu se termine en une quinzaine d'heures (en comptant la salle des défis) avec plus ou moins deux heures pour peu que vous cherchiez — ou pas — les endroits secrets dans les niveaux. Mine de rien, c'est dans la moyenne hautes des FPS...

Et donc, ça vaut le coup ?

Si vous aimez le gameplay à l'ancienne, que vous avez un humour bien troisième degré, que nanarland est dans vos favoris, alors NecroVisioN est fait pour vous. On lui pardonne sans hésiter ses quelques bugs d'IA (les ennemis qui se bloquent contre des objets ne sont pas rares), ses cut-scènes moisies, son scénar peu inspiré, car le jeu arrive à nous tenir en haleine et nous amuser, simplement. C'est sans doute pas le jeu du siècle, mais NecroVisioN a des atouts pour convaincre et arrive — et ce n'est pas une mince affaire — a se créer une place au soleil aux côtés de Painkiller et Duke Nukem 3D, dont il ne renie pas l'héritage.


Configuration de test : Carte mère : Asus P5N-E SLI
Processeur : Intel Core 2 Duo E6750 @2.66 Ghz
Carte graphique : EN 8800 GTS
Mémoire vive : OCZ Platinium 2x 1 Go PC6400 R2
par utr_dragon 2 commentaires, dernier par Zork
Partager

Commentaires

Fr002

Rédacteur en vacance
Nb msg : 514
(#1) 26 février 2009 à 04h09
Bon test !!
Faudrait que je l'essais un de ces quatre. J'avais déjà mis la main sur la démo et il m'avais semblé assez bien.

Aller, je retourne en vacance !!
[Édité par Fr002 le 26/02/2009 à 04h10.]
Fr002 = lol_
Zork

Webmaster
Nb msg : 1845
(#2) 26 février 2009 à 06h06
Ptain tu m'a donné envie de me le procurer... moi qui voulais me concentrer sur le développement pour ces prochaines semaines. Merci pour le test et beau boulot!
Webmaster et fanboy id Software.
[!] Commentaires fermés pour cette nouvelle.