ZeDen.net

La pluie de missiles
Toxikk est un FPS principalement multijoueur développé et édité par Reakktor Media AG. On y retrouve un style de jeu arcade, très inspiré d'Unreal Tournament (surement parce qu'il a été conçu avec Unreal Engine 4). L'arsenal est assez conséquent et des véhicules seront aussi présents pendant le combat. Bien que le mode multijoueur soit le plus utilisé par les joueurs, il existe un mode « campagne ». Pourquoi des guillemets me direz-vous ? Simplement parce que ce mode solo est une copie du multijoueur avec des personnages contrôlés par l'ordinateur avec quelques variantes. En effet, vous combattrez des bots dans 12 missions différentes se déroulant dans les cartes présentes en multijoueur (c'est un très bon entrainement pour apprendre à jouer). Mais attention, aujourd'hui le jeu est disponible en deux versions : une gratuite permettant de découvrir le jeu, mais avec des restrictions sur le nombre de cartes disponibles, le choix des serveurs et la personnalisation de personnages et de map et une payante pour laquelle nous vous proposons ce test.


Unreal vous dites ?

Point de réapparition d'une arme
Toxikk vous rappellera tous ces moments passés sur Unreal Tournament ou même Quake, car son principe est très similaire. On commence avec une arme faible que l'on peut changer en ramassant une arme plus puissante par terre à des points d'apparitions particuliers. Chaque arme ramassée est ajoutée et gardée dans l'inventaire ou transformée en munitions si le joueur la possède déjà, mais attention, car tout est perdu si l'on meurt ! Les déplacements sont très fluides et extrêmement rapides, mais ce n'est pas tout : chaque personnage peut « dasher » (action de se projeter dans une direction) dans n'importe quel sens, dès qu'il le souhaite, et même s'aider des murs pour sauter plus loin. Un autre point important est l'invisibilité, puisque chaque joueur possède 100 points d'énergie qui sont consommés petit à petit pendant l'utilisation de cette dernière. Elle s'arrête dès que vous tirez ou recevez des dégâts, mais tout le reste des déplacements n'altère pas votre état. Une bonne maîtrise de ces déplacements est assez compliquée à avoir au départ, mais avec de l'entrainement, ça devient un outil redoutable tout comme la précision qui est obligatoire. Certaines cartes proposeront aussi des jet-pack vous permettant de voler pendant une certaine durée.

Les Arènes

Un bumper
Il existe actuellement 9 cartes différentes jouables selon les modes, en effet certains sont plus agréables dans des petites arènes et d'autres demanderont des espaces plus grands permettant par exemple d'accéder à de nouveaux véhicules. Ces grandes cartes sont en fait des versions agrandies, on les repère facilement, car elles ont un « XL » attentant à leur nom. Par exemple, on trouvera « foundation » et sa grande sœur « foundation XL », cependant elles ne sont pas toutes concernées. On y trouvera des spawners d'arme (point permettant de récupérer une arme), mais aussi des bumpers permettant de s'élever dans les airs pour atteindre une plateforme située plus loin ou en hauteur voire même d'échapper à vos adversaires  – savoir tirer en volant est très utile. Passant d'un centre-ville aux plaines enneigées Toxikk offre un nombre d'arènes assez intéressant, mais le point le plus important est le Steam Workshop, car il permet d'avoir un nombre infini de cartes. Elles sont créées avec Unreal Engine 4 et peuvent être ajoutées sur le WorkShop où tous les joueurs peuvent les récupérer et jouer dessus.

Un jeu répétitif ?

Un point de capture de domination
Les modes de jeux ne sont pas nombreux, on peut toujours se battre dans une équipe soudée et cordonnée ou bien briser des amitiés en se battant les uns contre les autres. Pour les autres on trouvera de la capture de « cell » (équivalent de la capture de drapeau) et de la domination de point. Mais plusieurs cartes ont des versions XL, c'est-à-dire qu'elles peuvent être plus grandes et donc offrir de nouveaux endroits, cachettes d'armes et véhicules. Les tactiques sont variées, les joueurs les plus stratèges vont gérer les équipes pour définir les groupes de défenses et de rush de cellule en « capture the cell », les rushers devront partir en équipe et suivre (le plus souvent) un chemin établi à l'avance pour être aussi rapide que possible et surtout revenir vite, car une fois la cellule attrapée vous êtes une vraie luciole aux yeux de vos ennemis et vous éclairez tous les murs où vous passez. Mais on verra aussi la technique pure des joueurs de BloodLust et de SquadDeathmatch qui ne joueront que sur leur précision légendaire, leur capacité à prévoir l'adversaire pour éviter ses tirs et leur connaissance de chaque carte pour connaître le temps et l'endroit de réapparition de chaque arme  –  ça paraît beaucoup, mais c'est important.

Un arsenal bien garni

Icône d'arme modifiée en rose
Là aussi, on ressent une certaine nostalgie en empoignant certaines crosses, bien que les armes soient différentes d'apparence, leurs modes tirs restent souvent les mêmes. Le célèbre lance-roquette, le fusil à plasma  – et j'en passe –  sauront vous satisfaire et chacun y trouvera son bonheur, mais pour cela encore faut-il les récupérer, car elles sont disponibles pour tout le monde. Les plus habiles apprennent à connaître la position de leurs armes préférées ainsi que leurs temps de réapparition pour être certains de ne jamais être à court de munitions. Il faut un petit peu de temps de jeu pour pouvoir bien connaître chaque arme et leurs emplacements pour savoir laquelle aller chercher. Chaque fois que vous passerez sur un spawner d'arme, vous la récupérerez dans votre inventaire ou alors vous aurez des munitions supplémentaires si vous l'aviez déjà. Chaque point d'apparition ne fait apparaître qu'une seule arme et possède un temps de réapparition qui est souvent le même (15 secondes environ), sauf pour le Hellraiser, une arme de destruction massive rare, dont le temps de respawn est de 120 secondes. Mais cette dernière arme est un cas particulier, car elle est cachée sur quelques cartes et n'a qu'un seul point d'apparition qui peut être soit au beau milieu de la carte, soit perdu dans au beau milieu de mystérieux souterrains. Mais ce qui est certain, c'est que l'équipe qui va réussir à la récupérer aura un avantage considérable sur le champ de bataille. Chaque arme propose deux modes de tir avec clic gauche et droit certaines permettent seulement d'utiliser un viseur comme le Hellraiser où l'on pourra contrôler le missile à distance ou le Falcon qui accorde le zoom du fusil de sniper. Mais on peut voir aussi un changement complet du mode tir avec le StinGray qui passe d'une mitrailleuse à plasma à un tir unique dévastateur ou même le Cerberus qui nous permet de verrouiller des véhicules à distance avec une roquette qui se dirige toute seule.
Streamer en action
Passons donc aux véhicules, chaque joueur possède un « streamer » qui s'active sur les cartes à véhicule en appuyant de base sur la touche G et consomme 100 d'énergie (la même que pour l'invisibilité). Mais cette énergie se recharge avec le temps ou en ramassant des charges, on peut donc utiliser le Streamer dès que la jauge est pleine. On retrouvera aussi au sol un mecha armé de mitrailleuse et de lance-missile ou encore la Rhino un véhicule de déplacement rapide à deux places avec un fusil à plasma sur le toit. Mais il est aussi possible de voler grâce au Phantom. Chaque équipe aura un véhicule de chaque type dans son camp (le Phantom n'est pas présent sur toutes les cartes), mais il est possible de trouver un véhicule blanc caché quelque part qui permet d'avoir un avantage sur les adversaires, car, bien que fragiles, les véhicules sont puissants.

Ils ont fait des efforts

La customisation du personnage
Toxikk est surtout fait pour un public qui aime la compétitivité. Reakktor Media AG a donc décidé de rendre personnalisable une grande partie de l'interface du joueur et de sa propre apparence (armure, casque, etc). Par exemple la touche R permet de base de prendre en main l'arme la plus puissante que l'on possède, mais il est possible de modifier la priorité des armes et donc de récupérer l'arme avec laquelle on est le meilleur en appuyant sur un seul bouton. De même, l'ordre des fusils que l'on voit en bas de l'écran peut être modifié grâce au changement de priorité, mais aussi par la taille et la couleur de chaque élément, permettant de savoir plus rapidement quelles armes nous avons à notre disposition. De même, le joueur à la main sur les « hitmarkers », ces petites croix où autres signes qui apparaissent lorsque l'on touche un adversaire, nous pouvons donc modifier la taille, la couleur et même la forme et le son pour trouver celui qui nous convient à la perfection.

Conclusion

Avec sa prise en main rapide et facile Toxikk est adapté pour un public recherchant la compétitivité grâce à sa customisation presque complète de l'interface. Malgré son côté un peu répétitif et générique, il saura plaire à tous ceux qui ont aimé Quake ou Unreal Tournament en proposant un contenu énergique et un gameplay permettant de se défouler.


par Edrenn 4 commentaires, dernier par utr_dragon
Partager

Commentaires

Daenerys

Vidéo Gonzo
Nb msg : 232
(#1) 08 janvier 2017 à 11h39
Le titre n'est pas mauvais car il reprend les bases du gameplay d'UT2004 (plus que les autres à cause du Double Dodge). Mais je le trouve sans saveurs. Cela se laisse jouer, un temps, mais cela fait longtemps que je l'ai effacé.

Ils le sortent 4 ans trop tard à mon avis. Graphiquement c'est proche d'UT3 car c'est de l'UE3 et non de l'UE4. Après, c'est maitrisé et cela tourne bien, mais bon.

Le panel d'armes est foiré: elles tirent quasiment toutes des projectiles droit devant (pas de tirs en cloche). Et il n'y a pas de nouveauté à part un lance-flamme. Cela n'a rien à voir avec la diversité et la quasi perfection de ce que procure un UT selon moi.

Le gametype avec véhicules (du VCTF : jamais apprécié sur les UT) est ridicule avec 4-5 pauvres appareils (là encore pompé sur UT2004 en moins bien ^^). Ils n'auraient pas dû l'inclure et proposer un peu plus de gametypes reposant sur des maps DM/CTF à la place. Car à côté de l'ONS/Warfare lol

Les skins sont nuls. Mais c'est le cas sur tous les titres sortis depuis ceux d'UT2004 et de Quake 3. La bonne idée est d'avoir implanté un UTComp directement au titre afin de pouvoir paramétrer pleins de choses.

La version gratuite c'est bien car il n'y avait plus personnes depuis longtemps sur les serveurs. Mais cela manque de panache car ils ont pompé en faisant nettement moins bien et sans rien améliorer. Du coup autant rester sur UT4 je pense. Mais c'est dommage car cela ne va pas trop inciter d'autres studios à proposer des titres dans le style après le millier de ventes max de Toxikk
MST

sexuellement transmissible
Nb msg : 85
(#2) 08 janvier 2017 à 13h22
Daenerys :
Ils le sortent 4 ans trop tard à mon avis. Graphiquement c'est proche d'UT3 car c'est de l'UE3 et non de l'UE4. Après, c'est maitrisé et cela tourne bien, mais bon.

J'ai toujours cru que c'était l'UE4... C'est encore pire que je pensais alors. Mais je ne trouve rien d'officiel sur quelle version est utilisée. Il faudra que je télécharge le jeu pour vérifier les fichiers à l'occasion.

Sinon, ça fait 3 mois que tout le monde a oublié ce jeu, et ZeDen arrive et lui colle un "très bon". Eh ben !
Spécialiste FPS russes, FPS Creator, et TPS :)
Daenerys

Vidéo Gonzo
Nb msg : 232
(#3) 08 janvier 2017 à 14h36
Beaucoup de joueurs le trouvent bon Mais très peu y jouent lol. La dernière fois que j'avais regardé, il y avait beaucoup plus de joueurs en ligne sur UT3 Haha

C'est très correct par rapport au prix, mais bon l'intérêt à côté d'un UT me laisse dubitatif.
utr_dragon

Rédacteur en Chef/Dieu
Nb msg : 2454
(#4) 09 janvier 2017 à 21h58
C'est pas un mauvais jeu en soit, il a un peu une communauté rachitique, ok.
No comment !
Héberger mes images en un clic

Commenter

Les commentaires sont fermés aux non membres. Pour poster un commentaire, créez un compte membre : c'est simple et gratuit !

Actu du même sujet

Le jeu a été testé sur une version Steam fournie par le développeur.
Configuration de test (PC portable Asus ROG GL552J):
  • OS : Windows 10 64bits
  • CPU : Intel I7 4750HQ (2.00GHz)
  • RAM : 8 Go
  • Carte Graphique Nvidia GeForce GTX 950M