ZeDen.net

 
 

Saladin et les déchus à l'honneur

Pour une fois, Destiny délaisse la Ruche pour revenir aux Déchus et à Saladin, dernier représentant de l'antique confrérie des Seigneurs des Fer. De ces héros, nous découvrons qu'ils se sont sacrifiés pour sceller une dangereuse technologie de nanites incontrôlables, appellée « Aria ».


La triste destinée des Seigneurs de Fer

Les Déchus symbiotiques
Et justement, c'est cette technologie que déterrent nos anciens copains, les Déchus  –  ceux que l'on avait déjà croisés dans une précédente extension, la Maison des Loups. Avec l'Aria, les Déchus se modifient et adoptent de nouveaux pouvoirs.

Pas très original puisque c'est un peu la même idée qu'avec les corrompus : derrière un prétexte narratif, on recycle d'anciens ennemis  –  avec quelques retouches de circonstance.

On regrettera que l'histoire si prometteuse des Seigneurs de Fer ne soit pas mieux exploitée. Les cinq missions de campagne et les quelques cinématiques laisseront un grand nombre de joueurs sur leur faim.

Là où Destiny aurait pu réussir un passage de flambeaux entre d'anciens héros et une nouvelle génération confrontée à la même menace, il ne fait qu'effleurer le sujet. Certes, les habitués iront probablement fouiller sur le grimoire pour en découvrir plus sur cet univers et sur les héros du temps jadis, mais cela n'enlève pas certaines maladresses.

Le boss du Raid n'est même pas mentionné dans le jeu.
L'exemple le plus marquant reste le raid qui, aussi bon soit-il, n'est pas vraiment introduit dans la campagne. On se doute que l'objectif est de détruire les réserves d'Aria, mais Bungie aurait pu prendre la peine d'introduire un tout petit peu mieux la zone vers laquelle on se dirige et les boss que l'on doit affronter.

Du côté du scénario, Les Seigneurs de Fer marquent donc une régression par rapport au Roi des Corrompus, et c'est dommage parce que la thématique des Seigneurs de Fer se prêtait justement à une présentation plus poussée des origines des gardiens et de la Cité.

En plus d'un lore peu exploité et peu dévoilé en jeu, on est relativement déçu par la faible dangerosité de l'Aria. Alors qu'elle est supposée avoir éradiqué les plus puissants gardiens des temps anciens, les joueurs expérimentés ne devraient pas trop frémir pendant les épreuves qui les attendent. Un peu paradoxal pour un fléau qui a éradiqué les plus puissants gardiens de l’Ère de Fer.

En dehors du scénario, une direction artistique au top

Des paysages magnifiques
On pourra toujours reprocher à Bungie des choix de gameplay qui ne plaisent pas à tous. Mais du point de vue artistique, je trouve que le studio a produit de belles choses et qu'il continue à le faire sur cette extension.

Tout au moins en ce qui concerne les designs et la musique qui collent parfaitement à cet univers de science-fiction mythologique, qui mêle à la fois des éléments d'un futur sombre, avec des ennemis aliens, des humains immortels et de l'autre, des pièces d'armure inspirées de la tradition viking ou moyenâgeuse et des légendes concernant de mystérieux héros d'un temps passé et révolu.


Les équipements sont toujours aussi beaux

Page précédente Page précédente - Quelques mots sur la compatibilité et les éditions Page suivante - Le nouveau contenu PvE Page suivante
par aigle_1 Commenter
Partager

Héberger mes images en un clic

Commenter

Les commentaires sont fermés aux non membres. Pour poster un commentaire, créez un compte membre : c'est simple et gratuit !

Actu du même sujet

Prix maximum conseillé :
- extension seule : 29,99 €
- jeu intégral : 59,99 €