ZeDen.net

 
 
Iron Front : la WWI réaliste
Depuis l'abandon du créneau Seconde Guerre mondiale quasi-simultanément par Activision, EA et même City Interactive, les fanatiques de ce conflit étaient bien à la peine pour trouver un FPS à se mettre sous la dent. C'est là qu'arrive Iron Front - Liberation 1944, un FPS développé par le studio allemand X1 Software constitué d'anciens moddeurs et édité par Deep Silver. Il est sorti au début du mois dernier, et plutôt que d'aborder le conflit sous l'angle du grand spectacle comme l'ont pu le faire certains de ses prédécesseurs, il joue sur le réalisme pour convaincre. Voyons voir sir ce FPS se déroulant pendant la Seconde Guerre mondiale arrivera à nous faire revivre l'horreur du conflit le plus meurtrier de tous les temps.

Simulation de WWII

L'un de nous deux va y passer
Iron Front - Liberation 1944 propose une campagne solo qui vous immerge en pleine Seconde Guerre mondiale, sur le front de l'Est. C'est ainsi que vous aurez l'occasion de jouer soit du côté Allemand, soit du côté Russe. La petite touche sympathique est la possibilité de jouer les campagnes en version originale ou alors en anglais. Le souci, c'est que quelle que soit l'option choisie, les doublages sont très mauvais et les cinématiques totalement soporifiques et affreusement mises en scène. Ajoutez à cela que dans chacune des campagnes, vous devrez passer par la case tuto chiant, long et pénible. Vous aurez également la possibilité de jouer sur des missions solos. Enfin, nous ne serions pas complets si nous n'évoquions pas l'éditeur de niveau qui permet de créer vos propres scénarios et de les partager ensuite. Mais revenons aux campagnes, qui proposent un ton assez mature avec des missions assez variées qui mêlent infanterie et véhicules. Le jeu ne propose que quatre cartes, de taille très respectable, pour deux campagnes solos bien distinctes.

WWII sauce ArmA

Les missions de nuit sont réussies
Côté simulation, les fans seront ravis, le jeu proposant un rendu très poussé et très réaliste des environnements et des véhicules ainsi qu'une physique impressionnante. Le jeu possède en effet une balistique très réaliste qui demandera de l'entrainement pour être parfaitement appréhendée. Il ne faut donc pas s'attendre à pouvoir tirer dans tous les sens sans la moindre précision pour espérer une quelconque efficacité. A ce titre le jeu ne s'adresse évidemment pas à tout le monde. Il faut parfois accepter de rester de longues minutes sans forcément tirer la moindre cartouche, tout en étant constamment sur le qui-vive pour éviter l'attaque surprise. Les missions possèdent de nombreux objectifs, mais sont souvent ruinées à cause de petits détails débiles. On notera à la liste des regrets un pathfinding qui ferait passer les troupes d'Age of Empire pour des surdoués. Quand des bots conduisent des véhicules, comme dans ArmA et OFP avant, vous pouvez aller prendre un café, les bots faisant des pirouettes ridicules pour suivre la route le tout à une vitesse approchant les 2 Km/h.

Quand la technique dessert le gameplay

Le moteur peut afficher de belles choses...
Le jeu utilise le moteur d'ArmA II qui est très puissant dans le sens où il arrive à vous offrir des environnements ouverts tout à fait exceptionnels par leur taille. Malheureusement, le revers de la médaille est que les performances sont mauvaises. Même avec une grosse machine, le nombre d'images par secondes peut tomber en dessous de 20, pour peu qu'il y ait des scripts et de nombreux ennemis et véhicules affichés à l'écran. Et ça, c'est quand le jeu voudra bien se lancer, ce qui n'est pas systématique. Il nous a déjà fallu plusieurs jours pour trouver un moyen d'installer le jeu (il refusait de s'installer dans le répertoire par défaut !), et une fois dedans, sachez qu'il plante tout le temps. Pour réaliser le test, j'ai du avoir au moins 20 retours au bureau pour des raisons inconnues. La finition est exécrable, et même avec les derniers patchs, le jeu est toujours très instable, et donc forcément très frustrant, car un crash en plein milieu d'une mission n'est jamais exclure.
... ou pas
Au-delà de ces problèmes techniques, il faudra faire avec le rendu photo-réaliste du moteur que certains aiment et d'autres non. On retrouve également les animations les plus rigides de tous les temps avec des soldats qui courent avec des balais dans le cul ; l'interface moisie pour ramasser des objets à terre. Les missions nocturnes ont tout de même un charme certain et on retrouve de l'infiltration avec des combats dans la nuit et toute une panoplie d'outils s'ouvre à nous. Les éclairages et autres jeux de lumière sont impressionnants, à l'exception du feu qui se dégage de notre arme, qui est ridicule à côté de la beauté de certains éléments.

Un multijoueur salvateur

En multi, avec uniquement des tanks
Mais le jeu prend tout son sens quand on joue en coopération avec ses amis. L'immersion en est d'autant plus forte si les joueurs prennent la chose au sérieux — et à ce titre, essayez d'éviter les serveurs publicvs avec les boulets qui tuent leur coéquipier simplement car l'objectif se situe trop loin.... Ce mode multi est grosso-modo le seul moyen de profiter à fond du jeu et de l'expérience que nous proposent les développeurs. C'est là que le titre prend toute sa dimension et devient réellement plaisant, dévoilant tout son potentiel au fur et à mesure des parties. Et c'est ici que l'on retrouvera le plus de sensations de par le simple fait d'évoluer avec et face à de vrai joueurs et non des bots limités qui soient tirent à travers les buissons à 3 Km, soit n'arrivent pas à rouler convenablement sur une route toute droite.

Conclusion

Iron Front - Liberation 1944 est un FPS Seconde Guerre mondiale réaliste et assez exigeant. Si vous êtes un fan d'ArmA devant l'éternel, alors sans doute que vous apprécierez Iron Front, vu que son gameplay est très proche, seule change la période historique. Malheureusement, en l'état, le jeu souffre de son manque de finition et de son instabilité qui ruinent totalement l'expérience d'un jeu qui était déjà austère, malgré son contenu assez riche et son potentiel.

Requiert une configuration hardware récente


par utr_dragon Commenter
Partager

Héberger mes images en un clic

Commenter

Les commentaires sont fermés aux non membres. Pour poster un commentaire, créez un compte membre : c'est simple et gratuit !

Actu du même sujet

Configuration de test

  • Carte mère Asus P5N E-SLI
  • CPU Intel Core 2 Quad Q9550 @2.83 Mhz
  • RAM OCZ (2 x 1Go) et Crucial (2x2 Go)
  • Ventirad Noctua NH-U12P
  • Carte vidéo HD 4870 1 Go Vapor-X édition
  • DD Western digital Caviar Blue SATA 6 Gb/s - 500 Go 7200 trs/mn
  • Alimentation Antec True Power Quattro 1200
  • Windows 7 édition familiale premium 64 bits

NB :

Les captures qui parsèment ce test n'ont pu être réalisées par ZeDen à cause de l'instabilité du jeu. Merci aux forums communautaires sur lesquels nous les avons piquées.