ZeDen.net

 
 
Antec One Hundred : de l'entrée gamme performante ?
Antec, l'un des leaders sur le marché des boitiers PC, enrichit encore et toujours son catalogue, pourtant déjà bien étoffé. La série des boitiers orienté gaming dénommée Hundred comprends de plus en plus de membres, et certains existants sont renouvelés. On avait testé le Two Hundred, le haut de gamme Eleven Hundred vient d'arriver à la rédaction, mais aujourd'hui, c'est l'entrée de gamme que nous allons aborder, avec le One Hundred. En effet, tout le monde n'a pas un budget extensible à l'infini et un boitier peut atteindre des prix pharaoniques, comme le Lian Li P80N et ses quelques 400 €uros. Voyons donc voir si petit prix rime avec bonne qualité.


Caractéristiques techniques

Commençons par la fiche technique, telle qu'on peut la trouver sur le site officiel du constructeur :
  • 6 baies 3,5" internes
  • 3 baies 5,25" externes
  • 1 baie 3,5" externes
  • 1 baie SSD 2,5" interne monté dans la partie inférieure
  • 8 logements pour cartes d'expansion permettant l'insertion de plusieurs cartes graphiques
  • 1 ventilateur TwoCool de 140 mm au-dessus
  • 1 ventilateur TwoCool de 120 mm à l'arrière
  • 2 emplacements pour ventilateurs avant 120 mm (pour disques dur)
  • 1 emplacement pour ventilateur latéral de 120 mm (pour les cartes graphiques)
  • Ports frontaux : 4 x USB 2.0 - Entrée et sortie audio (compatibles AC'97 et HDA)
  • Cartes mères : Mini-ITX, MicroATX ou Standard ATX
  • Dimensions : 480 mm (H) x 197 mm (L) x 477 mm (P)
  • Poids net : 6,9 kg
  • Prix : 51,99 € chez notre partenaire materiel.net On rajoutera également qu'il s'agit de la version « Window », donc dotée d'une paroi transparente.

Déballage

Le carton, tout en couleurs qui attirent bien évidemment l'œil, présente le One Hundred avec une belle photo du boitier. En s'approchant, on voit également la liste de fonctionnalités embarquées. Mentionnons également le nombre 25, situé à côté du logo Antec : la société a eu 25 ans l'année dernière, et a tenu à le faire savoir en l'arborant sur tous ses produits sortis l'an passé. Un quart de siècle, pour une société dans le domaine du hardware est effectivement un âge plus que respectable.


Bon anniversaire Antec

Un bundle light
Le bundle livré avec le One Hundred est uniquement constitué de l'indispensable visserie et d'un feuillet descriptif. Il n'y a pas de notice de montage a proprement parler, il faudra en effet, comme indiqué sur le feuillet, aller le télécharger sur internet. Cela peut être un peu agaçant, quand le PC qui sert justement à aller sur internet est en pièce détachées à ses pieds. Cela dit, le manuel au format PDF est très clair, avec des photos en couleurs qui guident bien. Des conseils sont même donnés pour choisir les ventilateurs optionnels ! Difficile de se tromper avec cela, et c'est tout à l'honneur d'Antec, qui met tout en œuvre pour que ce boitier soit une réussite.

Vue Extérieure

Une fois sorti de son polystyrène et de son étui plastique de protection, le boitier, entièrement noir, se dévoile. On peut donc déjà en observer toutes les faces.


Le One Hundred sous toutes les coutures...

La façade est relativement classique pour un boitier avec cette orientation, tout en restant sobre. On voit que le bouton « Power » est situé tout en haut, ce qui sera plus pratique pour ceux qui ont le PC sous le bureau que pour ceux qui l'ont dessus. C'est également l'occasion de noter l'absence de bouton « reset », ce qui peut paraitre assez surprenant. Pour des raisons économiques, ce bouton a tendance à disparaitre : les premiers touchés ont été les PC d'entreprise fabriqués par Dell et consorts, et cela finit par arriver dans le monde des boitiers retail. Les jacks micro et casque sont bien entendu de la partie, avec pas moins de 4 ports USB, ce qui permet d'éviter d'acheter un hub.

Cette foule de prises USB a un intérêt, lié à ce qu'on trouve sur le dessus du boitier. En effet, Antec a ajouté une zone qui a pour objectif de recevoir lecteurs de cartes, téléphones, baladeurs numériques, ou autre périphériques nomades se connectant au PC. Plutôt que de poser ces équipements en vrac, ils sont ainsi plus en sécurité dans cet emplacement dédié. La face supérieure du One Hundred accueille aussi un ventilateur d'extraction, tout comme la façade arrière.

Chose intéressante, tout en haut de la façade arrière du boitier se trouvent deux minuscules boutons qui permettent de contrôler la vitesse de rotation des 2 ventilateurs inclus. Ces boutons sont très similaires à ceux du Two Hundred, et permettent de régler deux vitesses de rotation :
  • 900 et 1500 tours par minute pour le ventilateur arrière
  • 800 et 1200 tours par minute pour le ventilateur du dessus
Notons également que cette version du One Hundred est équipée d'une fenêtre latérale en plexiglas, que le constructeur protège par 2 films plastiques. Plutôt bien pensée, elle dispose d'ouïes de ventilation pouvant accueillir un ventilateur. L'emplacement n'est pas choisi au hasard, c'est juste au niveau de la carte graphique.

Il est maintenant temps de regarder les entrailles de la bête.

Vue Intérieure

Une fois qu'on dépose les côtés du boitier, on peut faire le tour du propriétaire à l'intérieur. Premier bon point, il est intégralement peint en noir, et les finitions sont soignées. Il n'y a rien qui dépasse, rien qui puisse blesser lors du montage. En revanche, on voit aussi qu'il n'y a aucune mesure anti-vibration sur ce boitier, il n'est donc pas spécialement orienté « silence », contrairement à ce que la mention « Quiet » apposée sur le carton pourrait laisser supposer.


... et sans les panneaux latéraux

Installation

La configuration de test est la suivante :
Passons maintenant à l'installation à proprement parler.

Alimentation

Un Bloc ATX, ventilo vers le haut
Le bloc ATX se fixe en bas, comme c'est de plus en plus souvent le cas sur les boitiers haut de gamme, mais cela est peu répandu sur les boitiers d'entrée de gamme. Ici, pas de système de fixation compliqué, il y a juste à caler l'alimentation sous le rebord, et à la visser, tout simplement. Le bloc de test, un modèle de 750W qui dépasse un peu les dimensions classiques, rentre sans problème. Il faut préciser que le One Hundred n'est pas équipé d'entrée d'air sur le dessous du boitier, il faut donc orienter le ventilateur de l'alimentation vers le haut, comme cela est précisé dans le manuel.

Carte mère

Installation de la mobo
Étrangement, la zone destinée à accueillir le panneau I/O de la carte mère n'est pas un trou béant comme bien souvent, mais est déjà équipée d'une plaque par défaut. Bien évidemment, elle ne correspondra sans doute à presque aucune carte mère, et on commencera donc par la retirer, avant d'installer celle de l'Asus P5B.

Par défaut, la plaque du fond du boitier, dont on note la très large découpe au niveau du backplate du CPU, dispose de 6 entretoises déjà fixées. La carte mère de test n'en nécessitant pas de supplémentaire, on va donc directement la visser. Ici encore, pas de vis à main comme sur les boitiers plus haut de gamme, mais c'est ce genre de petits détails, finalement pas si important que ça pour tout le monde, qu'Antec a pu faire des économies.

La carte mère s'installe donc relativement facilement, le One Hundred est correctement dimensionné, mais sans plus.

Watercooling

Le Kuhler rentre parfaitement
La configuration de test logeait précédemment dans un boitier de la même marque, mais bien plus grand — à savoir un P180. Elle était équipée du système de watercooling intégré de la marque, un Kuhler 920, et dont on avait remplacé les ventilateurs d'origine par les derniers Noctua NF-P12 PWM. Nous avons donc tenté de voir si ce bloc de refroidissement rentrait dans la tour qu'on étudie aujourd'hui. Il semblerait qu'Antec ait en fait prévu cette éventualité. Le ventilateur de 120 mm arrière n'est pas riveté, contrairement à ce que l'on voit souvent sur les boitiers d'entrée de gamme. Il y a juste 4 vis à défaire, et le Khuler s'adapte sans difficulté à cet emplacement !

Disques Durs et lecteur DVD

Pour faciliter le montage des éléments 3,5 " et 5,25 ", respectivement disques durs et lecteur DVD, le constructeur indique qu'il faut retirer la façade avant. Elle se déclipse facilement, c'est l'occasion de voir qu'elle est entièrement perforée pour la ventilation, et qu'elle dispose d'une large zone dotée de filtre à poussière.

Le reste de l'installation est très classique. Comme il n'y a pas de système sans outil breveté, on utilise de bonnes vieilles vis qui ont fait leurs preuves depuis longtemps.


Fixations à l'ancienne

Carte graphique

Ça rentre sans problème
Ici non plus, pas de système sans outils. Il faut tout de même souligner que les équerres pour cacher les ports PCI doivent être détachées à la main. On regrette bien évidemment ce système abandonné par beaucoup de constructeurs, mais cela ne l’empêche pas de remplir son office, et surtout, c'est sans doute ce qu'il y a de moins cher.

La longueur maximale des cartes graphiques supportée par le boitier n'est pas présente sur la fiche technique, mais notre HD4870 de test rentre sans sourciller. De plus, les connecteurs PCI-Express d'alimentation sont placés sur le coté de la carte, et non à l'arrière, ce qui permet un gain de place dans n'importe quel boitier.

Finalisation du câblage

Le câblage se fait relativement bien, il n'y aucun câble provenant du front panel qui soient trop court. Le système de cable management est plus que correct, à la condition, comme d'habitude, d'avoir notamment une alimentation dotée de très longs fils, notamment pour ceux destinés à être connectés à la carte mère.

Le seul petit bémol concerne les ventilateurs de 120 mm, qui ne peuvent pas être positionnés ailleurs que là où ils sont à cause du câble qui les relie aux interrupteurs 2 positions. On n'a donc pas pu réutiliser le 120 mm arrière, retiré pour installer le Kuhler, sur la vitre latérale où il aurait été du meilleur effet. On aurait pu démonter ces interrupteurs, mais cela n'aurait pas donné un résultat très esthétique, même si c'est l'arrière du One Hundred qui est concerné.

Il est temps refermer le boitier, installer Windows 7 64 bits et les outils Zeden.net habituels et passer aux benchs.

Performances thermiques et nuisances sonores


Description de l'outillage

15 minutes sur le grill
On utilise le logiciel OCCT 4.1.0, qui est l'outil royal de test d' overclocking : il pousse le CPU et les GPU dans ses retranchements pour le faire chauffer au maximum. Direction le site officiel pour le télécharger. On fera des passes de 15 minutes du benchmark OCCT Power Supply, qui combine un burn CPU (le test OCCT classique) avec un burn GPU (basé sur un équivalent de Furmark).

Un autre outil, Hardware Monitor (téléchargeable à cette adresse), permettra de lire les valeurs min et max des sondes de températures intégrées au CPU et au GPU. Notre protocole de tests consistera à mesurer les températures, en idle et en charge, du processeur et de la carte graphique, et ce dans 2 configurations de ventilation différentes : soit au minimum, soit au maximum. On présentera ensuite la moyenne.

Les nuisances sonores seront quant à elles mesurées au sonomètre à 2 endroits : à 50 cm du côté gauche, et à 50 cm de la façade avant. Pour ces mesures, nous allons utiliser notre Sonomètre Voltcraft SL-100. Nous vous invitions à consulter notre article présentant le sonomètre article présente en détail notre sonomètre.

Voici désormais ce qu'on attendait le plus, les résultats !

Résultats


Vitesse ventiloTemp CPU (°C)Temp GPU(°C)Bruit face (dB)Bruit côté (dB)
Low39,55140,141,3
High325043,443,4

One Hundred 100% testé
Les résultats obtenus sont relativement logiques. Plutôt bruyant avec le ventilateur en vitesse rapide, le One Hundred fait 2 fois moins de bruit une fois passé en vitesse lente. Le gain de température au niveau du CPU entre ces 2 configurations, certes visible, reste modéré.

On voit également que coté GPU, la différence est très faible. Cela s'explique par le flux d'air qui est inexistant, notamment car il n'y a pas de ventilateur à l'avant du boitier, même si l'emplacement est prévu. Le côté du boitier se révélé être aussi plus bruyant que la façade, mais cela est directement lié à la présence de l'emplacement pour le ventilateur costal qui rompt l'insonorisation du boitier. Pour ces raisons, on privilégiera sans problème le mode silencieux.

Conclusion

Les 25 ans de savoir-faire d'Antec se retrouvent dans ce boitier d'entrée de gamme. Le One Hundred n'en est pas pour autant, et loin s'en faut, un boitier low cost. Son principal atout est de proposer une liste de fonctionnalités impressionnante, dont certaines sont habituellement réservées aux tours plus luxueuses, le tout pour un prix défiant tout concurrence. Coté nuisance sonore, il faudra veiller à ne pas utiliser les ventilateurs à fond pour éviter de gros désagréments. Bien évidemment, le constructeur a fait quelques sacrifices pour tenir le budget, et le plus gros manque pourra être l'absence de ports USB3 en façade, pour certains. Pour les autres, foncez !

Produit recommandé par ZeDen


par Xpierrot Commenter
Partager

Héberger mes images en un clic

Commenter

Les commentaires sont fermés aux non membres. Pour poster un commentaire, créez un compte membre : c'est simple et gratuit !