ZeDen.net

BGT, un jeu méchant, très méchant
Bloody Good Time est un FPS multi-joueurs dans lequel vous incarnez un acteur débutant qui est en compétition avec d’autres loosers pour décrocher le premier rôle dans un long métrage. Pour cela, il va falloir annihiler la concurrence avec tout un tas de pièges et d’armes loufoques. Outerlight qui a développé The Ship reprend ici les ingrédients de gameplay de ce dernier pour les transposer dans l’univers du septième art. Bloody Good Time est édité par Ubisoft, c’est disponible depuis le 27 octobre 2010 sur le Xbox Live Arcade et Steam contre environ 5 euros. C’est sur la version PC que ce test a été effectué.
suite »

Le chipe du Ship

On contrôle un acteur et tous ont leur style
Bloody Good Time reprend le principe de jeu de The Ship, mais en rendant l’expérience encore plus accessible (grand public). On contrôle un acteur, il y a des caisses sur la map qui contiennent les armes et des bonus (super vitesse par exemple). Il y a également des pièges que l’on peut déclencher (piques, électricité, etc) pour estropier nos adversaires. Cet arsenal se veut loufoque (des poêles à frire, un rat explosif téléguidé), mais il expurge surtout tout skill. Tout se réalise trop facilement, oubliez les concours d’headshots ou autre démonstration de virtuosité. Le jeu n’a pas été conçu dans cette optique. Mais plutôt dans celle qu’un gosse de cinq ans puisse tout maitriser ou bout de quelques parties. Et c’est bien là, le problème car si la prise en main est du coup très aisé, on n’a pas le loisir de progresser plus que cela. Comptez deux heures (je suis très gentil) pour tout voir, tout essayer et pour maitriser totalement le gameplay. Mais après, il n’y a plus grand-chose et cela peut devenir très vite répétitif.

La maison, la plage et le casino, on a fait vite le tour des cartes
En effet, le jeu ne propose que trois petites maps jouables. Il y a plusieurs modes différents de jeu ou de règles : Deathmatch (chacun pour soi), Chasse (vous avez une proie en particulier à tuer tout en étant vous-même la proie d’un adversaire), Elimination (tuez toutes vos proies, jusqu'à devenir le dernier survivant), Vengeance (vous avez une proie et chacune de vos victimes veut se venger par la suite), Infectés (un virus circule sur le plateau, évitez le ou refilez le à un autre joueur), Accapareur (récupérez une statuette et gardez la le plus longtemps possible), et Chasse au leader (tout le monde s’associe pour tuer le leader).

Bouffe, chie, dors

La gestion des besoins est importante et influe sur le gameplay
On précisera aussi que le joueur a des besoins à assouvir (manger, dormir et faire un gros caca) pendant les parties. Ce qui donne droit à quelques exécutions amusantes comme enfoncer la tête de vos ennemis dans la cuve des toilettes, écraser leur visage dans leurs assiettes pendant qu’ils mangent, etc. Il y a aussi la sécurité du plateau du tournage qui peut se déplacer et qui vous mettra un bon coup de taser si vous êtes recherché ou si vous sortez un flingue devant eux. Pour marquer le plus de points possibles, vous devrez suivre les recommandations du réalisateur tout au long de la partie (en gros, les différents modes de jeu tournent). Vous devrez aussi varier les meurtres, changer d’armes et utiliser celles que le réalisateur souhaite.

Le gros défaut du jeu est sa lenteur globale. Vous avancez très, mais alors très lentement. Les différentes actions ne s’effectuent pas très vite non plus. Les cartes étant assez petites on se croisera heureusement assez vite. Mais attention, ce gameplay mou, et qui est l’abnégation même de tout skill, ne plaira pas à tout le monde. Le jeu est jouable jusqu'à seize en multi sur PC.

Ugolin du Source

La réalisation est correcte, mais pas inoubliable
Bloody Good Time utilise le moteur graphique Source Engine. Les graphismes sont dans le style du cartoon. Si le résultat à l’écran est satisfaisant, les décors étant nets et variés, cela ne vous extasiera jamais non plus. Par exemple, on peut croiser de nombreuses maps de Team Fortress 2 bien plus poussées visuellement. Les animations suivent elles aussi la même logique : c’est correct, mais sans plus. On aurait par exemple aimé plus de démembrements lorsque l’on utilise des armes contondantes ou des explosifs. Les personnages jouables, au nombre de huit sont honnêtement modélisés, mais là encore, on a déjà admiré bien mieux. Le jeu est traduit en français (voix et texte). Et l’ambiance sonore se met au diapason de l’aspect visuel du titre : c’est correct, mais sans génie. On a donc droit à une réalisation technique qui ne dessert pas le titre, mais qui remplie tout juste les quotas de ce que l’on est en droit d’attendre d’un jeu qui sort en 2010.

Conclusion

Bloody Good Time bénéficie d’une réalisation correcte, mais sans grand génie. On peut également y reprocher son contenu famélique, la lenteur des déplacements, son coté vite répétitif et sa particularité de gameplay qui ne plairont vraiment pas à tout le monde. Le jeu se veut fun, mais on en a vite fait le tour. Seul contre les bots, ou sur un serveur ce n’est vraiment pas amusant. Par contre entre amis, une partie de temps en temps peut relativement bien détendre. Heureusement le prix du jeu à sa sortie atténue bon nombre des défauts du titre.


par Daenerys 1 commentaire par utr_dragon
Partager

Commentaires

utr_dragon

Rédacteur en Chef/Dieu
Nb msg : 2338
(#1) 06 novembre 2010 à 14h47
Le jeu vaut vraiment ses 5€, mais quel dommage que le contenu soit si maigre !
No comment !
[!] Commentaires fermés pour cette nouvelle.