ZeDen.net

 
 
3 septembre 2010, 06h00 Icone Brink

Preview : Brink

Dans Brink, le niveau des océans a considérablement augmenté
L'histoire de Brink prend place en 2045, suite à une catastrophe écologique sans précédent, les glaciers ont totalement fondu aux pôles, le niveau des océans a donc considérablement augmenté et les terres immergées se retrouvent par conséquent fortement réduites (qui a dit que ça nous pendait au nez). Une cité flottante portant le doux nom d'Arche (jolie référence biblique au passage) est donc créée pour élargir notre espace vital, tout du moins en partie, mais, victime de son succès, elle finit à son tour par devenir surpeuplée. Nombres de problèmes commencent alors à apparaître et la criminalité monte en flèche, cette ville jusqu'alors en apparence paisible ne tarde pas à devenir un véritable coupe-gorge. 2 factions s'y opposent, d'un côté la résistance, composée des plus démunis et qui lutte pour sa survie, de l'autre la sécurité qui défend les intérêts des plus riches, libre à vous d'intégrer votre camp préféré.

Après une très brève présentation qui mettait l'accent sur la personnalisation de votre avatar ainsi que sur le principe même du titre, j'ai pu tester une petite heure durant le mode coopération en faisant équipe avec l'un des développeurs du jeu. Grand fan de mode multijoueur en ligne comme chacun sait, c'est avec un plaisir non dissimulé que j'essaye enfin la bête.

Le système de déplacement S.M.A.R.T. est une vraie petite merveille
Le début de la partie commence par le choix d'une classe parmi les 4 que propose le jeu (vous retrouverez ainsi quelques classiques du genre tels que le soldat, le médecin, l'ingénieur ou encore l'espion). Le gameplay est très fortement inspiré de Team Fortress 2, c'est à dire que vous devrez obligatoirement jouer en équipe si vous voulez réussir vos objectifs. Votre mission principale est d'escorter un petit robot, à l'instar de la map Goldrush de TF2, des points de contrôle étant disséminés tout le long du parcours permettent de rapprocher le respawn au fur et à mesure de votre avancée. Je commence donc avec un médecin et tente de soigner mes coéquipiers, on se fait assez vite poutrer, les bots à l'IA apparemment très limitée foncent littéralement dans le tas sans réfléchir ni même se préoccuper de leur état de santé. Je tente ensuite de rester avec l'un des développeurs mais c'est un échec, impossible d'avancer. Premier constat, sans jeu en équipe solide, certains passages semblent infranchissables, je décide donc de changer de classe pour essayer le soldat. Tout de suite cela va beaucoup mieux, je trouve mes repères en un rien de temps et j'enchaîne frag sur frag. Le tout nouveau système de déplacement S.M.A.R.T. est une vraie petite merveille pour passer au dessus ou en dessous de certains obstacles en apparence infranchissables, je pars donc en solitaire dans d'étroites ruelles pour prendre l'ennemi à revers et cela fonctionne plutôt bien, on parvient enfin à progresser.

Nous avons joué dans les bidonvilles en bordure de mer
Le niveau dans lequel nous avons pu évoluer était celui des dernières vidéos, à savoir un bidonville en bordure de mer ressemblant comme deux gouttes d'eaux aux célèbres Favelas de Rio de Janeiro. Techniquement le jeu est une réussite totale. Constitué d'innombrables petites ruelles, propices aux embuscades et autres "coup de trafalgar", le level design est véritablement jouissif puisque vous pouvez aller partout ou presque. Parfois le parcours s'élargit donnant ainsi la possibilité d'affrontements plus massifs, vous n'aurez cependant pas trop le choix en attaque car vous serez obligés de suivre le robot pour le faire avancer. L'idéal étant bien évidement d'avoir dans son équipe un personnage de chaque classe pour palier à toute éventualité.

Le jeu permet une personnalisation avancée des armes et personnages
Le système d'XP implémenté dans le jeu vous permettra de personnaliser vos armes comme bon vous semble, un peu à la manière d'un Call of Duty : Modern Warfare 2, mais aussi de débloquer des centaines de compétences différentes. Vous aurez alors le choix d'en sélectionner 4 pour chaque classe. Activables en jeu à tout moment, elles seront un atout de taille qui vous permettra de débloquer certaines situation. Mais en contrepartie, elles consommeront un peu de votre barre de powermeter à chaque utilisation, cette dernière se rechargeant au fur et à mesure du temps. Le système d'objectifs dynamiques est fort pratique car il n'y a plus besoin d'aller voir un PNJ pour qu'il vous donne une quête qui sont d'ailleurs bien souvent ennuyeuse — comme elles peuvent l'être parfois dans Borderlands. Ici c'est vous qui décidez, et en un clin d'œil qui plus est ! Préférez les objectifs qui rapportent le plus d'XP, vous progresserez ainsi beaucoup plus vite et gagnerez des niveaux. Doté d'un gameplay rapide et nerveux, ne vous y tromper pas, Brink est un FPS pur et dur, même s'il intègre nombre d'éléments empruntés à plusieurs références du genre comme Mirror's Edge pour les déplacements, TF2 pour le teamplay ou encore Portal pour le patte graphique de certaines zones. De plus, le soft est jouable jusqu'à 4 en coopération ou à 4vs4 en multijoueur, cela rappelle étrangement un certain Left 4 Dead mais la comparaison s'arrête ici, de folles soirées entre amis sont à prévoir.

Vous l'aurez compris, j'ai été conquis par Brink. Beau, nerveux et clairement axé multijoueur, le nouveau bébé de Bethesda Softworks a tout pour vous séduire. Développé par Splash Damage, entre autre responsable de titres tels que Wolfenstein : Enemy Territory ou encore Enemy Territory : Quake Wars et grand spécialiste des modes multijoueurs, le gameplay combine des éléments issues des meilleurs titres du genre pour un résultat très convainquant, de plus il privilégie le teamplay, que demande le peuple ?
par Tony Chopper Commenter
Partager

[!] Commentaires fermés pour cette nouvelle.