ZeDen.net

 
 
Après plusieurs semaines de test passées à essayer ce nouveau clavier et à en explorer l'écosystème, il est temps d'en faire le bilan

Mais avant toute chose, il est difficile de parler de ce Sketlr sans parler de Logitech. En effet, il faut voir qu'ajouter un écran à un clavier n'est pas vraiment une nouveauté en soit. La société suisse l'a fait sur plusieurs de ces modèles, en en améliorant sans cesse le principe. Ils ont commencé par un afficheur monochrome avec une résolution vraiment médiocre sur le G15, puis avec une résolution améliorée sur le G15 V2 et en couleurs RGB sur le G510. Ensuite, ils ont intégré un vrai écran LCD sur les G19 et G19s, avant de songer à remplacer cet écran par un dock à smartphone, avec une taille et définition bien supérieures, le tactile et un vrai OS, sur le G910.


De l'écran à gros points au smartphone

Malheureusement, le G910 Orion Spark avait raté sa cible à ce niveau-là : Dock trop petit, limité au mode portrait, sans prise de recharge, une seule application gadget étaient les principaux reproches faits à l'époque lors de notre test. Et on commence déjà à voir les atouts du Skeltr.

Le clavier en lui-même

Si on regarde l'aspect purement matériel dans un premier temps, on est face à un clavier réussi à bien des égards. Le design global est moderne, voire high tech, sans en faire trop. Le layout global est sobre, mais comporte quelques spécificités sympathiques, comme les 3 touches de pouce ou la touche Roccat Easy Shift[+] remplaçant la traditionnellement touche Caps Lock. La frappe est silencieuse, ceci grâce aux choix des touches à membranes en lieu et place des touches mécaniques. Le seul bémol concerne les touches de pouce, qui sont très bruyantes.

Par ailleurs, la frappe est douce, grâce au revêtement du clavier qui est agréable à utiliser et à la course des touches mi-hautes. Le rétroéclairage n'est pas en reste, servi par un lettrage lisible, et les LEDs d'ambiance ne sont pas trop puissantes. Le repose-poignet nous a quant à lui paru bien solide, et bien stable, notamment grâce à ses larges patins situés en dessous.

Seul Android est supporté
Si on s'attarde maintenant sur l'aspect communication du clavier avec les smartphones, il faut tout d'abord évoquer la restriction qui concerne les smartphones supportés à l'heure actuelle. En effet, hors Android, pas de salut pour profiter de toutes les fonctionnalités. Swarm n'est disponible ni sous iOs, ni sous Windows Phone. Le site officiel indique que le développement est en cours, mais sans date de sortie officielle, il ne faut donc pas trop compter dessus à l'heure actuelle. Pour Power Grid, c'est mieux, une version iOs existe.

Mais, au niveau du câble de charge fourni, celui-ci est uniquement doté d'un connecteur micro USB. Pour les autres variantes, notamment l'USB-C qui est de plus de plus fréquent, il faudra se doter d'un adaptateur micro-USB->USB-C ou d'un câble USB-C. Ce ne sont que quelques euros supplémentaires, mais on aurait bien aimé le voir dans le bundle. On peut tout de même apprécier le fait que Roccat ait prévu un câble USB détachable, ce qui permet de faire ce qu'on veut à ce niveau-là. Toutefois, il y a une bonne surprise à signaler : la connectique USB ne se limite pas à la charge comme on le croyait initialement, on a en fait une connexion complète, ce qui permet d'accéder aux fichiers de son téléphone directement.

Les applications

Au niveau des logiciels proposés, on a constaté une différence de maturité entre Power Grid et Swam, à l'avantage du premier, plus stable, plus riche en fonctionnalités, et plus homogène. Swarm, qui n'a qu'une toute petite année d'existence au compteur, nécessite un coup de polish de la part de l'équipe de développement de la marque pour être vraiment à la hauteur des attentes des joueurs. On a ainsi rencontré quelques comportements inattendus sur la partie PC et on a expérimenté quelques crashes sur la partie mobile. Il faut espérer que cela sera amélioré dans le futur, mais Swarm étant la plateforme de drivers actuelle de la marque, cela devrait le cas. Le système de vérification de mise à jour intégré laisse en tout cas présager des upgrades régulières.

Cet état se retrouve au niveau des fonctionnalités offertes par les 2 applications mobiles. Swarm est, à l'heure actuelle, moins abouti, et en partie en doublon avec Power Grid. Le monitoring de Swarm est ainsi complètement non paramétrable. On a donc des zones d'affichage qui sont reliées à des capteurs qui ne renvoient pas de valeurs, ou qui ne correspondent à rien, et on ne peut ni les retirer ni les configurer, Le launcher d'applications pourra trouver ses adeptes, tout comme l'afficheur d'APM. C'est tout de même un peu gadget, ce qui fait que Swarm apparait assez dispensable.

Le système de plugin est puissant !
A l'inverse, Power Grid nous a complètement séduits. Le système a l'air bien réactif, et est plaisant à utiliser. L'éditeur de grille est un modèle d'ergonomie. Ceux qui ont galéré sur LCDHost trouveront ici un environnement bien plus intuitif. Grâce à ses possibilités d'extension, on peut obtenir une gestion du monitoring hardware satisfaisante en utilisant 2 fichiers rpgp et un outil gratuit. Sur les autres sujets, que ce soit le multimédia, les jeux, ou les applications, c'est le carton plein. Une mention spéciale pour le contrôleur audio, vraiment très soigné.

Cependant, il y un gros problème, qui rend cette application difficilement utilisable sur le Sketlr : il s'agit d'un mode d'affichage horizontal. C'est tout bête, mais pour l'instant tout du moins, les grids sont uniquement verticaux. Cela a 2 conséquences : d'une part, le mobile doit être placé verticalement, ce qui cache partiellement l'écran du PC, et d'autre part, dans cette configuration, l'utilisation d'adaptateur micro-USB vers USB-C ou Lighting est impossible, ce qui contraint à voir la batterie du mobile se vider. C'est donc un défaut vraiment gênant, dont est conscient a priori le constructeur.

Malheureusement, il suffit de regarder ce que la concurrence propose pour voir que Power Grid est vraiment en avance sur son temps, et qu'il n'y a pas d'alternative satisfaisante. Il faudra donc prendre son mal en patience sur ce point.

Bluetooth et Android

Le menu qui vous sauvera la vie !
Il existe aussi des effets secondaires au niveau de la connectivité Bluetooth, qui sont assez pénibles quand on ne connait pas bien les entrailles d'Android. On le disait, une fois appairé et connecté, le Skeltr est à la fois le clavier du PC et celui du smartphone, et un bouton permet de passer à l'un à l'autre. Cela fonctionne très bien. Mais, il faut savoir que quand un clavier Bluetooth est connecté à un téléphone, le clavier virtuel de celui-ci est inopérant dans la configuration par défaut. Imaginez, vous êtes devant votre PC, avec le Skeltr connecté à votre smartphone. Vous quittez la pièce, vous voulez envoyer un SMS... et vous ne pouvez pas, sans avoir au préalable déconnecté le Skeltr ! Bien sûr, cela peut être fait depuis Android, heureusement, mais si vous avez mis en place la connexion automatique dans Swarm, le Roccat va se connecter en boucle. Seule solution dans ce cas, couper le Bluetooth de votre téléphoné pour retrouver la main... Heureusement, un tour dans les options d'Android du menu « Langue et Clavier » vous permettra, d'une part, de passer le clavier en Azerty car de base, il est en Qwerty, et d'autre part, de réactiver le clavier virtuel. On finit aussi par trouver qu'il manque une souris, pour ne pas avoir à lâcher le clavier afin de toucher les zones de texte lorsqu'on est ingame notamment  –  et accessoirement de faire apparaitre le clavier virtuel, même si on veut saisir avec le Skeltr. (Mais on vient de l'activer pour les raisons évoquées précédemment). Une bonne alternative est alors d'utiliser la touche Tabulation du clavier. Elle permet de déplacer le focus sous Android comme elle le fait sous Windows, ce qui permet de se positionner rapidement au bon endroit de l'interface. A vous enfin les conversations SMS ou Skype de manière vraiment intuitive, sans que cela impacte les autres usages du smartphone ! Dommage que tout ceci ne soit pas documenté, car certains joueurs pourraient regretter leur achat à cause de cela.

Un autre menu Android qu'il pourra être utile de connaitre est l'option Smart Lock, qui se trouve dans les options de sécurité de l'OS. Grâce à elle, il est possible de faire en sorte que le téléphone ne se verrouille plus quand il est connecté au Skeltr. De cette façon, vous n'aurez pas à essayer de dessiner avec votre doigt votre schéma de sécurité sur un mobile tourné à 90° par rapport à l'accoutumée.

Une nouvelle habitude à prendre

Mais il ne faut pas nier que les joueurs pourront avoir un peu de difficulté à se familiariser avec cet environnement. En effet, il faudra d'abord sortir le téléphone de sa poche. Puis, si on veut profiter de son intégration voix / SMS, activer le Bluetooth si cela n'est pas fait par défaut. Ensuite, il faut lancer sur le smartphone les applications, et qu'elles se connectent en wifi au PC. Toutes ses opérations peuvent prendre quelques minutes, et il n'est pas certain qu'au bout de 3 fois, le téléphone ne reste pas dans la poche plutôt d'être en fonctionnement dans la rigole du Skelr. Afin de simplifier les choses, les 2 applications proposent des options d'auto connexion au PC. C'est capital à notre sens de les activer, pour ne pas devoir repasser par l'étape de recherche de l’hôte à chaque fois. Cependant, étant donné que cela repose sur une mémorisation de l'adresse IP, cela est incompatible avec la notion de DHCP.

Fredy122, ici à gauche, fan du Skeltr et membre de la team Roccat de LoL
Fredy122, le joueur de Lol, a quant à lui réussi a priori à se faire à cette nouvelle routine, mais reste à savoir si ce sera le cas de tous. Votre serviteur a encore un peu de mal à s'y faire, mais une astuce pour se forcer la main a été de brancher le chargeur Quick Charge 3.0 du HTC 10 au Sketlr afin de profiter de la charge ultra rapide. Pour les autres, on pourrait imaginer que laisser un autre smartphone en permanence connecté sur ce clavier permettrait de résoudre le problème, mais cela ne serait que partiel. En général on a qu'un seul abonnement, donc les SMS et les appels n'iront pas sur ce second téléphone. Ce point sera crucial pour certains, accessoire pour d'autres, c'est selon les personnes...
Page Précédente Page précédente - Power Grid Page suivante - Conclusion Page suivante
par Xpierrot 3 commentaires, dernier par aigle_1
Partager

Commentaires

JBs

Rédacteur Hardware
Nb msg : 280
(#1) 12 octobre 2016 à 18h15
Il ne manque que des touches mécaniques
i7 11700K | Carte mère Asus Prime Z590-A | 32 Go DDR4 3330 MHz Crucial | Cartes graphiques : RTX 3080 Ti
Xpierrot

Responsable Hardware de Zeden
Nb msg : 1500
(#2) 13 octobre 2016 à 08h52
oh non, surtout pas ! pas de "tchac tchac tchac" !
Marchez doucement car vous marchez sur mes rêves
aigle_1

Rédacteur senior
Nb msg : 53
(#3) 18 octobre 2016 à 15h10
siiiii ! c'est bon le tchac tchac tchac

Commenter

Les commentaires sont fermés aux non membres. Pour poster un commentaire, créez un compte membre : c'est simple et gratuit !

Actu du même sujet

La fiche technique est la suivante :
  • 3 touches de pouce programmables
  • 5 touches macro programmables
  • Easy-Shift[+] avec EasyZone 20 touches
  • ROCCAT Talk
  • Fonctions multimédias
  • Bluetooth V3.0
  • Câble USB tressé, longueur 1,8 m
  • Processeur Arm 32-bits
  • Mémoire 512 Ko
  • Polling rate : 1000 Hz
  • Interface avec l'ordinateur : USB 2.0 (x2)
  • Touches à membranes