ZeDen.net

 
 
Deus Ex est de retour
Sorti il y a dix ans, le premier Deus Ex fait déjà office de dinosaure à l'échelle du jeu vidéo. Pourtant, à sa sortie, le jeu a définitivement marqué le monde du FPS avec une expérience de jeu, très largement saluée par la critique et le public, fondée sur la liberté d'action laissée au joueur et un univers très crédible et très travaillé. Sa suite, Deus Ex : Invisible War a été gâchée par un gameplay ayant perdu toute sa profondeur, sa complexité et sa richesse. Un échec cuisant qui a mis la licence entre parenthèses pendant une demi-douzaine d'années avant que soit annoncé Deus Ex : Human Revolution en 2007, et qu'il soit confié à Eidos Montréal, un studio monté de toute pièce pour l'occasion. Les développeurs ont annoncé dès le début du développement que le jeu serait proche du premier opus et que ce serait une « préquelle » et non une suite (une manière de gérer facilement les différentes fins de Deus Ex). Après quatre ans de développement et à l'issue d'une campagne mercatique d'importance, le titre vaut-il le coup ?

Un scénario riche, profond, avec de nombreux embranchements

Le jeu débute à Detroit, chez Sarif Industries
Deus Ex : Human Revolution se déroule en 2027, 25 ans avant les évènements des deux premiers opus. Dans ce futur proche, les augmentations mécaniques développées par des multinationales pour le compte des militaires, mais également des civils, se sont répandues très rapidement. On incarne Adam Jensen, un ancien agent du SWAT employé en tant que responsable de la sécurité chez Sarif Industries, l'une des grosses boites de bio-technologie développant des augmentations. Adam Jensen débute son aventure en tant qu'humain non augmenté et incarne cette frange de la population qui s'interroge sur les bienfaits des progrès scientifiques et techniques tels qu'ils sont à l’œuvre. Au tout début du jeu, votre entreprise est victime d'une attaque savamment orchestrée qui vise le cœur de métier, c'est à dire la matière grise. Laissé pour mort, l'étendue des blessures d'Adam nécessitent l'implant d'appendices bio-technologiques dans son corps pour lui sauver la vie. Après avoir récupéré, vous serez chargé de l'enquête sur cette attaque, afin de trouver les responsables et leurs motivations. Sachant que vous évoluez dans un monde où les gens équipés d'augmentations sont considérés comme des privilégiés enviés et haïs par les gens non augmentés. D'autant plus que pour que le corps humain, pour accepter les implants mécaniques, a besoin d'une drogue baptisée neuropozine, et dont la distribution est contrôlée par les multinationales. De nombreux augmentés se retrouvent dans la rue, s'étant ruinés pour acheter leurs doses quotidiennes de neuropozine.

Les améliorations sont-elles bénéfiques pour les humains ?
C'est là la base du scénario du jeu, avec une profonde réflexion qui emmène le joueur sur des thèmes comme l'humanité, l'éthique, la philosophie et le transhumanisme. Les développeurs, d'une manière très habile puisqu'ils n'imposent jamais une vision du problème, arrivent à nous interpeler avec brio sur ces questions très spécifiques. Adam rencontrera en effet des terroristes anti-augmentations, des clans de punks, des émeutiers, des politiques, des scientifiques, des responsables d'organisations criminelles, des augmentés heureux, des clochards, etc. qui, tous, apporteront leur pierre à l'édifice de la construction de la pensée autour de ce thème. Le scénario est apporté par petits bouts, que ce soit via des cinématiques (avec une compression super crade, malheureusement), des conversations avec des personnages, des emails, des journaux, des conversations entre personnages, des émissions de radio et de télé, etc. Si vous voulez vous plonger dans le scénario, vous aurez plusieurs moyens de le faire qui correspondent aux différents degrés d'implication que vous souhaitez. Alors bien évidemment si l'univers cyberpunk du jeu ne vous branche pas plus que ça vous pourrez très bien aller à l'essentiel, mais le jeu force tout de même à s'interroger sur notre avenir et sur la condition humaine.

La pomme d'Adam, une erreur de genèse

Le jeu propose un système de couverture à la troisième personne
Les développeurs l'avaient annoncé, et ils sont tenu parole : Deus Ex : Human Revolution est clairement inspiré de Deus Ex. Car mine de rien, Deus Ex est devenu une légende, bénéficiant d’un culte énorme de la part des nombreux fans (vieillissants) du jeu. Mais attention, le jeu ne s'interdit pas quelques emprunts aux productions modernes. C'est ainsi qu'on note l'apparition d'un halo lumineux signalant les éléments interactifs du décor, la remontée automatique de l'énergie en plein combat ou encore la disparition du lean à la faveur d'un système de couverture à la troisième personne. Heureusement que certaines de ces fonctionnalités sont paramétrables. Pour ma part, le halo jaune ne m'a pas spécialement dérangé, c'est plus la régénération automatique de la vie, qui est d'après moi superflue, d'autant plus que le jeu propose par ailleurs tout un tas de boissons et de nourriture permettant de gagner des points de vie. Idem pour le système de couverture à la troisième personne qui est assez discutable, surtout quand on voit la redoutable efficacité du système de couverture à la première personne de F.E.A.R. 3, par exemple.

Les cliniques pour acheter des augmentations fleurissent dans les villes
Mais ces choix de game design n'affectent pas l'essence du jeu, est on est bien en présence d'un vrai Deus Ex, avec tout ce que cela comprend, et notamment les diverses transformations du héros. La transformation d'Adam en être augmenté a une incidence sur ses capacités. Il est tout à fait possible de finir le jeu sans s’augmenter, comme il est tout à fait possible de le finir sans tuer aucun ennemi. Néanmoins, ces augmentations apportent un vrai plus au niveau du gameplay, et il serait dommage de s'en priver. Mais attention, les augmentations coûtent cher (5000 crédits ma bonne dame) ou alors sont débloquées avec l'expérience acquise lors des quêtes ou différentes actions comme le piratage, les conversations, la découverte de passages etc. Mais il faudra de toutes façons faire des choix, en privilégiant les améliorations qui collent avec votre type de jeu. Si vous êtes plutôt un pirate, ce sera vers là qu'il faudra améliorer, si vous êtes bourrin il vous faudra améliorer votre santé et votre résistance, si vous êtes plutôt discret, il faudra améliorer vos aptitudes à vous tapir dans l'ombre.

Gameplayus trigonum

Il y a toujours un chemin détourné si vous vous donnez les moyens de chercher
Car l'ensemble du gameplay est fondé sur ces différences d'approche. Si vous voulez rester discret, vous pouvez, si vous voulez foncer, vous pouvez aussi, et si vous voulez faire un mélange des deux, vous pourrez également. Sachez aussi que les développeurs ne vous poussent pas dans l'une ou l'autre voie, mais dans le niveau de difficulté le plus élevé, vous pourrez difficilement la jouer bourrin, les ennemis faisant très mal. Votre objectif se trouve dans une pièce qui est gardée par deux ennemis. Le choix le plus naturel et le plus simple est de leur coller une balle dans la tête chacun, d'ouvrir la porte et réaliser votre objectif. Mais en cherchant bien, vous trouverez derrière un distributeur de boissons un conduit d'aération qui mène jusqu'à la pièce voisine. Dans celle-ci se trouve un ordinateur qui contrôle les robots de défense. C'est ainsi qu'en retournant un robot de défense contre les ennemis, il effectuera le sale travail à votre place. Bien plus grisant. Enfin, troisième voie, bien plus discrète. Passant de couverture en couverture, vous apercevez une fenêtre mal fermée qui vous permet d'infiltrer la pièce sans être vu des deux gardes. Encore plus grisant. Vous l'aurez compris, dans le jeu, vous êtes maître de vos décisions, ce qui est particulièrement jouissif et rafraichissant dans le monde des FPS couloirs avec peu de saveur.

Les boss sont caricaturaux et les affronter est un calvaire
Seul gros reproche que je ferai au jeu, les combats contre les boss sont assez décevants et totalement inutiles. Inutiles pour l'histoire, mais également car ils desservent globalement le jeu. Avoir monté les compétences de piratage et de furtivité et se retrouver face à un boss qui nécessite qu'on lui spam la gueule avec des grenades est assez frustrant. Quand je suis arrivé au premier boss, je n'avais quasiment qu'un flingue 10 mm muni d'un silencieux pour faire face, sans aucune augmentation liée au combat. Moralité, j'en ai bien chié. Et tous les combats contre les boss sont assez mauvais. Ajoutez à cela que, contrairement à tout le reste du jeu, le design de ces derniers est assez mauvais (genre avec écrit « badass » sur le front).

Des missions secondaires mais pas tant que ça

Les missions secondaires et les dialogues sont très réussis
Je vous parlais précédemment des missions secondaires, et il faut bien avouer que celles de Deus Ex : Human Revolution sont particulièrement réussies. Attention cependant, ces dernières ne vous tomberont pas toutes cuites entre les mains, mais elles seront déclenchées en parlant aux bonnes personnes dans les centres urbains. Elles sont globalement assez variées, et surtout très longues, puisqu'il faut en moyenne une heure pour en venir à bout. Cela va de la collecte d'informations au cambriolage en passant par des enquêtes policières. Toutes les missions sont en tout cas scénarisées, et les développeurs n'ont pas lésiné sur les moyens. Tout comme la campagne solo, ces missions ne vous enfermeront pas dans un carcan, en proposant différentes approches et des embranchements différents en fonction de leur dénouement. Pour ma part, il m'a fallu 24h pour terminer le jeu en mode Deus Ex et en faisant 80% des quêtes secondaires. Une durée de vie tout à fait honorable qui aurait pu s'étirer jusqu'à 30 heures si j'avais trouvé les quêtes manquantes.

Dans les villes, vous êtes libre d'explorer
Le jeu propose en effet une structure assez particulière avec des hubs urbains. Grosso-modo, entre les grandes phases de la campagne solo qui se déroulent dans des lieux spécifiques, vous serez lâché dans de grandes villes — Detroit aux États-Unis et Hengsha en Chine principalement — où vous aurez la liberté d'explorer librement comme bon vous semble les différents lieux, y compris les égouts. Jamais vous ne serez forcé d'accomplir telle ou telle action, mais vous aurez la liberté de glaner des infos, trouver des lieux cachés, pirater des terminaux afin de pouvoir pénétrer dans certains bâtiments et ainsi faire des missions secondaires par la rencontre avec des PNJ.

RPG Style

Les joutes verbales, bien plus intéressantes que les combats de boss !
Human Revolution n’est bien évidemment pas une copie du premier opus, ni un remake. Il tire son épingle du jeu grâce à de nombreux mécanismes empruntés aux jeux de rôles, qui enrichissent considérablement le gameplay. Commençons avec le système de dialogue, qui est assez crédible et profond, ce qui est assez rare pour être souligné. Vous ne pourrez pas tailler la bavette avec chaque PNJ du jeu, les simples passants ne vous racontant jamais plus de deux ou trois lignes de dialogues. Néanmoins, les PNJ importants ont chacun une personnalité précise nécessitant constamment d'être analysée afin de comprendre ce qu’ils veulent dire ou sous-entendre. Les options de dialogues disponibles sont variées et jamais trop manichéennes de fait que les réponses sont souvent un entre-deux et on ne sait jamais vraiment à l'avance ce que va dire Jensen et comment son interlocuteur va répondre. Jamais une réponse est plus évidente qu'une autre et il faudra toujours jouer au chat et à la souris avec son interlocuteur pour apprendre à le connaître, et le pousser dans ses retranchements sans l'énerver. Bien évidemment, des augmentations viendront vous aider dans cet aspect social du jeu, mais elles ne supplanteront jamais votre jugement dans les batailles rhétoriques que vous pourrez mener avec certains personnages clés de l'histoire.

Le piratage, un jeu dans le jeu
Pour parfaire leur approche furtive, les joueurs consciencieux tâcheront d'apprendre quelques rudiments informatiques, nécessaires pour hacker tranquillement les nombreux ordinateurs, portiques d'accès et autres terminaux où sont stockées toutes sortes informations utiles. Je dois vous avouer que j'ai totalement accroché au système de piratage du jeu, bien plus réussi que celui de BioShock. A tel point qu'il s'agit presque d'un jeu dans le jeu qui devient sans cesse plus compliqué à mesure que le jeu avance. Chaque terminal possède un niveau d'expertise, de 1 à 5. Si la sécurité de niveau 1 n'arrêtera pas grand-monde, il faudra avoir un peu de bouteille à partir du niveau 3 et être sérieusement augmenté pour ceux du niveau 5. Mais le jeu en vaut la chandelle, et le piratage permet de se faciliter la vie, permettant de trouver des informations essentielles. C'est ainsi qu'en lisant un mail vous verrez qu'une intervention technique à tel endroit vous permet de passer sans être vu des gardes, que vous pourrez contrôler les systèmes de défense des bases, désactiver les mines de proximité, ouvrir des coffres, etc. Les occasions de pirater ne manquent pas, et c'est tant mieux. Mais les joueurs qui n'aiment pas pirater ne seront pas pour autant laissés derrière, puisque les ennemis contiennent des carnets électroniques contenant les informations de leur compte informatique, ou que les indiscrétions des PNJ vous révèleront des mots de passes.

Une direction artistique exceptionnelle

Le jeu a définitivement une âme
Ce qui marque tout de suite dans le jeu, c'est sa direction artistique absolument maitrisée jusque dans ses moindres détails. Elle viendra très aisément gommer les quelques soucis du jeu, surtout au niveau de la modélisation des personnages. Mais les animations sont également à la rue et les temps de chargement assez fréquents et plutôt longs. Mais revenons un instant su la direction artistique qui est magistrale. Inspiré du cyberpunk, et à l'instar d'un Blade Runer, vous serez constamment plongé dans la nuit, impression renforcée en Chine avec une ville basse dominée par une ville haute qui capte toute la lumière. Les couleurs choisies renforcent encore cette impression. Personnellement, j'ai adoré et jamais je n'ai été choqué par ces déclinaisons du « jaune et or » qui donne une âme au jeu.

Niveau armement, si vous voulez du lourd, vous aurez de quoi faire
Malheureusement, le bilan technique du portage PC prête à pas mal de contestations. Sur ma configuration, le jeu n'était pas stable, oscillant entre 30 et 60 FPS, sans aucunes raisons particulières. Pire, la baisse des options graphiques ne faisant pas baisser les chutes de framerate sur ma Radeon HD 4870. Ça la fout mal, surtout pour un jeu estampillé AMD. La résolution d'écran vient également amplifier les soucis de textures qui ne sont pas toujours détaillée et d'aliasing un peu présent. Au niveau des regrets, notons également la qualité de l'IA, est est en deçà de ce qu'elle aurait dû être pour un jeu de ce type. Les réactions de ennemis sont encore très loin d'être crédibles, et il arrive parfois qu'un ennemi ne réagisse que très peu à la mort d'un coéquipier, ou au contraire balance l'alarme car il a aperçu un bout de notre tête dépasser d'une couverture pendant une demi-seconde.

Le moteur est un peu instable mais propose de belles ambiances
Terminons en disant un mot sur la qualité sonore du jeu, qui propose des musiques exceptionnelles et des sons qui sont particulièrement bons. Néanmoins, il faut noter que la qualité des doublages français est vraiment pitoyable, avec notamment David Sarif, qui est doublé par le même acteur qui faisait Harlan Doyle dans Far Cry et que je trouvais déjà pitoyable à l'époque. Ajoutez à cela l'absence totale de synchronisation labiale, façon série américaine des années 1980, et vous obtenez une réelle déception. On regrettera en plus de ne pas pouvoir choisir simplement d'accéder à la VO par le menu du jeu.

Conclusion

Deus Ex : Human Revolution est clairement LE jeu solo de l'année. C'est le digne descendant du premier Deus Ex sorti au siècle dernier. Offrant un gameplay riche et profond, un scénario très travaillé avec de nombreux embranchements et des mécaniques de jeu très fraiches, c'est un must have pour tout gamer qui se respecte. On regrette tout de même que l'IA ne soit pas à la hauteur des ambitions, et que les doublages français soient si mauvais.

Requiert une configuration hardware récente Produit recommandé par ZeDen


par utr_dragon 6 commentaires, dernier par BUG
Partager

Commentaires

Zhao

L'Oréal
Nb msg : 462
(#1) 08 septembre 2011 à 17h27
Bon test et très bon jeu dans lequel je m'amuse beaucoup. Je n'ai que 2 points négatifs à lui mettre, qui sont cités dans le test d’ailleurs, c'est les boss (dur d'affronter un type blindé avec une grosse arme quand tu n'as monté que l'infiltration) et l'intelligences des ennemis (faire exploser un mur en tuant un ennemi juste derrière au C4 et voir le coéquipier arriver puis repartir en disant "c'est juste mon imagination" c'est un peu bizarre).

Pour les FPS, pas de baisse, ils restent à 60 sans problème.


La paix par la force. La liberté par les armes. L’obéissance par la peur.
Guly

guili guili
Nb msg : 248
(#2) 08 septembre 2011 à 22h42
Même reproche à faire que Zhao, le jeu est tout bonnement excellent, mais se faire un boss alors qu'on est équipé infiltration, c'est assez chaud
L'obéissance engendre la discipline,
La discipline engendre l'unité,
L'unité engendre le pouvoir,
Le pouvoir, c'est la vie.
BUG

System Failed
Nb msg : 206
(#3) 09 septembre 2011 à 04h21
Moi je suis tombé sous le charme... mais alors complètement !
Seuls defauts les graphismes qui ne sont pas exceptionnels (Mais ça me va largement), et surtout la physique du jeu... on revient un peu en arrière quand on voit qu'on ne peut déplacer que peu d'objets (même les boites de petites pillules dans les labos sont bullet-proof).
Ceux qui savent ne parlent pas. Ceux qui parlent ne savent pas. Le sage enseigne par ses actes, non par ses paroles.
Lord W

Nouveau
Nb msg : 9
(#4) 13 septembre 2011 à 13h21
Excellent jeu, en effet, je suis en plein dedans ! Le premier m'avait durablement marqué, par sa richesse et la variété de ses environnements, et celui-ci semble avoir les même qualités !
Ceci dit, le mauvais doublage français (surtout au niveau lip sync) est d'autant plus grave que les créateurs du jeux sont francophones (du Québec) !
Guly

guili guili
Nb msg : 248
(#5) 13 septembre 2011 à 16h10
J'avoue que quand on entend Jensen parler, et que les lèvres bougent pas beaucoup, on se pose des questions

Mais le jeu est tellement bien, que finalement, c'est une petite chose qui passe inaperçu ^^
L'obéissance engendre la discipline,
La discipline engendre l'unité,
L'unité engendre le pouvoir,
Le pouvoir, c'est la vie.
BUG

System Failed
Nb msg : 206
(#6) 13 septembre 2011 à 16h50
Dommage les gars, parce qu'en anglais il a vraiment la classe Jensen
Ceux qui savent ne parlent pas. Ceux qui parlent ne savent pas. Le sage enseigne par ses actes, non par ses paroles.
Héberger mes images en un clic

Commenter

Les commentaires sont fermés aux non membres. Pour poster un commentaire, créez un compte membre : c'est simple et gratuit !