ZeDen.net

 
 
L.A. Noire vaut-il le coup de se laisser entrainer dans son univers ?
Avec un développement interminable de plus de six ans, il faut bien avouer que L.A. Noire aura su susciter l'intérêt des joueurs. Véritable film interactif pour certains, chainon manquant entre le monde du cinéma et le monde du jeu vidéo pour d'autres, il faut bien avouer que le titre de la Team Bondi, studio sous la houlette de Rockstar Games a de quoi nous titiller. Ajoutez à cela de grosses promesses comme une technologie d'animation faciale et la réunion du GTA-Like et du jeu d'aventure à l'ancienne, et vous avez suffisament d'éléments pour en faire le titre le plus attendu de l'année. Après quelques dizaines d'heures au sein du LAPD, voici notre verdict.

Un cadre original pour un scénario bien ficelé

Un jeu, une ambiance
Dans L.A. Noire, on incarne Cole Phelps, un ancien militaire devenu enquêteur au sein de la police de Los Angeles. Voilà pour le cadre général de ce jeu qui se déroule entièrement dans l'après-guerre et son ambiance assez particulière, qui plus est dans la ville du cinéma. Au début du jeu, on démarre en bas de l'échelle, en tant que simple patrouilleur de rue. Mais la capacité de recherche et d'analyse d'indices, va vite conduire notre héros à se faire remarquer par ses supérieurs. Et nous voilà embarqués dans une folle histoire dans le Los Angeles des années 40 avec tout ce que cela implique de pourritures, de corrompus, de drogue, d'alcool et, surtout, des cicatrices béantes de la Seconde Guerre mondiale. Si de prime abord, le scénario peut paraitre simpliste, puisque l'on suit la progression de Phelps dans la hiérarchie de la police, il est en fait bien plus complexe, avec de nombreuses ramifications, personnages secondaires etc. Chaque mission et chaque cinématique sera l'occasion pour le joueur d'en apprendre un peu plus sur Phelps, cet ancien héros de guerre qui va vite devenir la coqueluche de la ville.

Enquête = prise de tête ?

Les missions commencent toujours par une scène de crime
Grosso modo, le déroulement du jeu est assez classique dans L.A. Noire. On arrive sur le lieu d'un crime ou d'un délit et on commence l'enquête à la recherche de preuves matérielles. Ces passages se résument à repérer un maximum d'éléments intéressants dans un lieu donné pour suivre les pistes ouvertes ou confirmées grâce aux recherches. Les enquêtes sont assez ouvertes, et vous pouvez décider de quel témoin interroger en premier, ou quelle piste suivre avant telle autre. En fait, le jeu est assez proche d'un point & click, le côté ennuyeux en moins. On se prend vraiment pour un enquêteur et, même si finalement les objets sur les scènes de crimes reviennent souvent (sérieux, faut arrêter les allumettes les gars), c'est plutôt plaisant de rechercher les preuves et d'examiner les objets en détail. Les développeurs ont vraiment pensé le jeu comme une sorte de film interactif, en simplifiant le gameplay au maximum, de fait que les néophytes ne soient pas perdus. C'est ainsi que le jeu propose un système basé sur les sons et les vibrations de la manette pour vous aider à repérer les indices sur les scènes de crime. De la même manière, notre bon inspecteur dispose de points d'intuition, acquis en résolvant des affaires ou en effectuant diverses actions dans la ville, qui pourront être dépensés lors d'interrogatoires difficiles. Il est toutefois possible de désactiver ces aides dans les options du jeu, ce qui est appréciable pour les joueurs un peu plus avides de sensations.

on peut examiner certaines preuves
Le dénouement d'une enquête est souvent identique, mais l'expérience de jeu peut changer radicalement suivant la façon dont on parle aux témoins, les preuves que l’on présente et les confessions que l’on reçoit etc. Il est assez difficile de se planter totalement dans une enquête, la faute à un manque de fausses pistes. Néanmoins, moi qui suis plutôt habitué aux jeux plus musclés, j'ai parfois buté. Les cas de confrontation entre deux suspects aux mobiles solides sont vraiment très intéressants à jouer et demanderont beaucoup de patience et de jugé.

Les animations faciales sont vraiment classes
Il faut bien avouer que les visages d’acteurs capturés et intégrés sont assez bluffant. Certaines expressions sont particulièrement réalistes et j'ai beaucoup aimé faire enrager certains témoins, juste pour voir leurs animations faciales. En tout cas, cela apporte une réelle valeur ajouté au titre, même si certains jeux qui ne disposent pas de ce système d'animation arrivent à faire tout aussi bien (mieux ?), c'est le cas de Crysis. Sans doute que les éclairages dynamiques et la précision des textures de ce dernier doit y faire beaucoup.

Le délit ne paye pas

Les délits sont toujours l'occasion de faire parler la poudre
Histoire de varier le gameplay, la Team Bondi a ajouté les délits. Ce sont des interventions tout à fait facultatives qui ne sont pas reliées à l'intrigue principale et qui arrivent en général entre deux enquêtes par des messages radio dans la voiture de police que vous conduisez. Ce sont des missions courtes, qui excédent pas cinq minutes et où il faudra en général poursuivre des malfrats à pied ou en voiture et les flinguer à l'issue de la poursuite. Si ces petites missions sont toujours très soignées avec des cinématiques et un scénario crédible à chaque fois, force est de constater qu'elles sont extrêmement répétitives et finalement moins intéressantes que ce que l'on peut trouver dans Grand Theft Auto IV ou Red Dead Redemption. Néanmoins, ces délits vous permettront d'explorer la ville, de monter en expérience, et de faire des succès, ce qui n'est quand même pas négligeable.

L'essentiel est L.A.

La ville est bien modélisée
A l'instar de Mafia II, L.A. Noire propose une ville gigantesque comme aire de jeu, mais celle-ci n'occupe pas la première place. Cette ville où l'on peut aller où l'on veut, vient renforcer le réalisme du jeu et renforcer l'immersion, sans pour autant prendre une place prépondérante comme celle d'un Grand Theft Auto IV. Et d'ailleurs, on se retrouve rarement à errer sans aucun but dans la ville, tellement happé par le scénario. Certains pourront le regretter, mais je trouve personnellement que c'est un excellent choix des développeurs. Par contre, si le jeu dispose d'un certain cachet visuel il faut bien avouer que certains détails font vraiment pitié. Le premier d'entre eux est le clipping qui est vraiment honteux. Il m'est arrivé d'appuyer sur la touche "Y" pour que mon personnage emprunte un véhicule, et le temps qu'il fasse le tour pour le prendre, celui-ci avait tout simplement disparu, sous mes yeux. Et ce n'est là qu'un exemple parmi tant d'autres. On notera également que les textures sont plutôt inégales (si l'on excepte les personnages et les voitures) et parfois sacrément floues. Ajoutons enfin que la version Xbox 360 que nous avons testé souffrait de gros ralentissements dans certaines scènes qui, justement, auraient mérité de la fluidité : courses poursuites et fusillades. C'est vraiment regrettable. En gros, le moteur est au niveau d'un GTA IV ou d'un Red Dead.

Côté sonore, rien à redire encore une fois avec un titre qui frôle la perfection. Les musiques sont vraiment très bien choisies et excellentes, et viennent encore renforcer l'ambiance du titre. Les doublages du jeu sont également particulièrement bons, et les acteurs s'en sont donné à cœur joie. On regrette tout de même que certains soucis de synchronisation labiale viennent ternir le tableau.


La rédaction n'étant pas équipée du matériel nécessaire pour la capture d'images sur Xbox 360, les screenshots qui parsèment ce test son fournis par l'éditeur.

Conclusion

L.A. Noire est un jeu à la croisée des genres, entre aventure, enquête et action. On aurait pu craindre que ce mélange lui nuise, mais il n'en est rien et le jeu se révèle particulièrement efficace dans l'écriture et la narration. LA Noire emprunte bien évidemment énormément au cinéma, et notamment aux meilleurs films noirs des années 1950, en faisant en sorte de conserver une ambiance particulière et en respectant certains canons. Doté d'excellentes idées de gameplay qu'on ne retrouve chez aucun jeu du genre sur consoles, L.A. Noire est un jeu unique qui nous a conquis sans aucune difficulté. Alors bien sûr, cela reste un jeu et il n'est pas parfait sur toute la ligne puisque certains bugs techniques (clipping, alisasing et ralentissement) et certaines phases de gameplay (les scènes d'action sont souvent loupées) viennent entacher le tableau, mais rien qui ne gâche l'expérience de jeu.


par utr_dragon Commenter
Partager

Héberger mes images en un clic

Commenter

Les commentaires sont fermés aux non membres. Pour poster un commentaire, créez un compte membre : c'est simple et gratuit !

Concours Silverstone : un mega-pack à gagner !

Actu du même sujet