ZeDen.net

 
 
27 octobre 2009, 17h04 Icone Section 8

ZeDen teste Section 8

poubelle_001.jpg
Après le développement deux extensions en demi-teinte pour F.E.A.R. : First Encounter Assault Recon (F.E.A.R. Perseus Mandate et F.E.A.R. Extraction Point) TimeGate Studios s'est lancé dans la voie très épineuse et semée d'embuches du développement d'un FPS multijoueurs. Et histoire de prendre le moins de risque possible, le développeur à adopté un design futuriste des plus communs et développé une partie solo. Voyons si le jeu est à la hauteur des attentes qu'il a pu susciter chez certains fans de science fiction.

Une campagne solo bien pauvre

section8_018.jpg
Solo = cartes multi + bots + cinématiques
Avec une prise de risque 0 et un gameplay qui emprunte sur d'autres productions, il n'est pas étonnant que Section 8 paraisse totalement banal. Le jeu est orienté multijoueur mais propose une campagne solo en bon et due forme pour ne pas sacrifier une partie de son public qui ne jure que par ce mode jeu (comme Frontlines : Fuel of War). Malheureusement, la campagne n'est qu'une succession de cartes issues du multijoueur sur lesquelles se succèdent les objectifs quelconques et répétitifs (actionner un interrupteur, capturer tel point, pirater tel terminal, défendre un point de contrôle etc.) et une durée de vie de moins de cinq heures, même dans les modes de difficulté les plus élevés. Pour faire style, les développeurs ont ponctué la campagne de cinématiques toutes plus cliché les unes que les autres qui ne font qu'effleurer un scénario de toute façon assez insipide. Jugez par vous même : Dans le futur, vous incarnez un membre de la Section 8, une section spéciale des forces impériales des États-Unis envoyée en première ligne pour faire le sale travail. Vous vous battez contre le Bras d'Orion qui s'attaque aux colonies les plus reculées de l'empire.
Mais à aucun moment du jeu on ne se sent inséré dans ce scénario, d'autant que le personnage principal du jeu (Corde, ne rigolez pas) manque trop de charisme pour que l'on puisse s'identifier à lui.

Des mécaniques de jeu empruntées et mal exploitées

section8_002.jpg
Le spawn est sympathique mais pas non plus révolutionnaire
Section 8 est une sorte de melting-pot de tous les FPS sortis ces dernières années. Toutes les caractéristiques que les développeurs ont mis en avant pour promouvoir le jeu ne sont en fait que des emprunts, souvent mal exploités. Au premier titre on trouve le spawn par le ciel. A chaque début de mission et lorsque vous mourrez, vous êtes largué au-dessus des maps avec la possibilité de choisir plus ou moins son point d'atterrissage (comme dans Medal of Honor : Airborne). De plus, les joueurs sont tous équipés d'un jet-pack (Comme Tribes Aerial Assault) qui leur permet de faire de jolis bonds dans les airs pour sauter par dessus des obstacles comme les enceintes d'une base militaire ou les gros rochers. En multi ils servent surtout à éviter les tirs, même si le jeu dispose d'une sorte d'auto-aim (Comme les FPS console) qui s'active en appuyant sur une touche après avoir visé un ennemi quelques secondes. Cette aide à la visée est parfois utile quand le gars en face bouge trop avec son jet-pack, mais c'est un gros cheat et ne pas s'en servir revient à s'imposer un malus face aux ennemis.

section8_001.jpg
Le sprint
L'autre idée des développeurs a été d'insérer un double niveau de sprint au jeu : d'abord un sprint simple puis au bout de quelques secondes le jeu passe en vue à la troisième personne et votre joueur court deux fois plus vite, mais ne peux pas tirer. En jeu, on se retrouve souvent à ne courir que sur de courtes distances pour éviter ce sprint handicapant car revenir du sprint à la course normale prend deux secondes pendant lesquelles on ne contrôle pas notre joueur.

Un multi vite oublié ?

section8_003.jpg
En multi la coopération est récompensée, ce qui pousse à jouer en équipe. Ici, 2 frags mais 132 points.
Vous l'aurez compris, le multi est l'attrait principal du jeu, mais là aussi c'est du très classique. Il n'y a que 8 cartes et elles sont toutes plus basiques les unes que les autres. Oubliez la variété et la qualité de celles d'UT3 pour vous retrouver dans des niveaux proches d'un Halo 3. Le multi se fait sous la forme d'un mode de jeu de style « conquête » avec des objectifs principaux et secondaires qui donnent des points en fonction de leur capture. Si dans le principe l'idée des objectifs secondaire est plutôt bonne, dans la pratique elle a tendance à éparpiller un peu la force de frappe d'une équipe qui n'est pas coordonnée.

Le mode multijoueur n'est pas mauvais, mais il est assez basique. Un peu à l'image des armes du jeu. Ces dernières, en plus d'avoir un design douteux, son assez inefficaces ce qui contribue à ralentir le rythme du jeu. Deux chargeurs par ennemi en moyenne (les chargeurs du fusil d'assaut doivent contenir une cinquantaine de balles), cinq roquettes pour une tourelle déployable et une douzaine pour un tank !
En trois ou quatre heures de jeux, vous en aurez fait le tour et vous n'aurez pas grand chose qui puisse vous pousser à continuer si ce n'est le gain de grades et de points d'expérience. A l'heure où j'écris ces lignes, les serveurs du jeu sont quasiment déserts (d'autant que le server browser à la fâcheuse tendance de cacher les serveurs pleins) et bien souvent les parties que vous rejoindrez seront peuplées de bots.

Graphismes

section8_004.jpg
Service minimum pour les graphismes.
Malgré l'utilisation de Unreal Engine 3, Section 8 s'en sort tout juste côté graphismes. Mais attention, ici, c'est vraiment assurer le minimum : le jeu est propre graphiquement mais sans fioritures. Sur les images qui parsèment ce test, tous les détails graphiques sont réglés au maximum, pas la claque graphique quoi. Les niveaux ne sont pas énormément grands et ne proposent malheureusement que peu de vérité. Pire, ils sont incroyablement vides et vous ne croiserez guère que des déserts et des bases militaires au design quelconque et aux textures immondes.

Pour aggraver le constat, les choix esthétiques du jeu le désservent totalement, avec un artwork bâtard qui emprunte à Unreal, Halo et Gears of War. Les héros ont des grosses armures futuristes avec des couleurs totalement fantaisistes qui ne leur confère aucune personnalité. Les véhicule et les armes sont dans la même veine : tous très classiques et sans personnalité.

Conclusion

Section 8 est un FPS multi extrêmement basique dans ses mécaniques de jeu, ses graphismes et son essence même. Tout juste passable, il aurait pu récolter une bien meilleure note s'il avait trouvé un moyen de se démarquer de la concurrence. Mais Section 8 fait moins bien que tous les jeux auxquels il emprunte. En multi, le jeu est très mou (faute à des armes impuissantes et une jauge de vie bien trop grande) et les serveurs sont déserts. Un beau gâchis donc.


par utr_dragon 1 commentaire par LEFOUXXL
Partager

Commentaires

LEFOUXXL

Visiteur
(#1) 30 avril 2010 à 21h46
Je te remerci car si je n'aurait pas lu sa j'aurait acheter un jeu a 49,99 euros est qui est inpeut nul mais 1 question:les map multijoueur sont grand ou moyen ?
c'est pour mon frére qui veut 1 jeu avec de grand map multijoueur .
[!] Commentaires fermés pour cette nouvelle.