ZeDen.net

 
 
armyoftwo_001.jpgPour mettre nos chers lecteurs à jour, nous avons rassemblé un beau pot pourri d’infos sur Army of Two. Celles-ci proviennent d’une preview de Gamespot et de deux entrevues que Gamasutra et Gamersyde Diaries (à voir) ont réalisé avec Chris Ferreira, le lead designer du jeu.

Pour rappel, Army of Two est un jeu réalisé par le studio montréalais d’Electronic Arts. Présenté avant tout comme un jeu coop prenant la forme d’un TPS, les développeurs ont voulu faire avancer le concept coopératif au-delà du traditionnel «j’ajoute un autre joueur à la campagne solo».

Le scénario d’Army of Two se base sur les PMC, des Contacteurs Militaires Privés qui engagent des ex-soldats à prix fort pour faire de sales boulots en Irak, en Chine, sans trop se soucier de leur légalité. Chris Ferreira qui a beaucoup lu sur le sujet explique par exemple qu’un PMC peut très bien escorter un convoi humanitaire un jour et protéger des intérêts privés causant préjudices à un pays le lendemain. Ferreira souhaite sensibiliser le joueur aux problèmes politiques et aux problèmes de corruptions qui règnent derrière ce genre de contrats géré par de gigantesques organisations assoiffées d’argent. Mais alors, le jeu fait faire des trucs sans scrupule au joueur pour qu'il se sensibilise au manque d'étique de mercenaires privés ?

En fait, Ferreira espère que le joueur s’intéresse vraiment à l’histoire et soit sensible à ce qui s’y passe. Pour créer un lien entre le scénario et la réalité, Ferreira explique qu’ils utilisent des extraits video de reportages, de nouvelles, et que le jeu prend place dans des endroits réels.

armyoftwo_002.jpgL’aspect coopératif du gameplay est bien entendu au cœur d’Army of Two.

Le joueur aura alors la possibilité d’effectuer plusieurs actions avec son partenaire. Comme faire la courte échelle à celui-ci ou l’aider à descendre une paroi à l’aide d’une corde ou encore utiliser divers objets faisant office de bouclier pour couvrir son coéquipier. Un autre bel exemple du style coopératif d’Army of Two est l’intégration d’un mode de sniping simultané. Une fois ce mode enclenché, l’écran se divise en trois : La moitié haute de l’écran reste une vue TPS, tandis que la moitié basse est séparée en deux pour que l’on puisse distinguer la visée du joueur et celle de son partenaire. Il sera alors possible de coordonner nos tirs pour plus d’efficacité ou de compter jusqu'à 1,2,3 !! pour détruire un objectif simultanément, comme un (très classique) réservoir d’essence.

Dans le but de mieux intégrer l’aspect coopératif du titre, les développeurs ont introduit le concept d’aggro. Utilisé généralement dans les RPGs, l’aggro désigne le niveau de menace que le joueur représente face aux ennemis et ainsi l’agressivité que ces ennemis auront envers le joueur. Dans Army of Two, l’aggro se distribue à la manière d’une balance entre les deux mercenaires. Plus le joueur dézingue d’ennemis, plus son aggro sera élevé et plus les ennemis porteront attention à lui. Ce système permet donc d’équilibrer la difficulté entre les deux joueurs en attirant l’attention des ennemis sur celui qui possède le plus d’aggro. Aussi, l’on pourrait s’en servir durant certaines missions où un joueur attire l’attention des ennemis sur lui, tandis que l’autre moins visible se concentre sur la réalisation d’un objectif important, comme l’ouverture d’une porte.

Un des points forts d’Army of Two est la possibilité de customiser ses armyoftwo_004.jpgarmes dans tous les sens, du bon n’importe quoi en perspective ! Il y en a plus d’une trentaine et chacune possède de cinq à dix pièges interchangeables. On peut ainsi joindre le bout d’un fusil à pompe à un Magnum qu’il sera ensuite possible de prêter à notre partenaire, jeune joueur inexpérimenté, pour qu’il puisse goûter aux joies de la customisation. Le jeu introduit donc quelques moments amicaux entre les deux mercenaires qui fredonnent un petit air de guitare, se chamaillent ou parlent de trucs complètement loufoques.

Similaire à Gears of War dans sa maniabilité, Army of Two intègre lui aussi une vue caméra à l’épaule, un système de couverture et l’obligation de s’immobiliser pour tirer. Contrairement à GoW où l’on affronte au plus cinq ou six ennemis à la fois, le nombre d’ennemis à l’écran dans Army of Two peu facilement atteindre la douzaine. Ce choix de gameplay rend les combats rapprochés quelque peu bizarroïdes selon Gamersyde, car le joueur est obligé de s’immobiliser devant toutes ses cibles. Une maniabilité à la Gears of Wars, mais avec trois fois plus d’ennemis. Mais parce qu’il faut avoir joué pour juger, attendons que les diverses reviews déboulent sur le net avant de classer définitivement cet aspect du jeu…

Army of Two met en scène deux sympathiques mercenaires…

Ah zut! J’oubliais leur nom, deux sympathiques mercenaires du nom de Salem et Rios, que l’on pourra retrouver sur PS3 et Xbox 360 le 15 novembre en Amérique du Nord et en France.
par Fr002 Commenter
Partager | Source : ZeDen

[!] Commentaires fermés pour cette nouvelle.