ZeDen.net

 
 
Les Titanium sont de retour !
Club3D est un nom bien connu parmi les fabricants proposant des cartes à base de puces Nvidia. La génération Geforce GTX 5xx de la firme au caméléon ne fait pas exception, c'est ainsi que cette famille de puces, basée sur l'architecture de Nvidia dénommée Fermi, sont toutes au catalogue de Club3D. Aujourd'hui nous allons nous intéresser au milieu de gamme, à savoir une GTX 560 Ti. Le suffixe «  Ti  » rappelle immanquablement les Geforce 4 Ti, une série de cartes qui avait rencontré un franc succès à l'époque en 2002. Presque 10 ans après, est ce que l'avis est aussi favorable pour cette carte overclockée d'usine et doté d'un refroidissement spécifique ?


Caractéristiques techniques

Commençons par la fiche technique, telle qu'on peut la trouver sur le site officiel du constructeur :

Product
  • Product Name: GeForce GTX 560Ti CoolStream OC Edition
  • Product Series: GeForce 500
  • Item Code: CGNX-XT56024O
  • EAN Code: 8717249409335
Chipset
  • GPU Chipset: GF114
  • GPU Clock: 880 Mhz
  • CUDA Cores: 384
  • Processor Clock: 1644 Mhz
  • Bus Interface: PCI Express 2.0
Memory
  • Memory Size: 1024 MB
  • Memory Interface: 256 BIT
  • Memory Type: GDDR5
  • Memory Clock: 4100 MHz
3D API
  • DirectX version: 11.0
  • OpenGL version: 4.1
Dimensions
  • Slot Width: 2 Slots
  • Profile: Standard profile
  • Card Size: 231*116*36(mm)
  • Card weight: grams
Output Configuration
  • DVI: 2x Dual Link
  • CRT: via Adapter
  • Mini HDMI: 1x
  • HDCP ready: YES
  • RAMDAC: 400MHz
  • Max. Res. digital: 2560x1600
  • Max. Res. analog: 2048x1536
Prix : 234,99 €uros chez notre partenaire materiel.net

Déballage

L'emballage de la carte graphique est d'une sobriété presque morne. Alors que les autres constructeurs mettent sur leur boite des robots, des guerriers ou des jolies demoiselles, le constructeur se contente juste de la référence complète de la carte et d'un logo mettant en avant le coté performance.


Un packaging sobre mais efficace

Le dos de la boite présente les caractéristiques de cette GTX 560 Ti telles qu'elles sont sur la fiche technique. Club3D y présente également sa gamme d'alimentation compatible, dont on a testé le modèle 600 W dans cet article et qui est le minimum requis.

Une fois la boite ouverte, on découvre bien évidemment la carte, mais également un bundle bien maigre :
Un bundle famélique
  • Guide de démarrage rapide : en anglais et en allemand, ces guides présentent de manière très générale comment brancher la carte graphique. Ils ne sont pas spécifiques à la GTX 560 Ti, il y a même une photo d'une carte AGP. C'est un peu dommage, même si le public visé par cette carte sait normalement comment la brancher
  • CD : ce disque contient uniquement les drivers et les manuels d'utilisation des drivers. Il n'y a pas de goodies, pas de jeux, pas de 3Dmark...
Comme on peut le voir dans la fiche, la carte propose 3 sorties, dont une en mini-HDMI. Ce format de connectique n'étant pas le plus courant, un adaptateur n'aurait pas été de trop dans la boite, mais Club3D a décidé de s'en passer, certainement pour une question de prix. Il faudra donc le prévoir en supplément pour profiter de cette sortie.

Observons maintenant la carte de plus près.


La GTX 560 Ti de Club 3D recto et verso

Club3D propose une carte qui s'éloigne du modèle de référence nVidia avec des fréquences revues à la hausse (880 MHz au lieu de 822 MHz pour le cœur, et 4100 MHz au lieu de 4000 MHz pour la RAM), et qui nécessite donc un refroidissement adapté. C'est un système double ventilateur thermorégulé qui a été retenu et monté sur un radiateur aluminium à heatpipes en cuivre et qui est présenté sous le nom de « Coolstream ». Ce genre de refroidissement est courant sur les modèles overclockés et n'a donc pas de spécificité particulière. On verra par la suite s'il est bruyant et performant.

Au dos, on ne remarque rien de particulier. Cela veut dire que toute la RAM est présente sous le radiateur, tout comme l'étage d'alimentation, ce qui est gage d'un layout bien pensé.


Revue de détails

Les 2 connecteurs PCI-E 6 broches sont placés vers l'arrière de la carte. Il faudra donc prévoir un boitier assez grand pour loger la carte en longueur, mais aussi pour faire passer les câbles d'alimentation qui sont toujours un peu rigides. On aurait préféré qu'il soit orientés sur le coté, mais cela aurait peut être gêné la mise en place du refroidissement « CoolStream ».

Les 2 sorties DVI sont plaquées or, ce qui n'a strictement aucun intérêt autre que marketing ou esthétique.

Globalement, l'impression qui se dégage de la carte est une grande maitrise par le constructeur en termes de conception et de réalisation de la carte, même si tout cela pourrait être un peu plus sexy.

Installation dans la configuration de test

La configuration de test est la suivante :
L'installation s'est déroulée sans problème. Il a suffi d'insérer la carte dans le slot PCI-Express et de relier 2 des sorties PCI-express de l'alimentation Antec 750W de test pour que l'opération soit terminée et qu'on puisse passer à l'installation du driver.

Drivers

On utilisera pour nos différents tests la version 275.27 Beta des Forceware, les drivers unifiés de nVidia fonctionnant pour toute la gamme GTX. L'interface de ces drivers est assez claire, comme on peut le voir sur les différentes captures :


Interface claire et nette, et en français

On peut noter que la configuration double écrans du PC de test s'est faite sans aucun problème, ce qui n'a pas toujours été le cas chez nVidia.

Protocole de test

Dans les benchmarks seront opposés la nVidia GeForce 560 Ti OC de Club3D, à notre carte graphique de référence, à savoir une AMD HD 4870 overclockée Gainward Golden Sample, qui avait couté à sa sortie aux environs de 300 euros.

Ancienne rouge contre nouvelle verte
En mettant les deux modèles de cartes côte à côte, on voit que la Gainward embarque également un système de refroidissement double ventilateur, prouvant ainsi que Club3D n'a rien inventé de particulier. Côté sorties disponibles, on trouve également un avantage côté AMD, puisque la Gainward propose quatre types de sorties distinctes : vrai HDMI, VGA, HDMI et Display Port.

Sur le papier, les cartes sont un peu plus dissemblables qu'on pourrait le croire de prime abord. Les fréquences de fonctionnement sont certes plus élevées, pour la carte nVidia, mais la mémoire est identique en termes de type, de taille et de largeur de bus. Le support de DirectX 11, ainsi que de nouvelles fonctionnalité comme le PhysX sont bien entendu des différences notables, mais c'est surtout la différence de génération, et donc de l'efficacité de l'architecture entre ces 2 cartes, qu'on va voir au travers des benchmarks.

Un petit tableau récapitulatif montre la différence technologique entre 2 générations de cartes.

ATI HD 4870Nvidia GTX 560 Ti
Chipset RV770 XT GF114
GPU Clock 775 MHz 880 Mhz
Cores Stream Processors: 800 CUDA Cores: 384
Memory Size 1024MB 1024MB
Memory Interface 256BIT 256 BIT
Memory Type GDDR5 GDDR5
Memory Clock 4000 MHz 4100 MHz
Direct X 10.1 11

Le protocole de test sera composé d'outils de benchmarking synthétiques et de FPS populaires, à savoir :

Benchmarks synthétiques :
  • 3DMark Vantage (Direct X)
  • Fur Mark (OpenGL)

Benchmark FPS :
  • Arma2
  • Stalker Call of Pripyat
  • Metro 2033
Pour tous ces benchmarks, on fera 3 passes successives. On ferra ensuite la moyenne des résultats obtenus.

Résultats et analyses

3Dmark Vantage
Qui a la plus grosse ?

On ne présente plus ce benchmark sorti en 2008, made in FutureMark. On se limitera à cette version pour la comparaison, car la HD4870 de test n'est pas DirectX 11, et donc ne permet pas le lancement de 3DMark 11. On utilise le mode "Performance", qui est le mode par défaut. Les résultats 3Dmark comportent une note principale, qui est composée d'une note sur le GPU et une autre sur le CPU. Tous les résultats du tableau suivant ont comme unité un nombre de points.

BenchmarkATI 4870Club3D GTX560 Ti OC
GPU Mark968618343
CPU Mark1236249659
3D Mark1024021775

Le résultat obtenu est sans appel. La GeForce obtient un score double de sa concurrente, ce qui augure d'un bon de performance manifeste. Si on regarde un peu plus dans le détail, on voit que le GPU mark est double, lui aussi, tandis que le CPU mark est lui quadruple. Cela amène à détailler la règle de calcul du score final de 3Dmark, qui n'est pas du tout une moyenne entre le CPU mark et le GPU mark, mais qui est bien plus complexe que cela.

Le benchmark est en fait constitué de 2 tests de GPU, et de 2 tests de CPU. Il y a plusieurs niveaux de réglages : « Entry », « Performance » — que nous utilisons — « High » et « Extreme ». Le premier tableau ci-dessous présente les différentes configurations graphiques en fonction du mode choisi.


La règle de calcul de 3Dmark expliquée (Source : Hardware.fr)

La 2eme capture montre la règle de calcul exacte, qui incorpore des coefficients d'harmonisation suivant les modes disponibles. L'objectif global est que plus le mode choisi est exigeant pour la carte graphique, moins le CPU à une influence sur la note finale. Ce qui explique la situation observée dans notre cas.

Fur Mark
Pour un GPU, Fourrure = Torture
Ce petit logiciel basé sur OpenGL donne des sueurs froides aux GPU. Il vise à reproduire de la fourrure en 3D, ce qui est très consommateur en ressources de calcul. Utilisé dans sa version 1.8.2, on le fera tourner pendant 1 minute en 1920*1200. Les résultats sont donnés sous 2 formes : en nombre moyen d'image par secondes et dans l'équivalent Fur Mark, qui est à l'instar de 3Dmark un nombre de points.

BenchmarkATI 4870Club3D GTX560 Ti OC
FPS2970
Fur Mark12343610

Là encore, la conclusion s'impose d'elle-même, puisqu'ici les résultats varient du simple au triple dans ce test. Cela s'explique surtout par les différentes avancées technologiques embarquées dans la GeForce GTX 560 Ti. Le support OpenGL de cette carte est donc pleinement opérationnel. Les amateurs de jeux à base de moteurs idtech apprécieront.

Essayons de vérifier si les différences de scores obtenues dans les jeux sont aussi tranchées que dans les tests synthétiques.

Arma2
Une map dédiée au benchmarking
Sous ArmA 2 , on utilisera une map spécialement conçue à des fins de mesures de performances, dénommée « BM_cityRun.Chernarus » et provient de l'outil ArmaFPSAnalyser. Elle comporte en fait des déplacements automatiques de la caméra, ce qui permet de simuler de manière ultra-précise, et reproductible, le déplacement du joueur. Côté paramètres, la résolution utilisée dans le jeu proprement dit est 1440 * 900 en qualité Haute. Le tableau suivant montre les résultats en termes de nombre moyen d'images par secondes :

BenchmarkATI 4870Club3D GTX560 Ti OC
2536

La différence entre les 2 cartes est visible dans ce benchmark, dans lequel on voit bien que malgré un paramétrage assez soft, le nombre de FPS n'est pas très élevé. Arma2 est un jeu au moteur gourmand, et il faudra prendre le temps de choisir les options graphiques pour voir l'impact sur les performances.

Stalker Clear Sky
L'outil de benchmark Stalker et le rendu des résultats

Le jeu S.T.A.L.K.E.R. : Call of Pripyat et son moteur propriétaire X-Ray Engine ont toujours mis les machines à rude épreuve. On a décidé d'être un peu gentils, et de ne pas tenter de mettre à genoux les cartes. Il est à noter que l'outil de benchmark est un stand alone, il permet donc de mesurer les performances d'une configuration matérielle sans posséder le jeu, ce qui est très appréciable. Le tableau suivant montre les résultats en termes de nombre moyen d'images par secondes :

BenchmarkATI 4870Club3D GTX560 Ti OC
Day6389
Night74108
Rain82118
Sunshaft4675

On voit que les 2 cartes s'en sortent bien, quelques soient les scènes, et la GTX obtient de meilleurs scores. On voit en revanche qu'il n'y a pas de doublement de performance comme on avait pu le voir dans les tests synthétiques, ce qui montre, s'il était encore besoin, de la différence entre le théorique et la pratique.

Metro 2033
Dans le métro, c'est la guerre !
On utilise l'outil de benchmark bien pratique qui est intégré au jeu Metro 2033, sous forme d'un exécutable à lancer. Il dispose d'une interface graphique qui permet de configurer la scène et les paramètres à utiliser. Dans notre cas, c'est le niveau du jeu « Frontline » qui sera utilisé, à la fois dans un mode "normal", tel que défini par défaut en 1024 * 768, et un mode plus avancé qu'on nomme « zeden » en 1920 * 1200. Les résultats sont ensuite affichés dans une page web. Le tableau suivant montre les résultats en terme de nombre moyen d'images par secondes :

BenchmarkATI 4870Club3D GTX560 Ti OC
Normal2783
Zeden1734

Dans ce jeu assez exigeant, on voit que la HD4870 est en difficulté. Avec moins de 30 FPS en moyenne, le jeu ne se révèle pas facilement jouable, sans descendre les options graphiques. La GTX 560 est largement plus à l'aise dans le mode Normal, mais on constate également que le mode Zeden lui cause aussi du souci. Mais avec 34 FPS, on pourra utiliser cette grande résolution.

Températures, consommation et nuisances sonores

Obtenir des excellentes performances, c'est bien. Le faire dans le silence et sans trop consommer, c'est mieux. On mesure donc le bruit et le besoin en énergie de la GeForce GTX 560 Ti. On va donc soumettre la carte à un Burn-in réalisé avec Fur-mark, car OCCT n'avait pas l'air de vouloir fonctionner.

Bruit
Pour mesurer les nuisances sonores, c'est notre fidèle Voltcraft SL-100 qui sera de la partie. Il sera placé à 50 cm de la façade de notre boitier Lian Li. Pour tout savoir sur les mesures avec cet appareil, une lecture de notre article dédié à ce sujet s'impose.

Tous les capteurs de la carte sur une seule interface
Températures
On va utiliser l'outil GPU-Z qui permet de récupérer toutes les informations d'une carte graphique. Si on s'arrête un peu sur ce que l'outil affiche, on voit que la carte date de de fin janvier 2011, et qu'il y a 1950 Millions de transistors gravés en 40 nm. Grâce à cet outil, dans sa version 0.5.3, on peut lire notamment sa température mais également la vitesse de rotation des ventilateurs de la carte graphique, ce qui est toujours très intéressant quand on le met en rapport avec les nuisances sonores mesurées.

Consommation
Schéma de branchement du ZM-MFC3 et du capteur CSV
Pour mesurer la consommation globale de la machine, on utilisera un Zalman ZM-MFC3. C'est un rhéobus gérant 4 ventilateurs, mais qui a surtout la particularité de pouvoir afficher la puissance en entrée d'alimentation. En fait, le Zalman utilise un boitier spécifique de mesure, dénommé CVS pour Current/Voltage Sensor, qui est à placer avant la prise 220V de l'alimentation. Un câble, ressemblant à de l'USB, part ensuite de ce boitier et va jusqu'au rhéobus en traversant toute la tour. L'affichage est temps réel et en W, ce qui permet une lecture instantanée. La limite de 999 W ne devrait pas beaucoup nous gêner.

Résultats et analyse
ChargeTempérature (°C)Vitesse rotation ventilateur (%)Bruit (dB)Consommation (W)
Idle414038.8145
Pleine charge764640.4290

Alors que la température augmente de 35°C, la ventilation n'augmente elle que de quelques points de pourcentage. Cela permet de garder un niveau de nuisance sonore plus qu'acceptable, puisque la différence de niveau sonore mesurée est faible. Cela veut dire que normalement, il serait possible de baisser encore plus la vitesse de rotation des ventilateurs en idle pour faire encore moins de bruit. Ce n'est pas possible par défaut dans le driver, mais il y a des applications pour ça, suivant l'expression consacrée.

La consommation est quant à elle faible en idle, avec seulement 150W. Les constructeurs ont bien compris qu'il est vraiment inutile de faire tourner la carte à fond quand le PC ne fait rien. En charge, on passe à près de 300 W. C'est 2 fois moins que ce que le constructeur recommande. On pourrait donc faire un SLI de GTX 560 Ti avec un bloc de 600 W, pour peu que celui-ci offre 4 ports PCI-E 6 broches.

Conclusion

A part son bundle un peu faible, tout le reste est parfait sur cette Geforce GTX 560 Ti CoolStream OC Edition signée Club 3D. En offrant une carte à la fois puissante et silencieuse, le constructeur a fait un excellent travail sur cette GTX 560 Ti. Proposée à un prix raisonnable, cette CoolStream trouvera sa place dans n'importe quelle configuration de joueur, et redonne vie avec brio aux séries Titanium. De quoi jouer en Full HD sans compromis. Nos tests ont par ailleurs démontré que cette carte avait un réel intérêt dans le cadre d'une mise à jour de configuration, d'une ancienne génération de cartes vers cette TI nouvelle génération.

Produit recommandé par ZeDen


par Xpierrot 6 commentaires, dernier par Xpierrot
Partager

Commentaires

utr_dragon

Rédacteur en Chef/Dieu
Nb msg : 2497
(#1) 23 mai 2011 à 14h06
Je me rappelle encore de ma Geforce TI 200, que de bons souvenirs. Je n'avais pas assez d'argent à l'époque pour une TI 500.
No comment !
Xpierrot

Responsable Hardware de Zeden
Nb msg : 1500
(#2) 23 mai 2011 à 14h08
Ah, nostalgie
Marchez doucement car vous marchez sur mes rêves
Jean-Charles

Technicien aux archives
Nb msg : 320
(#3) 31 mai 2011 à 18h48
Pareil, la GeForce Ti 200 m'a laissé de bons souvenirs...
Et maintenant quand on voit une carte de ce genre :
Quadro 6000
ça fait peur !
Xpierrot

Responsable Hardware de Zeden
Nb msg : 1500
(#4) 31 mai 2011 à 18h51
ouais, mais une quadro, c'est pas fait pour jouer
Marchez doucement car vous marchez sur mes rêves
utr_dragon

Rédacteur en Chef/Dieu
Nb msg : 2497
(#5) 31 mai 2011 à 18h55
Ouais, c'est comme l'ATI FirePro V9800, c'est pour les professionnels (et encore ^^).
No comment !
Xpierrot

Responsable Hardware de Zeden
Nb msg : 1500
(#6) 31 mai 2011 à 19h02
en fait, une partie du prix est lié aux drivers "certifiés" et aux bios spécifiques qui permettent d'activer l'accélération hardware dans les softs comme 3DS max et consort
Marchez doucement car vous marchez sur mes rêves

Commenter

Les commentaires sont fermés aux non membres. Pour poster un commentaire, créez un compte membre : c'est simple et gratuit !