ZeDen.net

 
 
La Mort de l'Outsider
Après un Dishonored 2 plutôt réussi, la saga réalisée par le studio lyonnais Arkane revient avec une extension indépendante, ne nécessitant pas d'avoir acquis les précédents épisodes ni d'y avoir joué. Considérons-le comme un intermédiaire entre un DLC « deluxe » et un jeu à part entière, l'éditeur l'ayant proposé à un prix maximum de 29,99 euros dès sa sortie. Un prix réduit qui implique quelques concessions compréhensibles, essentiellement sur la durée de vie. Dans ce test, nous verrons si le jeu s'inscrit quand même dans la continuité de ces prédécesseurs et s'il est un épisode valable, aussi bien pour les initiés que pour les néophytes.


Un épisode bien différent

Billie est aux commandes
Pour cet épisode, Arkane laisse de côté Corvo et Emily pour s'intéresser à un nouveau duo formé par Billie Lurke et Daud, la lame de Dunwall.

Si vous avez joué à l'épisode 2, vous reconnaitrez tout de suite la jeune femme qui vous accompagnait au début de chaque chapitre. Quant à Daud, il était le meneur des assassins de l'impératrice Jessamine.

Seule Billie est contrôlable par le joueur. Daud, votre ancien mentor, n'intervient qu'en tant que PNJ.

Ce changement de protagoniste s'accompagne d'une relative autonomie par rapport aux épisodes canoniques, dont les évènements sont à peine abordés, si ce n'est au travers d'allusions et de petits livres à ramasser ici et là. Si vous n'avez jamais mis un pied à Dunwall ou à Karnaca, vous n'aurez pas vraiment l'impression d'avoir manqué quelque chose.

Par delà le bien et le mal

L'Outsider est votre cible
Dans le prologue, vous devez retrouver Daud et le libérer d'un groupuscule appelé les « Aveuglés ». Par la suite, Daud vous demandera de l'aider à en finir une bonne fois pour toutes avec l'Outsider, cette figure quasi-divine, ni bonne ni mauvaise, qui accorde des pouvoirs magiques à certains élus. Ce personnage mystérieux ne nous est pas inconnu, puisqu'il est apparu à Corvo et à Emily au cours des deux précédents épisodes de la saga, nous donnant ses pouvoirs et apparaissant dans nos songes, pour commenter nos actions.

Nous voilà donc embarqués pour une nouvelle histoire qui s'étalera sur un prologue et cinq chapitres et dont l'action se déroulera à Karnaca. Le leitmotiv est de trouver un moyen d'atteindre l'Outsider et de l'éliminer.

Sous le soleil de Karnaca
Le déroulement de l'aventure n'est pas vraiment influencé par notre manière d'atteindre nos objectifs. C'est là une première différence par rapport aux autres épisodes, parce qu'à l'époque, si on tuait à tout va, on générait des rats ou des mouches de sang qui semaient le chaos dans les derniers chapitres. Ici, vous pouvez tout aussi bien tuer ou épargner toute personne qui croisera votre chemin, cela n'aura pas d'impact sur le monde qui vous entoure. Seule votre dernière action conditionnera la façon, bonne ou mauvaise, avec laquelle se termineront vos péripéties.

Un gameplay simplifié et décomplexé

Vous pouvez tuer sans crainte des conséquences
Le fait que le jeu vous laisse carte blanche pour tuer ou laisser vivre s'accompagne aussi d'une libéralisation du gameplay. Vous ne pouvez plus refuser les pouvoirs de l'Outsider, car celui-ci vous les donne de gré ou de force. Libre à vous de les utiliser ou d'en rester à des armes plus classiques, tout au moins en ce qui concerne la neutralisation des ennemis. En revanche, l'exploration des niveaux nécessitera tout de même d'utiliser certains pouvoirs pour accéder à certains endroits.

De même, la jauge de mana est beaucoup moins limitée, du fait de sa régénération spontanée et très rapide, vous permettant une utilisation vraiment libre de votre magie. Cette libéralisation de la mana est un peu contre-balancée par une réduction drastique du nombre de pouvoirs disponibles.

Dans le mode de jeu classique, Billie bénéficie de 3 pouvoirs nouveaux :
  • Transfert rappelle « Clignement » et « Longue Portée », et permet à Billie de se projeter à l'endroit indiqué par le Joueur ;
  • Prescience permet de se projeter en dehors de son corps, de visualiser des ennemis, de marquer des ennemis à suivre ou des endroits vers lesquels on pourra sauter en utilisant Transfert ;
  • Semblance permet de prendre l'apparence d'un personnage inconscient et de tromper tout ceux qui croiseront notre chemin.
Bref, peu de pouvoirs létaux, mais essentiellement des pouvoirs qui invitent à exploiter le level design en jouant sur la verticalité et l'anticipation.


Les pouvoirs de Billie encouragent l'infiltration et l'anticipation

Des charmes d'os cruciaux
Vous pourrez également affiner et renforcer vos pouvoirs en débloquant des charmes d'os, toujours aussi utiles –  si ce n'est plus. Votre monnaie servira à améliorer votre équipement

Dans le mode de jeu original+, ces 3 pouvoirs sont remplacés par une sélection issue de Dishonored 2. Clignement remplace Transfert, Vision nocturne remplace Prescience, Domino remplace Semblance. A l'usage, on se rend compte que les pouvoirs initiaux de Billie lui offrent plus de souplesse, merci Prescience. On pourra quand même compter sur Domino pour compenser et envisager des approches différentes.

Tentez d'autres approches en jeu original+
Notez que le jeu original+ ne fonctionne pas à la manière d'un new game+ classique. Vous ne récupérez ni votre or, ni vos charmes d'os gagnés sur une autre partie.

Outre les pouvoirs magiques, on pourra compter sur un armement efficace et varié. L'arme voltaïque est une arbalète fixée au bras et on peut aussi compter sur des grenades ou des mines, sachant que toutes ces armes peuvent être utilisées soit pour neutraliser pacifiquement, soit pour assassiner.

Un jeu qui n'a de sens que si l'on monte la difficulté

On le comprend assez facilement, le gameplay donne un certain avantage à Billie. Un fait à peine contre-balancé par la rareté des munitions ou la relative faiblesse du personnage au corps à corps. En fait, le jeu ne s'apprécie que si l'on monte la difficulté, aussi bien au sens littéral  –  c'est-à-dire en choisissant l'option appropriée dès le début  –  qu'au sens figuré, c'est-à-dire en s'obligeant soi-même à une certaine rigueur et en recherchant justement la furtivité absolue.

Les contrats, une des meilleures idées de cet opus
Le jeu nous propose également des objectifs secondaires, en incluant des contrats optionnels qu'il faut d'abord consulter en se rendant au marché noir, puis exécuter. A l'image de cet épisode qui joue aussi bien la carte du bien que du mal, certains contrats consistent à assassiner une cible, d'autres à neutraliser quelqu'un et le conduire discrètement à un endroit sûr, et d'autres enfin vous demandent de réaliser un vol.

S'ajoute à cela la flopée habituelle de trophées posant par exemple des conditions très précises pour la réussite d'un niveau ou d'une action particulière. Les chasseurs de trophées apprécieront, bien que le challenge soit moindre que de coutume pour obtenir le platine.

Dans tous les cas, on admirera l'intelligence du level design, pas forcément égal à celui de Dishonored 2 et son impressionnant manoir mécanique, mais quand même supérieur à bien des FPS concurrents. Arkane fait ici démonstration de sa maîtrise dans le domaine de l'infiltration, y compris dans le cadre d'une extension vendue à bas prix, en réutilisant certains environnements et avec un budget que l'on devine comme étant limité, et ce sans bâcler la technique ou la direction artistique.

Et comme on évoque le sujet, quelques mots sur l'aspect visuel du jeu, testé ici sur PlayStation 4 (PS4) Pro. On est au niveau d'un Dishonored 2, dans le sens où c'est ni plus ni moins joli, puisque c'est le même moteur graphique, avec un recyclage de lieux ou d'éléments de décor. Framerate stable à 30 fps, pas de bugs particuliers à signaler.


Le même style graphique que Dishonored 2

Conclusion

Si on considère La Mort de l'Outsider pour ce qu'il est, c'est-à-dire une extension indépendante au budget resserré et proposé d'emblée à prix cassé, alors on peut saluer la performance et apprécier un jeu un peu différent. Si la Mort de l'Outsider perd en finesse d'écriture et en durée de vie, il gagne indiscutablement en liberté d'action, tout en proposant une expérience toujours aussi grisante et une grande flexibilité en termes de challenge. Les anciens apprécieront de retrouver Karnaca, pendant que les petits nouveaux découvriront tout cela avec enthousiasme.


par aigle_1 Commenter
Partager

Héberger mes images en un clic

Commenter

Les commentaires sont fermés aux non membres. Pour poster un commentaire, créez un compte membre : c'est simple et gratuit !

Actu du même sujet

Test réalisé à l'aide d'un exemplaire dématérialisé, sur une PS4 Pro connectée à une télévision HD.
Le jeu a été fourni gracieusement par l'éditeur à des fins d'évaluation.