ZeDen.net

 
 
JCB Pioneer Mars
Depuis le 31 août, JCB Pioneer: Mars est disponible en accès anticipé. Il s'agit d'un jeu développé par Atomicom et édité par GamesCo. C'est plein d'entrain que je me suis lancé dans l'aventure martienne, mais évidemment, rien ne s'est passé comme prévu. Alors que la mission aurait dû se résumer à une simple colonisation sans encombre de la planète rouge, le module d'atterrissage s'est planté. C'est là que les ennuis commencent, comme vous allez le voir dans la suite de notre preview.

Poussière et solitude

Faut toujours que ça tombe sur moi...
JCB Pioneer: Mars est un jeu aux aspects variés. Le principe de base est la survie : vous devez subvenir aux besoins vitaux de votre colon spatial - faim, soif et oxygène. Vous n'êtes pas à la seconde près pour vous nourrir ou vous abreuver, c'est surtout l'oxygène votre plus gros souci - 15 minutes d'autonomie.

Sans tomber dans l'excès inverse, on peut dire que proportionnellement, votre espérance de vie sans eau ni nourriture est à peu près égale à celle d'un être humain : 3-4 jours in game.

(Range)Rover lunaire 2.0
Vous passerez également la plupart de votre temps à bord de votre véhicule, affrété par JCB, pour collecter les ressources nécessaires au fonctionnement de la base. De nombreuses améliorations sont disponibles, déblocables via l'expérience que vous gagnez en achevant des missions.

Pour finir, n'oublions pas le côté gestion du jeu : vous êtes responsable d'une petite colonie, que vous devrez approvisionner en eau, énergie, oxygène, nourriture... Sans oublier les améliorations à lui apporter pour la rendre plus efficace. Car même après un crash, le travail n'attend pas, et la mission doit se poursuivre.

Jusque là, on a donc un jeu plutôt varié ; la mission semble réalisable sans trop de problèmes, mis à part le crash de votre module.

C'est là que le climat martien entre en jeu pour pimenter le tout : orages magnétiques, chutes de météores, nuages corrosifs, geysers, tempêtes de sable, zones irradiées... Mars n'est pas de tout repos, c'est le moins que l'on puisse dire.


Une nature hostile ? C'est un euphémisme !

Chasse au trésor

Tractopelle simulator
La quête de ressources est votre but premier dans le jeu, tenez-le-vous pour dit. Prendre votre camion et enchaîner les allers-retours gisements/base va rapidement devenir votre train-train quotidien. Une certaine répétitivité s'installe, au bout de trois à quatre heures de jeu.

Pour ce qui est des ressources, vous devez collecter des minerais dans des gisements disséminés à travers votre environnement, et récupérer des matériaux dans des conteneurs - caisses, petites épaves de sondes - eux aussi éparpillés aux quatre vents.

Un fusil pour réparer ? Quel drôle de concept !
Un système de craft vous permet de vous fabriquer de l'équipement, tel que des bouteilles d'oxygène, des rations de nourriture ou des gourdes. Cela a donc une place importante dans l'aspect survie du jeu. Simple d'utilisation, il ne freine en rien la prise en main pour le joueur.

D'ailleurs, la prise en main du jeu se fait sans encombre : les déplacements sont simples, la gestion de l'interface est efficace, tout est clair - sauf peut-être la boussole, quand trop d'icônes se chevauchent. Un très bon point pour JCB Pioneer: Mars.

Il faut noter que le jeu est par défaut en clavier anglais. Appuyez sur Alt+Majuscule pour corriger ça. Il n'est pour l'instant pas possible de modifier ses touches. Accès anticipé oblige, des bugs sont encore présents, mais pas en grand nombre.

Concerto pour poussière et désolation en ré mineur

Un peu de spéléo ?
JCB Pioneer: Mars est doté d'une bande-son qui sonne assez années 80 à mes oreilles : une sorte de synthé assez oppressant, qui colle à merveille avec l'ambiance « solitude sur une planète hostile ». Un seul reproche de ma part : les longs silences musicaux qui peuvent avoir lieu, pendant lesquels vous n'entendez que le moteur de votre camion.

Pour ce qui est de l'aspect visuel du jeu, le système de particules fait beaucoup pour l'ambiance, que ce soit le sable, les nuages corrosifs et autres effets du même genre. L'immersion est donc réussie, d'autant que le style graphique oscille entre sérieux/immersion et une certaine stylisation plutôt classe. On s'y croit, sans pour autant taper dans le photo-réalisme.

Toutefois, une configuration récente est de mise pour profiter d'un JCB Pioneer: Mars à plein potentiel.

Conclusion

Pour l'instant, JCB Pioneer: Mars est en bonne voie, et les futures mises à jour devraient ajouter plus de contenu. Il s'adresse quand même à un public amateur de planètes et de construction, loin des habituels shooters ultra-nerveux du moment. Disponible sur Steam pour 22.99 euros, son prix reste provisoire, et pourrait augmenter au fil du développement.

Requiert une configuration hardware récente


par Falkenstein Commenter
Partager

Héberger mes images en un clic

Commenter

Les commentaires sont fermés aux non membres. Pour poster un commentaire, créez un compte membre : c'est simple et gratuit !

Actu du même sujet