ZeDen.net

 
 
Sanctum revient, avec du gros calibre
Sorti en 2011 après une apparition dans le concours Make Something Unreal Contest, Sanctum avait réussi à nous convaincre, malgré un contenu un peu léger, avec son subtil mélange entre FPS et Tower Defense. Heureusement, les développeurs ont prouvé leur sérieux dans le suivi du jeu, qui s'est vu patché à de nombreuses reprises, et augmenté avec du contenu téléchargeable. Annoncé au début de l'année 2012 et toujours développé par le petit studio suédois Coffee Stain Studios, Sanctum 2 vient de débarquer sur Steam et sur consoles (XBLA, la version PS3 devant arriver dans les prochaines semaines). Les développeurs ont-ils réussi le pari de renouveler l'expérience pour ce nouvel opus ? Réponse dans notre test.

De l'humour en renfort de l'univers

Pour qui se donne la peine de chercher, le jeu ne manque pas d'humour
Si dans Sanctum les développeurs ne s'étaient pas attardé sur le scénario pour privilégier le gameplay (à peine savions nous que nous incarnions Skye, une fille envoyée pour protéger votre ville natale, Elysion One, des hordes de mystérieuses créatures aliens), cette suite est de ce côté-là un peu plus travaillée. Au début de chaque niveau, nous avons en effet droit à quelques vignettes de bande-dessinée pour planter le contexte et au final créer une progression logique dans les différents niveaux de Sanctum 2. Attention, il ne s'agit pas non plus de dizaines de pages de texte, mais simplement du strict minimum pour ne pas que l'on se demande comment l'on passe d'un marais à un décor industriel. Mais là où le jeu se démarque le plus, c'est dans les petits détails qui font la différence et apportent une touche d'humour bien sentie à l'univers. Coffee Stain Studios a en effet disposé dans chaque niveau des détails rigolos et des easter eggs qui apportent un petit plus, tout en poussant les joueurs à l'exploration.


Des règles du jeu bouleversées...

Le nombre de tourelles défensives est limité, ce qui oblige le joueur à repenser ses stratégies à chaque vague
Sanctum proposait un mélange de FPS et de tower-defense, mais avec une balance qui penchait plus du côté du deuxième mode de jeu. En effet, la partie FPS avait un faible impact sur le déroulement de la partie. Pour cet opus, c'est clairement l'inverse ! Les règles du jeu ont été totalement bouleversées, et certains aspects du gameplay totalement revus. Ainsi, ceux qui aimaient passer du temps sur la partie de planification avant l'assaut seront déçus de constater que cette dernière est désormais limitée dans le temps ce qui diminue l'aspect tactique et la réflexion avant les assauts. Il faut désormais aller au plus vite si l'on ne veut pas se retrouver sans tourelles de défense face aux ennemis, quitte à ce que leur placement ne soit pas bien optimisé. De plus, le nombre de tourelles dans le niveau est fixé au maximum à 15 et la répartition des ressources est très contrôlée. On se retrouve donc avec seulement quelques tourelles de défense lorsque l'on joue en solo, ce qui peut s'avérer frustrant. Beaucoup plus nerveux, Sanctum 2 demande un vrai équilibre entre les armes et les tours et vous mobilisera de la première à la dernière vague. Fini les constructions de labyrinthes dès le début du jeu, et 20 vagues ennuyeuses d'upgrades de vos tourelles. Dans Sanctum 2, on fait évoluer son labyrinthe entre deux vagues pour s'adapter aux nouvelles réalités, et ce avec juste assez de ressources nécessaires pour hésiter entre une tourelle stratégique ou une amélioration indispensable, renforçant ainsi le côté évolutif du jeu.

Le nombre de niveaux a été sensiblement augmenté, puisque ce dernier passe à 16, avec des cartes variées dans des environnements différents. De nombreuses cartes proposent désormais trois points d'accès pour les ennemis, ce qui hausse la difficulté en solo et pousse les joueurs vers la coopération, l'essence même du titre.

... Pour plus d'action !

L'action est plus présente et les armes sont plus fun
Nous l'avons assez dit, le jeu se tourne résolument plus vers l'action. Ceci est en grande partie dû aux armes de cet épisode qui sont nombreuses (je n'ai pas compté, mais autour d'une dizaine) et qui ont un bon feeling avec de réelles sensations. Fini les améliorations au niveau des armes, il faudra désormais compter sur un système de classes. Le jeu propose en effet quatre personnages jouables, chacun ayant à la fois une capacité et une spécialité : enflammer les ennemis et aisance dans les airs ; dommages additionnels sur les points faibles des ennemis et aisance pour le sniper. Les développeurs ont également ajouté un système de perks qui se débloquent au cours de la progression du joueur. Il y en a une trentaine, avec des effets différents (offensifs ou défensifs) que vous devrez moduler en fonction des niveaux. Le bonus qui régénère une partie de la santé du cœur entre les vagues d'ennemis sera précieux pour les maps avec des enchainements d'ennemis lourds, tout comme le bonus qui enlève de la vie aux ennemis lorsque vous leur sautez dessus. Nouveauté de cet épisode, les ennemis qui se contentaient jusque-là de foncer tête baissée jusqu'au cœur peuvent désormais vous prendre pour cible. Cela a pour effet de monter d'un cran la pression sur les joueurs, qui doivent donc gérer à la fois les flux d'ennemis vers le cœur, mais également se soucier de leur propre santé. Le côté FPS est très réussi dans Sanctum 2, mais c’est au détriment de la liberté laissée au joueur sur le côté tower-defense, puisque désormais, comme nous l'avons déjà abordé, les phases de planification avant les assauts sont limitées dans le temps, ce qui laisse peu de temps pour élaborer des stratégies complexes.

Un jeu entre potes

La coopération est primordiale dans certains niveaux
Sanctum 2 propose un mode mulijoueurs coopératif à 4 fonctionnant sur le système du drop-in (vous pouvez rejoindre n'importe quelle partie en cours). Loin d'être gadget, ce dernier sera particulièrement précieux pour passer certains niveaux particulièrement retors. Mais ce mode coopératif prend tout son sens avec l’activation des strenghts, qui sont des malus dans la partie. On peut activer jusqu'à 5 de ces handicaps pour chaque partie. Il permet d'augmenter la santé des ennemis, leur vitesse, leur agressivité, etc. C'est là qu'il faudra alors s'organiser entre les joueurs pour arriver à compléter les niveaux dont la difficulté s'accroit de manière exponentielle au fur et à mesure de l'activation de ces handicaps. Il faudra bien se préparer avant la partie pour que les classes et les tourelles choisies soient complémentaires. Malheureusement, les développeurs ont retiré le server browser du premier opus pour le remplacer par un système de machmaking (heureusement qui est plutôt bien fichu).

UDK powered

Le jeu est sacrément plus beau que Sanctum 1
Un dernier mot sur le côté technique et artistique. Techniquement, le jeu exploite l'Unreal Developpement Kit, la version dédiée aux indés de Unreal Engine 3. Le jeu bénéficie donc des dernières technologies du moteur, et l'on voit clairement la différence avec le précédent opus : c'est clairement plus beau. On sent également que les développeurs sont plus à l'aise avec la technologie et ils se sont donc permis plus de choses. C'est ainsi que les niveaux qui étaient alors épurés deviennent bien plus complexes visuellement, avec bien plus d'objets, les couleurs sont plus présentes et plus « flashy », ce qui donne réellement le sentiment que le jeu est abouti. Malheureusement, on a parfois l'impression que cela est fait au détriment de la lisibilité. Par exemple, dans le cœur de l'action, a parfois du mal à voir sur quel ennemi tire une tourelle donnée. Ceci est sans doute dû à la taille des blocs qui a été diminuée de moitié, ce qui fait que le joueur se retrouve plus souvent au niveau des pieds des monstres que de leur tête. Artistiquement enfin, les développeurs ont continué d'adopter la même ligne pour le chara design des ennemis, à savoir des couleurs sombres pour leur corps tout en mettant en avant leurs points faibles par des couleurs vives.

Conclusion

Avec un accent plus porté sur l'action et le côté FPS, Sanctum 2 est un jeu sensiblement différent de son aîné, et c'est tant mieux. Les développeurs ont en effet cherché à faire une vraie suite, quitte à bouleverser un peu les habitudes des vétérans, sans pour autant chambouler les bases du gameplay. Avec son prix réduit et son accent porté sur le côté coopératif, Sanctum 2 est un titre à côté duquel il ne faut pas passer.

Produit recommandé par ZeDen


par utr_dragon Commenter
Partager

Héberger mes images en un clic

Commenter

Les commentaires sont fermés aux non membres. Pour poster un commentaire, créez un compte membre : c'est simple et gratuit !