ZeDen.net

 
 
Une nouvelle panthère entre dans l'arène des souris de gamers
Lors de la présentation de la gamme 2011 du constructeur allemand de périphériques de jeux ROCCAT, nous avions vu la Kova +, comme on vous le relatait précédemment dans nos colonnes. Après avoir reçu un exemplaire de test et passé plusieurs jours en sa compagnie, voici l'occasion de vous livrer notre verdict sur cette souris filaire au positionnement milieu de gamme. Embarquant certaines des technologies apparues sur sa grande sœur, la Kone [+] déjà testée dans cet article, la Kova [+] pense aussi à nos amis gauchers en proposant une forme ambidextre. Une réussite ?


Caractéristiques techniques et fonctionnalités


Le site officiel de ROCCAT nous présente les informations suivantes concernant son dernier modèle :
  • CAPTEUR PRO-OPTIC DE GAMING PRÉCIS : réglable sur 400, 800, 1600 ou 3200 dpi
  • BOUTON EASYSHIFT[+]™ DUPLICATEUR: Double programmation des boutons pour disposer de huit fonctions supplémentaires
  • FORME EN V ERGONOMIQUE: pour droitiers et gauchers
  • PILOTE ROCCAT™ + MACRO MANAGER: avec macros prédéfinies pour les jeux, les applications multimédias et de bureautique
  • SURFACE SOFT-TOUCH : pour une bonne maniabilité + un contrôle sûr
  • SURFACES LATÉRALES GRIPTECH ROCCAT™ avec zone stabilisatrice antidérapante
  • REVÊTEMENT SPÉCIAL DE LA ROULETTE pour plus de tenue et de confort
  • SYSTÈME D'ÉCLAIRAGE RÉGLABLE : Choisis ta couleur favorite
  • FEEDBACK SONORE : Un message vocal signale les changements de profil, de dpi et de sensibilité
  • 7 (+2) BOUTONS DE SOURIS programmés par défaut avec les principales fonctions
  • Vitesse maximale de 130 ips
  • Accélération de 30 G
  • Taux de polling de 1000 Hz
  • Canal de données 16 bits
  • Câble USB de 2 m
  • Dimensions de la souris : Largeur maximale de 12 cm environ x longueur maximale de 6,5 cm environ
  • Poids de la souris : 90 g (sans le fil)
  • Prix : 47.90 €uro chez notre partenaire materiel.net

Déballage

La boite de la souris la met particulièrement en valeur. Dès qu'on la voit, on reconnait le style « high-tech » noir et bleu propre à ROCCAT, qu'on retrouve sur son site ou dans son driver sur lequel nous ne manquerons pas de revenir.


Pour la découvrir plus en détails, il suffit de soulever un rabat maintenu par un aimant

Les features de la souris sont rappelées partout sur la boite, on ne risque pas de manquer d'informations. Quand on soulève le rabat, on peut découvrir la prise en main de la souris, celle-ci étant moulée dans le plastique. Le témoignage de Andre « nooky » Utesch, un pgm allemand, inscrit sur la boite indique clairement l'orientation gamer de cette souris, et de ROCCAT tout entier.

un bundle bien sympa
L'étape suivante nous permet de découvrir le bundle fourni. Outre la souris, on a :
  • Un cd de driver et de goodies
  • Une carte "Roccat ID card" pour s'enregistrer en ligne
  • Un guide de démarrage rapide très clair sous forme d'un A3

Présentation détaillée

Passons en revue les principaux points de ce mulot :

Prise en main & poids
La prise en main de la souris est agréable, cela est notamment dû à la texture utilisée sur toute la surface de la souris, douce au toucher mais que certains pourront trouver « glissante ». Les petites mains seront très à l'aise sur la Kova+ et avec 90g sur la balance, elle ravira ceux qui préfèrent les souris légères.

Boutons & molette
zoom sur les boutons et la molette
Comme toute souris ambidextre, la Kova + est symétrique, ce qui implique qu'on retrouve les même boutons sur la tranche gauche que sur la tranche droite, ce qui n'est jamais le cas sur les souris uniquement pour droitier. Suivant qu'on est droitier ou gaucher, le bouton Easy Shift sera d'un placé d'un coté ou de l'autre. Il n'y a pas de boutons programmable dans l'alignement de la molette, comme on en trouve sur des souris concurrentes.

La molette crantée équipant la souris est la plus large qu'il nous ait été donné de voir sur une souris, avec près de 1 cm de large. Cela s'explique par le fait qu'il n'y a pas de défilement horizontal possible (ce n'est pas une roulette "4D") et donc qu'elle n'ait pas besoin de s'incliner sur le côté. Au niveau de son revêtement, ROCCAt a utilisé la même matière douce que pour les coté de la souris et que le constructeur nomme « griptech ». Couplé à la largeur importante, on obtient une molette ultra confortable, dont on vérifiera ingame le comportement. Cependant, on regrettera encore et toujours le système de molette à la fois crantée et libre inventé par Logitech.

Système LED
Le système de LED intégré à la souris ne laisse pas indifférent. Il y a en fait 4 zones lumineuses, 2 devant sur le dessus au niveau des boutons clic gauche et droit, et 2 derrière sur la tranche. Chaque LED est multicolore, avec 7 couleurs disponibles. Nouveauté par rapport à la Kone + qui embarque également un système lumineux, on peut fixer enfin la couleur, même si sur cette souris, le choix de coloris est bien plus restreint. De plus, à chaque clic sur le bouton shift[+], les raies virent au bleu "ROCCAT", mais pour les « lumino-réfractaires », sachez qu'on peut heureusement les éteindre une bonne fois pour toute.

SDMS
SDMS : les 4 clés de la victoire
Sous cet acronyme ce sache "Smart Desktop Management System", ou Système de Gestion Intelligente de Bureau en français. Derrière ce nom un peu barbare, ROCCAT regroupe différents produits de sa gamme qui ont pour point commun de chercher à gagner de la place sur un bureau qui a tendance à être encombré. On retrouve ainsi, en plus de la souris testée dans l'article, le tapis de souris Sota et bien entendu le clavier Arvo, respectivement testé dans nos colonnes ici et . Le produit le plus intriguant du lot est sans conteste le Apuri, un hub usb actif aux formes futuristes qui dispose d'un guide fil. ROCCAT propose même un pack regroupant ses 4 éléments à un prix très avantageux, à 100 € au lieu de 145 € s'ils sont vendus séparément.

Les goodies
Le CD contient également quelques goodies, indispensables à tout fan boy qui se respecte :
  • Divers fond d'écrans, dont des fonds d'écrans consacrés au clavier. Au total près de 40 wallpaper, dans plusieurs résolutions. Certains sont adaptés au 24 pouces, d'autres aux écrans de téléphones
  • Des trailers de présentation commerciale de produits, au format wmv et en anglais, réalisés par des « ROCCstars » comme ils disent. Un des ces films est en fait une petite fiction, un journal de bord d'une expédition scientifique découvrant une technologie « alien » émettant des lumières bleutées... ROCCAT en fait des tonnes pour faire parler de lui, et il y réussit plutôt bien.
Cela permet notamment de remplir les CD habituellement bien vides et ce n'est pas si désagréable que ça à découvrir.

Le driver

Le driver s'installe très facilement, sans fausse détection de virus comme on le mentionnait pour celui de la Kone+, ROCCAT a donc corrigé le tir, et on l'en remercie. Coté interface, on retrouve ce qui est caractéristique de la marque à la panthère : un driver très classe, tout de noir et de bleu lumineux. Il y a en fait 4 panneaux distincts, plus une zone commune en bas et qui concerne les profils.


Les onglets de configuration ont vraiment de la gueule
  • Main Control : on y trouve les réglages de base : sensibilité, réglage de la molette, et vitesse du double clic. C'est le passage obligé pour tout nouveau propriétaire.

  • Button Assignement : on y trouve les affectations de boutons, avec une gestion bien pensée du EasyShift. On a en effet 2 liste de boutons et 2 images de souris cote a cote, qui permettent de bien voir exactement ce qu'on est en train de faire. Suivant qu'on se déclare gaucher ou droite, la numérotation des boutons est inversé, mais leur affectation ne change pas ce qui est une excellente chose. La gestion des macros est très poussée, avec la possibilité de gérer le timing entre 2 appuis de touches via un éditeur graphique très intuitif, et il existe déjà un certain nombre de presets notamment pour plusieurs des Counter-Strike, jeux préférés de ROCCAT ainsi que pour d'autres FPS multi comme Crysis : Warhead ou Left 4 Dead

    La gestion des boutons et des macros est très intuitive

  • Advanced control : Ce panneau regroupe la high-tech ROCCAT : réglage de la fréquence de polling du port USB, réglage des LDED ou du volume de la voix qui annonce les changements de configuration

  • Update/support : On a, avec cet onglet, un accès direct au site du constructeur, soit pour télécharger le dernier driver en date, soit pour demander du support. On pourra regretter que pour l'instant le lien embarqué dans le driver ne pointe pas sur la page exacte, mais on accède tout de même très rapidement à la mise à jour souhaitée.

  • La partie du bas de l'interface est quant à elle toujours visible, quel que soit l'onglet sélectionné, et permet de gérer les profils de la souris. On peut en embarquer jusqu'à 5, dans la mémoire de la souris, et ceux-ci sont directement modifiables dans l'interface. Il y a même un "windows profile" : ainsi, hors jeu, on revient automatiquement aux paramètres adaptés pour la navigation web ou la bureautique. Il est bien évidemment possible d'en sauvegarder sur le disque dur bien plus de 5 et des les recharger dans la souris au moment adéquat. Les possibilités sont vraiment nombreuses, et encore une fois, c'est bien pensé et la prise en main est très facile.

A l'usage

Le vert émeraude lui va si bien
Après quelques jours passés en compagnie de cette souris, on lui trouve pas mal de qualité. La prise en main est excellente, la glisse est parfaite et le driver très sympa à utiliser. Il y a bien moins d'options que sur la Kone, mais ROCCAT a su conserver l'essentiel, on ne manquera a priori de rien de vital. Le système de LED nous a paru mieux pensé et met vraiment la souris en valeur sans vouloir en faire trop. Du côté du capteur laser, la limitation à 3200 dpi alors que celui de la Kone monte jusqu'à 6000 ne gênera absolument personne, puisque c'est un argument purement commercial.

Du côté des points négatifs car il faut en trouver, notre avis n'a pas changé sur le système EasyShift[+]. Censé pouvoir doubler le nombre de boutons utilisable à la manière de la touche shift d'un clavier, il se révèle peu pratique à l'usage car c'est tout sauf intuitif d'appuyer sur 2 boutons en même temps en pleine partie, mais il est heureusement désactivable. On aurait préféré un bouton physique supplémentaire juste au dessous de la roulette comme sur la Kone car c'est assez pratique ingame.

Become a ROCCATeer

La carte ROCCAT ID fournie ne peut qu'attirer le regard lors du déballage, et on se demande à quoi elle sert. Il suffit en fait d'aller sur le site officiel du constructeur pour pouvoir s'inscrire avec le numéro à 16 chiffres façon carte bleue. Sans ce numéro, pas d'inscription possible, il faut donc vraiment avoir acheté un produit pour pouvoir rentrer dans le club et devenir un « ROCCATeer » à part entière. On notera le jeu de mot ROCCATeer / Rocketeer, le super-héros de comics, bien dans l'esprit du gamer pouvant « voler » dans les niveaux de son FPS préféré.


Impossible de s'inscrire sans ROCCAT ID

Une fois le compte créée, on peut accéder au ROCCAT World, une zone spécifique du site, qui propose à la fois du contenu dédié plus particulièrement aux joueurs de Counter-Strike : Source et une zone communautaire : profils, messagerie et autres galeries sont de la partie.


Le carré VIP

ROCCAT mise donc aussi sur l'aspect communautaire de ses produits, et c'est une initiative qui est intéressante. A l'heure actuelle, près de 20 000 heureux possesseurs de périphériques se sont inscrites. Mais comme bien souvent avec ce genre de fonctionnalité, les usagers réguliers sont rare : seulement une vingtaine sur les coups de 21H en semaine. De plus, il semble impossible de supprimer son compte, comme sur un certain nombre de réseaux sociaux d'ailleurs...

Conclusion

Reprenant l'essentiel du savoir faire ROCCAT, la Kova[+] atteint avec aisance son cœur de cible : le gamer moyennement riche, qu'il soit gaucher ou droitier. Dotée d'une bonne glisse et d'une conception solide et intelligente, cette souris saura sans nul doute faire tourner les têtes. On regrette néanmoins la présence de l'EasyShift qui est assez inutile, comme sur la Kone du même constructeur.

Produit recommandé par ZeDen


par Xpierrot 4 commentaires, dernier par utr_dragon
Partager

Commentaires

ach

Visiteur
(#1) 12 février 2011 à 02h09
Merci pour cet avis je voulais prendre la pyra wired au début car pas fana de razer mais petit budget je pars finalement sur la kova sur mister good deal ou pour l'instant elle est la moins chère 45 € avec port inclus
Xpierrot

Responsable Hardware de Zeden
Nb msg : 1496
(#2) 12 février 2011 à 18h14
bon choix ^^
Marchez doucement car vous marchez sur mes rêves
grm

Visiteur
(#3) 19 mars 2011 à 13h50
je l'ai utilisé 6 mois, car c'est le temps qu'elle m'a duré...
le tapis doux situé sous les 2 boutons latéraux à gauche perdait sa colle, et commençait à se balader en me collant les doigts (folle impression de bien-être).
De plus, sur les 4 boutons latéraux, il faudra faire un choix, soit les deux de gauche, soit les deux de droite, puisqu'ils ne fonctionnent pas tous en même temps.
Donc hormis un magnifique design, cette souris est vraiment décevante pour ma part.
utr_dragon

Rédacteur en Chef/Dieu
Nb msg : 2482
(#4) 19 mars 2011 à 14h13
J'attire tout de même ton attention sur le fait que c'est ici la Kova +, sortie en janvier 2011, qui est testée. Si la version "+" est sortie, c'est bien que Roccat a corrigé ses erreurs de jeunesse sur la Kova (elle sortie en 2009 je crois). Maintenant, je suis d'accord avec toi pour dire que la robustesse du produit est un argument de choix au moment de l'achat, mais qu'il est difficilement appréciable.
[Édité par utr_dragon le 19/03/2011 à 14h14.]
No comment !
[!] Commentaires fermés pour cette nouvelle.