ZeDen.net

 
 
Non, ne fuyez pas, cette chronique n'a aucun rapport avec le jeu d'Arthur sur la Une, si je parle de boîtes de développement et des boîtes de jeux qu'ils contribuent à réaliser (ou pas), c'est en lien avec le sondage qu'on te propose à toi, oui, toi, cher lecteur qui consens à lire ces quelques lignes. Dans la zone dynamique, vous trouverez la question suivante : « Êtes-vous fétichiste des boîtes de jeux ou êtes-vous intéressé par l'achat de jeu en téléchargement à la Steam ? ». On peut s'y intéresser un peu plus longuement avant d'y répondre.


L'achat d'un jeu vidéo, et de tout ce qui l'entoure, notamment sa boîte et son livret dans un magasin est mis depuis quelques temps en concurrence avec les offres « dématérialisées » à la Steam. Bien sûr, c'est tendance, le tout numérique. Cette tendance a été initiée par certaines personnes peu scrupuleuses des droits d'auteurs, du copyright et du travail des équipes de programmeurs, de designers et de testeurs, qui téléchargeaient illégalement des jeux. Dans ce cas, peu importe la boîte, au diable le livret, tout ce qui importe c'est de jouer ! Mais comme télécharger est entré dans les moeurs, Valve a eu l'idée de créer Steam. C'est une plateforme de téléchargement de jeux, légale, où le client achète son jeu sans jamais avoir de support physique, ni DVD, ni numéro de série, ni de manuel et encore moins de boîte.

Mais l'amateur, celui qui au même titre que le cinéphile collectionne les affiche de films collectionne les boîtes en les exposant fièrement dans sa bibliothèque, lui, il n'aime pas que la seule chose qu'il obtienne en se délestant de plusieurs dizaines d'euros se résume à un paquet de répertoires et de fichiers sur un bout de disque dur et un couple login/mot de passe. Il veut du tangible, et pouvoir dire « Oui, j'ai vraiment acheté Flashback en 5 disquettes avec un livret bien sympa avec des choses à lire qui avaient rapport avec l'univers du jeu, et en plus j'ai eu le cd 2 titres du générique du jeu que je peux mettre dans ma chaîne hifi toute neuve » (Épisode vécu). Il tient aux boîtes de jeux, surtout si elles sont belles et que des efforts ont été faits sur le design et que le livret est sympa. Aux vraies boîtes de jeux, en cartons, pas au boîtier DVD avec un bout de feuille plié en 4 comme guide de démarrage rapide et toute la doc sur le CD/DVD.

Mais cela se perd, c'est comme tout. On fait au moins cher, quitte à faire moins bien qu'avant, en se concentrant sur un produit qui devient jetable : juste quelques heures de jeu. (Cela est un vaste débat qu'on abordera une prochaine fois).

De toute façon, ne nous leurrons pas, Steam fera des émules, parce qu'évidemment, si on peut vendre un jeu sans devoir débourser un centime dans une palette de boîtes en cartons pleines de vide, pourquoi s'en priver. Pas de boîte, pas de palette, pas de palette, pas de transport, pas de transport, pas de pollution, pas de bras, pas de chocolat comme disait l'autre. Mais surtout, si on peut vendre le jeu au même prix qu'avant, mais sans la boîte, c'est de la marge en plus, surtout que si on supprime tous les intermédiaires, c'est tout bénéfice. Le côté écologique n'est certes pas à prendre à la légère, en ces temps où le « Développement Durable » est à l'honneur un peu partout, mais il faudrait voir à ce que l'ascenseur n'aille pas toujours dans le même sens. Cela ne semblerait-il pas logique qu'un jeu soit moins cher sans son packaging ? Je sais, j'ai le droit de rêver.

Plutôt que d'acheter un jeu, il reste une alternative. Le cas de Metaboli et de tout ceux qui proposent des téléchargements de jeux sur le mode de la location est bien séparé de Valve. Dans ce cadre-là, une fois le titre fini où une fois qu'on en est lassé, il ne reste rien de physique, certes, mais c'est équivalent au cas où on loue une cassette vidéo ou un DVD, il ne reste plus rien que le souvenir. Somme toute, on en a pour son argent, et la nature peut nous remercier.
par Xpierrot 14 commentaires, dernier par Zork
Partager

Commentaires

Grounch

Gros Membre
Nb msg : 1068
(#1) 26 octobre 2006 à 14h26
Je tiens aux boîtes de jeux. Que Valve aille se faire foutre.

Nan mais c'est vrai quoi, si on achete un jeu on achete tout. Telecharger "pas egal" acheter.
Nono

ex archiviste
Nb msg : 302
(#2) 26 octobre 2006 à 17h19
Ce qui me fait aimer Valve c'est la deuxième chance qu'il peut éventuellement accorder à un jeu qui s'est mal vendu en boîte. On a le cas avec Psychonauts, les dévs ne mangeront peut-être pas autre chose que des pâtes, mais Steam va peut-être leur permettre de garder leur slip.

Il y a aussi le cas des jeux qui ne sont pas "vendeurs". Valve prend un minimum de risques en les proposant (si ça marche pas ça coutera rien), et peut se permettre de les proposer à un prix "ras des paquerettes" (je pense à rag doll kung fu et tous ces jeux débiles).

Côté négatif, c'est pas tant le fait d'avoir ou pas la boîte qui me dérange, c'est plutot le fait que le jeu soit beaucoup moins aisé à revendre (enfin j'imagine), et aussi le fait qu'on met tous nos oeufs dans le même login...

[Édité par Nono le 26/10/2006 à 17h20.]
lol_

Rédacteur en vacance
Nb msg : 514
(#3) 26 octobre 2006 à 17h29
Bon article ! Bien content que vous vous limitiez pas strictement aux news Fps.

"Oui, j'ai vraiment acheté Flashback en 5 disquettes"
Yep c'est un bon jeux....que j'ai jamais fini pasque quand jetais petit, bien le jeux plantait à la disquette 3, jeux que javais copié... (jétais petit)


Jeux en téléchargement ça veut aussi dire : Jeux "à la carte", morcelé, un-peu comme des expansions sur PC mais en encore plus "pièce détaché" (voir sur Overgame)


Fr002 = lol_
lepape

Rédacteur
Nb msg : 82
(#4) 26 octobre 2006 à 20h53
Ce qui craint avec les jeux téléchargeables, c'est surtout l'impossibilité de les revendre. Le marché de l'occasion serait affreusement pénalisé si les versions boites venaient à disparaître...
Je voue un culte aux FPS. Surtout s'ils sont violents!
Shan

Correctrice
Nb msg : 101
(#5) 26 octobre 2006 à 23h47
Dans le cas de Steam, je suis résolument contre. Impossibilité d'installation (voire fonctionnement) sur une machine Linux.
Ensuite, le dispositif fonctionne sur le principe du Peer & Peer, qui je vous le rappelle est interdit en France, et aussi sanctionné par les débits plus lents que la normale.
Pour pouvoir l'utiliser au mieux, il vaudra mieux être certain de ne pas avoir de malware sur le système.
Ensuite, je ne vois en quoi ce système serait (ou pourrait être) assimilé au développement "durable". parce que après tout, la fabrication boite, avec tous les composants, fait quand même vivre pas mal de monde, idem pour le transport, la vente.

Décidément non, je suis et je reste contre ce procédé.
lol_

Rédacteur en vacance
Nb msg : 514
(#6) 27 octobre 2006 à 00h49
@Shan : oui la fabrication de boîte sous-entend des emplois, les biens numériques ont été distribués sur support matériel car il n'y avait pas de moyen permettant la distribution numérique. Mais une fois que ce moyen existe, produire des boîtes pour créé des emplois est un non sens. C'est un-peu du "produire pour produire". Si l'on peu se passer des boîtes de Cds ou jeux pourquoi pas ?

@Lepape Quand au fait que l'on ne puisse pas revedre sur Steam, cette interdiction s'applique seulement à Steam et rien n'empèche, en réalité, la revente de jeux numérique. Il faut comprendre ce que sous-entend la revente d'un jeux : quelqu'un qui décide de vendre un bien qu'il a acheté à quelqu'un d'autre tout en acceptant un prix bien inférieur au prix d'achat. La revente d'un jeu signifie que le vendeur accepte de vendre son jeu à moitié prix, par exemple. C'est donc le vendeur qui perd beaucoup dans cette transaction. une fois le jeu vendu, un "revendeur" comme EB Game, GameStop etc. agit comme intermédiaire entre le vendeur et l'acheteur et prend une partie des profits de la vente. Si l'on supose que l'intermédiaire soit STEAM, il ne perdrait pas d'argent dans la revente de contenu numérique, puisque c'est le vendeur qui vend à perte et non l'intermédiaire. C'est donc le vendeur en réalité, en vendant à perte, qui permet à Steam (par exemple) de vendre des jeux usagés tout en fesant un profit, peut importe qu'il y ait bien matériel ou non.

Dans le même ordre d'idées.
Plusieurs développeur se plaigent de la vente de jeux pré-joués, mais rien ne les empèchent de prendre une partie des profits des ventes, ce n'est qu'à eux de faire pression sur les détaillants. De toute façon, ce n'est pas avec 1 % des gens qui achètent leur jeux neuf avec comme seule motivation ,celle morale, faire vivre les développeurs. Que l'on va résoudre le problème de la perte de profit pour les développeurs.

[Édité par lol_ le 27/10/2006 à 00h54.]
Fr002 = lol_
Zork

Webmaster
Nb msg : 1846
(#7) 27 octobre 2006 à 02h07
De mon point de vue, le côté « usagé » d'un jeu perd complètement son sens à partir du moment où l'acheteur de la dite copie obtient un produit complètement neuf.

Acheter un jeu usagé, lorsqu'il est distribué numériquement, revient à dire l'acheter plus tard et moins cher, mais le produit en tant que tel ne change pas du tout : il n'avait pas de manuel, il n'en a pas davantage. Les CDs/DVD, il n'y en avait pas, ils ne peuvent donc pas être usés.

En réalité, le seul coût de « production » d'un jeu numérique est son développement et la bande passante nécessaire pour le distribuer ultérieurement.

Lorsque le jeu est éventuellement racheté usagé, alors le nouveau propriétaire passe nécessairement par les serveurs d'origine pour obtenir sa copie du titre, tout comme le fera un utilisateur qui achète le jeu via le site officiel au plein prix au même moment, et les deux personnes obtiennent exactement la même chose.

Je crois donc que le principe de revente est toujours aussi intéressant, mais peut être même trop pour espérer voir un support quelconque de Valve ou autres. Donne le choix à Valve entre empocher 50 euros et 10 euros pour la même bande passante. Gageons qu'ils préfèrent empocher 50 euros. Normal.

Les économies faites sur la distribution numérique ont un but : maximiser les rentrées d'argent pour compenser les énormes dépenses qui correspondent aujourd'hui à l'investissement que représente le développement d'un jeu vidéo à la fine pointe. Dans aucun cas nous ne verrons une entreprise, même bien nantie, faire un choix qui va à l'encontre de ses propres bénéfices. EA a commencé avec plusieurs titres dont leur FPS phare BF2142 à afficher de la publicité au sein même des parties sur le net, sous forme d’encarts publicitaires comme on en voit dans la rue ou sur des sites web. Ils cherchent à augmenter encore davantage leurs bénéfices liées à la vente de jeux vidéos.

Les jeux se complexifient, le temps de développement augmente, les équipes de développement s’élargissent et comptent de plus en plus de salariés, les prix de développement explosent.

Le marketing est de plus en plus agressif et les éditeurs doivent multiplier leurs efforts pour que le jour de sortie de leur produit, celui-ci ait toute la visibilité nécessaire pour garantir son succès, comme les films de cinéma. La différence, c’est que les jeux vidéo deviennent rapidement obsolètes. Oubliez les revenus de location après plusieurs années : bien moins de gens vont louer des jeux qu’ils ne louent des films.

Certaines entreprises ont la chance de vendre une quantité très impressionnante de leurs produits, comme Blizzard Entertainement avec à peu près tous leurs titres, id Software, Valve, Ubi avec Splinter Cell et Prince of Persia, EA, avec les sims et autres Battlefield… mais ces entreprises se comptent sur les doigts de la main. Si celles-ci s’enrichissent, la plupart jouent avec des bénéfices serrés vis-à-vis de l’argent qu’ils doivent investir pour développer de nouveaux jeux.
Webmaster et fanboy id Software.
lol_

Rédacteur en vacance
Nb msg : 514
(#8) 27 octobre 2006 à 04h23
Entièrement d'accord avec toi Zork.
Les coûts de développement et la volonté de maximisation des profits sont des arguments qui militent contre la revente de jeux numérique.....

Menfin....on verra dans quelques années ou tout ça s'en va....
Fr002 = lol_
utr_dragon

Rédacteur en Chef/Dieu
Nb msg : 2493
(#9) 27 octobre 2006 à 13h52
@Shan : l'argument des emplois ne tient pas la route car avec le numérique on créée d'autres emplois et en plus ils sont plus qualifiés : gestion des réseaux, techniciens, maintenance des machines, fabrications des serveurs, gestion de sites de vente en ligne etc.
Les emplois ne sont pas détruits mais déversés dans d'autres secteurs.

En outre, si les systèmes de distibution en ligne se développement dans l'avenir, il faut garder à l'esprit qu'ils peuvent trè bien se développer sous Linux ou Mac, mais de toute façon ces plate-formes ne sont pas adaptées pour les jeux qui ne sortent pas dessus à 99%.
Valve est un système tel qu'il est avec ses avantages et ses défauts, mais on le prend comme exemple car il en quasiment le seul sur le marché à l'heure actuelle. Dans l'avenir, et ce système représente de toute façon l'avenir, il faudra compter sur plusieurs concurrents avec une offre plus diversifiée.
No comment !
Shan

Correctrice
Nb msg : 101
(#10) 27 octobre 2006 à 15h11
@utr_dragon : cette fois ci ce sont tes arguments qui ne tiennent pas. Acheter un jeu en ligne impose le paiement par voie sécurisée. Quand on voit le nombre de scam et autres escroqueries en ligne, je ne crois pas que ce soit pour demain.
Quand je vois le nombre de password stealer qui se développent et circulent, je crains fort que beaucoup de gens vont se voir refuser l'accès à leur compte légitimement payé. C'est le point faible de ce système, dès lors que l'on sait que ce sont les systèmes Windows qui sont le plus vulnérables.

Pour ce qui sera des emplois créés, laisse moi rire. Si Valve s'en tient à sa ligne de conduite, il ne va certainement pas créer le moindre emploi à ce niveau, mais utiliser ses propres ressources humaines voire numériques, à moins que la société ne délègue à un sous traitant, auquel cas ce sera du pareil au même.

Il est clair que Valve (ou autre) n'est pas Microsoft. Ne peut pas se payer une nouvelle usine qui veut... Les 2 ne jouent pas dans le même coin de cour.

Et je ne parle même pas des restrictions qui existent au niveau de la diffusion des jeux, dans certains pays. Car à partir du moment où un pays décide de ne pas laisser diffuser (légitimement ou non) un jeu, comment va t-il pouvoir faire ? Les gestions de données personnelles des utilisateurs seront elles respectées suivant les directives propres à tout pays demandeur de ce respect ?

Tu dis : "l'argument des emplois ne tient pas la route car avec le numérique on créée d'autres emplois et en plus ils sont plus qualifiés"
Je réponds: merci pour tous ceux qui ne sont pas "qualifié", qui ont le malheur d'avoir été utilisé dans des mondes tels que l'impression, le maquettage, la distribution de chez l'expéditeur, jusqu'à la mise à disposition du public. Je parlais de ces postes là. C'est tout un pan de l'économie de marché qui ne sera plus utilisé, donc non plus rémunéré...
D'un autre coté, il n'y aura plus de boites qui "tomberont" du camion...

[Édité par Shan le 27/10/2006 à 15h12.]
Zork

Webmaster
Nb msg : 1846
(#11) 27 octobre 2006 à 18h01
La vulnérabilité de Windows est toute relative. On a beau parler de failles sans arrêt, la situation s'améliore du côté de Windows XP depuis le SP2. De dire que la sécurité compromet l'économie numérique est absurde. Il n'y à qu'à voir le succès que remporte les gros sites de vente en ligne tel que Amazon, E-Bay et tous les autres moins importants. L'économie numérique est en pleine expansion, et ce n'est pas que peu dire. La sécurité est un aspect de cette économie, pas un empêcheur.

Concernant la transformation d'emplois, Shan, je pense que utr_dragon voit juste. En réalité, la société humaine fonctionne à peu de choses près comme ça depuis longtemps. Il est de plus en plus nécessaire d'être qualifié. Ceux qui travaillaient hier à la confection des boîtes de jeu et à la confection des CDs devront peut être se tourner vers autre chose. Ce qui était investit dans les boîtes de jeux l'est maintenant dans le développement et la promotion. Je l'ai mentionné : les emplois en développement de jeux vidéos sont de plus en plus nombreux. De même, j'imagine que ces entreprises, particulièrement les gros éditeurs, possèdent une armée de marketeux, d'infographes et autres économistes qui scrutent les marchés et les exploitent en diffusant une masse de publicités.

Certes, ce n'est pas du tout le même domaine, mais quelque part, c'est à peu près inévitable que cette transition se fasse. Il est devenu nécessaire de payer davantage de développeurs et de marketeux, eh ben il n'y a plus vraiment l'argent pour payer la distribution. Voilà tout.
Webmaster et fanboy id Software.
Xpierrot

Responsable Hardware de Zeden
Nb msg : 1499
(#12) 27 octobre 2006 à 22h09
Concernant la "vulnérabilité". Tant que des hommes coderont des OS, ils auront leurs failles, qu'ils soient open source, closed source, ou n'importe où entre les 2.


En ce qui concerne les achats en ligne. Je pense que le frein est psychologique et ancré dans la tête des gens. Bon nombre d'assurance existent pour les achats sur le net, parfois déjà intégrées dans les packs bancaires, ca devrait arreter personne. Quant aux comptes qui peuvent se faire hacker, si valve suis un tant soit peu ses abonnés, chacun devrait avoir son bien sans trop de souci.

Pour ce qui est des emplois, c'est un peu comme le principe de Lavoisier, rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme, mais il faut raisonner à tres grande echelle. Les usines de duplications de CD et de DVD ne presseront plus de jeux ? elles auront encore des Blueray et des HDDVD a faire.

Et heureusement que la roue tourne, et qu'on aura tous plusieurs metiers dans notre vie. Je ne serai sans doute pas informaticien durant mes 160 et quelques trimestres a cotiser pour la retraite ;-)
Marchez doucement car vous marchez sur mes rêves
Nono

ex archiviste
Nb msg : 302
(#13) 28 octobre 2006 à 01h02
Pour l'instant l'un n'exclue pas l'autre et on a quasiment toujours le choix entre support physique ou pas (par contre le choix de la plateforme est imposé, là y'a rien à faire)

Pour que le support physique disparaisse complètement, vous comptez sur combien d'années ? 10 ? 20 ? Une génération ?
Zork

Webmaster
Nb msg : 1846
(#14) 28 octobre 2006 à 01h57
Disparaître ? Je serais étonné de ne plus voir de jeux dans les magasins. Ils feront pression, et il aura toujours un marché pour ça... mais la distribution numérique risque de gruger des parts de marché.
Webmaster et fanboy id Software.
[!] Commentaires fermés pour cette nouvelle.